Navigation











Forum




















Qui est en ligne ?
Il y a en tout 8 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 8 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 265 le 11/6/2012, 17:08

L'alcool au travaio, la prévention.

Aller en bas

L'alcool au travaio, la prévention.

Message  SHALE le 28/11/2018, 18:25


La prévention de l’alcoolisme au travail
La prévention peut prendre diverses directions. On peut encadrer, via le règlement intérieur, l'introduction et la consommation de boissons alcoolisées dans l'entreprise, et même les interdire formellement pour tous les salariés pour la sécurité et la discipline. Pour les pots (à l'occasion d'un départ, de fêtes de fin d'année, etc.), des règles particulières peuvent être établies et inscrites dans le règlement intérieur : autorisation préalable, durée, horaires, service des consommations et non libre service…
En améliorant les conditions de travail, les relations interpersonnelles, qui génèrent le stress, on peut limiter les risques pour la qualité des prestations et pour la sécurité des employés de l’entreprise.
Il est de la responsabilité de l’employeur de tenir compte des risques de l’alcoolisme et de définir des règles claires à cet égard. L’employeur doit aussi apprendre à réagir envers les collaborateurs concernés par un problème d’alcool, afin que leurs comportements ne mettent pas en danger la sécurité dans l’entreprise.
• La prévention de l’alcoolo-dépendance
Depuis 2004, il existe des visites médicales «à la demande de l’employeur».
Le responsable hiérarchique doit déclencher un entretien avec la personne concernée,
dès que les signes d’alcoolisme chronique sont avérés et Il faut lui préciser qu’il doit rencontrer le médecin du travail. Le médecin du travail doit exiger de l’employeur qu’il informe le salarié du motif de la visite qu’il demande.
L’employeur doit remettre un courrier au salarié destiné au médecin du travail qui évoque le problème de l’alcool.
Il s’agit d’une consultation importante pour les problèmes d’alcool qui fera l’objet d’un avis par le médecin sur l’adéquation santé-travail.

Il est indispensable qu’un contact entre le médecin du travail et le responsable du salarié en cause soit établi pour, d’un commun accord, adapter les exigences professionnelles et les conséquences du sevrage alcoolique. L’employeur doit constater la faute professionnelle, éventuellement émettre un avertissement au salarié alcoolo-dépendant.
Par ailleurs, le médecin du travail pourra, en fonction de l’état de santé constaté, soit adresser le salarié à son médecin traitant, soit le diriger vers un centre d'alcoologie avec lesquels il se mettra en relation.
En accord avec l’employé, une rencontre avec le responsable hiérarchique et le médecin du travail est organisée pour mettre en place un contrat d’accompagnement : le responsable peut s’engager à ne pas donner de suites disciplinaires en l’absence de récidive, à adapter temporairement l’activité du salarié, ou aménager son temps de travail, afin de faciliter la prise en charge médicale.
• La formation au risque alcool
Il existe des organismes agréés qui proposent des actions de prévention adaptées à chaque entreprise. Basées sur des actions de sensibilisation et de formation, ces mesures de prévention permettent une diminution sensible de l'alcoolisation au travail et améliorent l'orientation des personnes en difficulté.
La demande de formation de l’encadrement sur le problème d’alcool peut être émise par différents canaux : direction, médecine du travail, CHSCT.
Un groupe de travail est généralement nommé et est constitué par les représentants du CHSCT, de la Direction du secteur concerné, de la Direction des Ressources Humaines, des services médicaux et sociaux. Ce groupe doit être formé et aidé afin de dresser un état des lieux et faire des propositions en vue d’améliorer les capacités internes de l’entreprise face aux problèmes d’alcool. Ceci passe par la définition d’un langage commun entre les différents partenaires sur les objectifs suivants :
- l’amélioration de l’offre de boissons au sein des services ;
- le traitement des incidents (détermination d’un protocole de suivi réglementaire et médico-social) ;
- l’accompagnement des salariés en difficulté alcoolique.
• L’amélioration les conditions de travail.
Sécurité et productivité vont être améliorées par la diminution de la propension à l’alcoolisme induite par l’amélioration des conditions de travail : stress, pénibilité, répétition des tâches ou surcharge de travail sont des facteurs favorisant la consommation d'alcool.

_________________
Demain sera un autre jour...





66
SHALE
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum