Qui est en ligne ?
Il y a en tout 24 utilisateurs en ligne :: 4 Enregistrés, 0 Invisible et 20 Invités :: 2 Moteurs de recherche

balou, cristal, Kéa, tulipe noire

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 265 le Lun 11 Juin 2012 - 17:08

Réflexion sur la vision du temps chez un malade alcoolique

Aller en bas

Réflexion sur la vision du temps chez un malade alcoolique Empty Réflexion sur la vision du temps chez un malade alcoolique

Message  SHALE le Ven 4 Jan 2019 - 18:23


Réflexion sur le temps d'un malade alcoolique

Quand le malade alcoolique retrouve l'abstinence, il se trouve devant un temps libre qui représente un vide énorme et souvent il ne sait pas quoi faire de ce temps, ce qui nécessite un grand travail pour se le réapproprier

Il découvre aussi dans un état conscient, les conséquences du produit sur lui et son entourage ce qui va renforcer son sentiment de culpabilité.

Quand le produit était devenu l’objet essentiel dans la vie de sa maladie , on pouvait constater que le temps s’embouteille et que la dépendance devient alors un travail à temps plein.

Les rites familiaux et sociaux de chaque journée et de l’année ne se comptent plus et n'ont plus de sens, l’alternance du jour et de la nuit ne structure plus le temps.
C’est la consommation d’alcool et le manque d’alcool qui donnent le tempo.

Exemple : notre malade ne dit plus il est 8h, mais : c’est l’heure du blanc.
Il ne dit plus qu’il est midi, il dit que c’est l’heure du Ricard, à telle heure c'est le moment de rejoindre les copains de bistrot pour continuer à boire avec eux.
C'est d'ailleurs souvent le seul moment de convivialité faussée que connaît le malade alcoolique
Il parle de ses journées aussi en fonction de l'alcool: je fais la journée avec une bouteille ou encore une bouteille me fait deux jours.
Ainsi la bouteille devient la mesure du temps !
L’espace et le temps sont alors définis par l’absence du produit.

Comme l’infini et le vide, le temps est une notion abstraite, il se définit selon les nécessités, c'est encore plus vrai chez le malade alcoolique.

Il y a aussi tout le temps que nous prenions pour cuver cet alcool. Nous buvions et nous nous écroulions pour dormir, incapables de tenir debout ou de faire autre chose.

Il y avait aussi le temps nécessaire pour faire ses réserves d'alcool, pour les gérer, pour les cacher...Quand on parle de travail à plein temps, on est proche de la réalité. Le temps de boire et le temps de se remettre de chaque alcoolisation, et comme celles-ci deviennent de plus en plus fréquentes, et bien tout notre temps libre est très vite entièrement occupé.

Ainsi plus l’alcool prend de place dans la vie de l’alcoolique, plus ses repères sociaux et affectifs vont être altérés voir perdus.

_________________
Demain sera un autre jour...





66
SHALE
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum