Photos











Qui est en ligne ?
Il y a en tout 18 utilisateurs en ligne :: 3 Enregistrés, 0 Invisible et 15 Invités :: 1 Moteur de recherche

Cardamone, SHALE, VMARGUERITE

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 265 le 11/6/2012, 17:08

L'alcoolisme, une perte de liberté..

Aller en bas

L'alcoolisme, une perte de liberté.. Empty L'alcoolisme, une perte de liberté..

Message  SHALE le 18/1/2019, 10:26

On peut définir l’alcoolisme comme la perte de liberté pour une personne de s’abstenir de boire de l’alcool. Il s’agit donc d’une pathologie de la liberté qui appartient au domaine des maladies psychopathologiques et qui peuvent entraîner des disfonctionnement physiques ou psychiques.
Cette pathologie est aussi responsable de conséquences plus larges qui touchent la famille, les liens sociaux, professionnels et qui entraîne parfois des ennuis judiciaires.
On ne naît pas alcoolique, on le devient !
On a pu définir trois grands facteurs qui peuvent favoriser l’alcoolisme chez quelqu’un.

-facteurs biologiques : il semble que nous ne soyons pas tous égaux devant l’alcool. Certains vont développer plus vite que d’autres une grande tolérance à l’alcool, tolérance qui mène à la dépendance. C’est l’effet drogue de l’éthanol.

-facteurs psychologiques : la plus part des personnes qui utilisent l’alcool ressentent des effets psychotropes, déshinibitions, diminution de l’angoisse, ils ressentent un effet psycho stimulant.Au début, l'alcool est le meilleur anxiolytique même si peu à peu, il devient au contraire une grande cause de dépression
C’est l’effet « médicament » du produit lorsqu’il est utilisé de façon répétée pour faire face aux difficultés de la vie

-facteur social : boire est un acte social que l’on retrouve dans la plus part des cultures. Un individu qui refuse ces coutumes du groupe culturel auquel il appartient, peut avoir des difficultés d’intégration . C’est l’effet socialisant tout en étant convivial de l’usage de ce produit

L’alcool intervient sur ces trois facteurs, mais tous ceux qui s’alcoolisent ne vont pas forcément devenir alcooliques, il faut autre chose en plus : la répétition, jour après jour, du comportement qui devient une addiction
Peu à peu va s’établir chez la personne addictive une relation personnelle à l’alcool de moins en moins liée aux facteurs externes et de plus en plus à une organisation psychopathologique du lien au produit
Celui-ci envahit progressivement l’esprit du sujet, diminuant en même temps ses autres possibilités d’investissement, c’est la dépendance psychologique
Le corps quant à lui s’adapte de plus en plus à la répétition des alcoolisations et à l’augmentation des doses, grâce au phénomène de tolérance qui s’est mis en place. Il ne supporte bientôt plus d’être privé d’alcool, on arrive à la dépendance physique, on peut d’ailleurs y arriver assez rapidement.
Le malade alcoolique, perd peu à peu, sans s’en apercevoir la liberté de s’abstenir de boire. Il est devenu un malade alcoolique dépendant physique, et pour l’avoir connu, je vous assure que c’est l’enfer…

_________________
Demain sera un autre jour...





66
SHALE
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'alcoolisme, une perte de liberté.. Empty Re: L'alcoolisme, une perte de liberté..

Message  penel le 18/1/2019, 18:52

J'ai une question, une fois la dépendance installée, combien de temps le corps peut-il tenir ? 5,10,15 ans ou bien toute la vie ? Comment font-ils pour tenir au travail ? Parce quand ils reviennent à la maison le soir, ils ne tiennent pas vraiment debout. La chose est de savoir si ils peuvent s'alcooliser en une heure ou deux, au point de tituber ou si l'alcoolisation s'est faite tout au long de la journée, voir de la semaine.
penel
penel
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 08/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

L'alcoolisme, une perte de liberté.. Empty Re: L'alcoolisme, une perte de liberté..

Message  SHALE le 18/1/2019, 20:14

La dépendance est évolutive et va toujours en s'aggravant, ce qui fait qu'au bout de quelques temps , on se retrouve dépendant physiquement et que là, si on ne se soigne pas, c'est la mort assurée...

_________________
Demain sera un autre jour...





66
SHALE
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'alcoolisme, une perte de liberté.. Empty Re: L'alcoolisme, une perte de liberté..

Message  cristal le 18/1/2019, 20:49

quand on est dépendant physique,ce n'est pas en une heure que l'on titube,il faut plus que cela pour ne plus tenir debout donc il y a eu alcoolisation tout au long de la journée,mais le soir,les verres se rapprochent et l'ivresse arrive assez vite,il y a l'alcool de la journée et vu qu'il faut 10 jours pour ne plus avoir une seule trace d'alcool dans le sang,on peut dire que les MA ne désaoulent quasi jamais totalement  Crying or Very sad Pour tenir au travail,il faut déployer une énergie folle,c'est aussi pour cela que l'on est épuisé en rentrant,la pression retombe.Cela répond à ta question?? tu voulais savoir si ton ex buvait au travail? si il titubait à peine arrivé à la maison,alors il y a de forte chance qu'il s'etait alcoolisé bien avant

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
cristal
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'alcoolisme, une perte de liberté.. Empty Re: L'alcoolisme, une perte de liberté..

Message  penel le 19/1/2019, 07:33

Non, je trouve intéressant de savoir comment tiennent les ma tout au long de leur maladie. Ils nous font entendre tellement de salades sur leurs expressions ; "je suis pas soul", ou bien" j'ai rien bu" ou bien" je ferais attention". Je pense que tout ça est tellement insupportable à vivre pour l'entourage que nous ferions n'importe quoi pour que ça s'arrête, y compris les écouter. Sauf que effectivement s'ils boivent non stop, l'alcool est présent quasiment tous les jours de l'année. Je trouve ça très bien les sujets de fond. Ce n'est pas très long et ça peut aider les proches à comprendre ce qu'est la dépendance à l'alcool. En ce qui concerne cette période de non stop d'alcoolisation, dans mon expérience avec mon ex, cela m'a permis de le laisser de côté le monde de l'alcool  et "d'essayer de vivre ma vie" et finalement de comprendre que l'alcool n'y avait plus du tout sa place (ni mon ex), sauf que quand il y a des enfants au milieu, c'est plus compliqué.
penel
penel
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 08/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

L'alcoolisme, une perte de liberté.. Empty Re: L'alcoolisme, une perte de liberté..

Message  Serenity68 le 14/2/2019, 23:03

penel a écrit:J'ai une question, une fois la dépendance installée, combien de temps le corps peut-il tenir ? 5,10,15 ans ou bien toute la vie ? Comment font-ils pour tenir au travail ? Parce quand ils reviennent à la maison le soir, ils ne tiennent pas vraiment debout. La chose est de savoir si ils peuvent s'alcooliser en une heure ou deux, au point de tituber ou si l'alcoolisation s'est faite tout au long de la journée, voir de la semaine.

Bonsoir ,

Je répondrais ... Toute une vie . Ma grand mère a 98 ans et elle est toujours alcoolique ...
Ma mère l'est aussi . Comment faisait elle pour tenir au travail ? Elle ne buvait pas beaucoup , mais elle buvait le soir et le week end . Si bien que personne à part ses "amis" buveurs ne savait qu'elle était alcoolique. Le huis clos familial .
Le vin semble être moins nocif que la bière si je compare la "bonne " santé de ma gd mère et la très mauvaise santé de ma mère ...
Serenity68
Serenity68
Assidu
Assidu

Féminin 02/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

L'alcoolisme, une perte de liberté.. Empty Re: L'alcoolisme, une perte de liberté..

Message  SHALE le 15/2/2019, 11:05

Tous les organismes ne sont pas égaux, tout le monde connaît des alcooliques qui sont décédés relativement âgés mais on ne parle pas souvent de ceux qui meurent dans la fleur de l'âge et il  y en a beaucoup, déjà dans mon village, deux la semaine dernière...Il y a beaucoup plus d'alcoolique qui meurent jeunes que d'alcooliques qui dépassent les 70 ans...Que ce soit le vin, la bière ou n'importe quelle boisson alcoolisée, elles contiennent toutes de l'alcool et l'alcool est le même dans chacune d'elle. Dans une bouteille de bière il y aura moins d'alcool que dans un verre de whisky, mais si on prend plusieurs bouteilles de bières on arrive vite à la même dose d'alcool....
En tout cas, ce n'est pas la peine de jouer à qui réussira à boire le plus vieux, de toute façon l'alcool est toujours gagnant... Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad
39

_________________
Demain sera un autre jour...





66
SHALE
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'alcoolisme, une perte de liberté.. Empty Re: L'alcoolisme, une perte de liberté..

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum