Navigation











Forum



















Qui est en ligne ?
Il y a en tout 12 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 11 Invités :: 1 Moteur de recherche

VMARGUERITE

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 265 le 11/6/2012, 17:08

Journal de bord de sevrage

Aller en bas

Journal de bord de sevrage

Message  Manu le 31/8/2018, 15:56

Salut,

J'ai attaqué mon sevrage il y a trois jours (on est vendredi, dernier verre mardi soir) après une discussion avec mes parents. J'ai commencé à boire à mes 15 ans à l'entrée au lycée, directement en grandes quantités certains week end, puis parfois en semaine le midi entre les cours. Ca a évolué, j'ai été frappé par la bière un ou deux ans après avoir commencé à boire, j'ai goûté une bière que j'ai adoré et c'est devenu ma nouvelle passion, du coup j'ai commencé à me saouler à la bière et à en boire en plus grande quantité et plus régulièrement. A la fin du lycée je buvais deux trois fois par semaines en plus du week end. Après le lycée j'ai passé une année très désagréable où j'ai beaucoup bu, deux litres de bière minimum le soir, beaucoup plus le week end et dès le réveil, j'ai fait des comas, j'ai été arrêté par le médecin après m'être blessé en escaladant un portail une nuit d'ivresse, et on m'a dit pour la première fois que je devais me faire soigner.

Après cette année ça c'est calmé, je buvais encore mais moins violemment en semaine, c'était surtout le week end, avec des drogues (ecsta, speed, etc...) en soirées techno. Pendant deux ans ça a évolué pour n'être plus vivable, j'ai arrêté les études et mon frère aîné m'a embauché en tant qu'ouvrier. Ca fait 3 ans maintenant que je travaille avec lui, ça se passe très bien, mais ma consommation d'alcool n'est plus supportable. Au travail ça se passe bien, mais le soir je ne suis plus capable de cuisiner, de manger, de faire le ménage, voir de me laver.

J'ai essayé plusieurs fois d'arrêter de boire depuis le lycée, mais je n'ai jamais tenu plus d'une semaine. Cette fois je recommence, j'ai rendez-vous avec mon médecin dans deux semaines, mais j'ai attaqué mon sevrage, entouré de ma famille, de mes amis, et de mon chef avec qui je suis proche et bientôt de mon patron (qui n'est pas encore au courant de mes problèmes) qui est mon frère aîné.

Pour le moment tout se passe bien, je ne pense pas être dépendant physiquement, mais j'en ai bien chier hier quand même ! Nausées, maux de tête, etc... J'ai beaucoup bu d'eau, aujourd'hui aussi, j'ai l'habitude de bien m'hydrater, ayant eu des problèmes de rein quand j'étais enfant. J'ai 24 ans actuellement, ça fait un peu plus de 6 ans que j'ai commencé à boire de façon vraiment dangereuse et 5 ans que je me suis rendu compte que je n'arrivais pas à contrôler ma consommation.

Je ne sais pas trop où me situer dans le "monde de l'alcoolisme", est-ce que je peux me permettre de boire une bière de temps en temps ? Est-ce que je peux me mettre une biture avec des potes pour de grandes occasions ? Est-ce que c'est 0 alcool tout court ?

J'ai peur de me laisser tenter et retomber dans les sales soirées seul dans le noir...

J'essayerai de mettre des messages ici pour donner un état des lieux de l'avancement de cette affaire. Je passe ce week end avec deux amis avec qui j'ai l'habitude de boire pas mal, et fumer des pétards. Ils sont prévenus que je ne veux pas boire et je sais que je peux leur faire confiance, j'ai leur soutien. A voir comment tout ça va se passer.

Manu

Manu
Arrivant
Arrivant

Masculin 31/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de bord de sevrage

Message  SHALE le 31/8/2018, 17:55

Bienvenue sur Onsaide...
Le fonctionnement de la maladie alcoolique, que je te mettrais ici si tu ne le trouves pas dans la base de données fait qu'il est impossible pour un malade alcoolique de reprendre de l'alcool sans retomber aussitôt où il en était quand il s'est arrêté.
Alors pour le moment, je te conseille d'avancer au jour le jour: aujourd'hui je ne bois pas, demain sera un autre jour, sans prévoir sur le long terme, c'est moins décourageant et plus facile à suivre.
Je vois que tu as fait un sevrage tout seul, ce n'est pas très recommandé car le sevrage peut être un moment dangereux avec crises d'épilepsie, délirium tremens ou malaise cardiaque...Bon si tout se passe bien, tant mieux mais fais tout de même attention. Il faut boire beaucoup d'eau sucrée, l'eau car l'alcool déshydrate beaucoup et le sucre car l'alcool en apportait énormément et pendant le sevrage il faut que tu compenses ce manque de sucre. Normalement, il te faudrait un anxiolytique en cas de grosses angoisses et surtout te reposer car l'arrêt d'alcool est très fatigant....
Tu peux te servir du forum comme d'un journal de bord où tu marques chaque jour comment tu te sens, tes doutes, tes joies, tes espoirs, tes questions....Nous serons là pour te suivre aussi longtemps que tu le souhaiteras...
Installe toi, Visite, fais le tour du forum et écris ce que tu veux sur ton fil... Very Happy coeurs coeurs coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...





66
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de bord de sevrage

Message  cristal le 31/8/2018, 21:45

bienvenue sur le forum Manu et Bravo pour t'être inscrit ici,ça n'a pas du être facile mais si tu l'as fait,c'est que tu en as vraiment marre et qu'il est temps de faire quelque chose pour retrouver ta vie,on est là pour te guider onsaidiens 
Il te faudrait un rdv avec un alcoologue qui est plus au fait de la maladie alcoolique,un CSAPA serait l'idéal car il allie plusieurs soignants nécessaire pour les soins (psychologues,infirmières,alcoologue,assistante sociale...),tu devrais en avoir un près de chez toi.
Pour répondre honnetemennt à la question '"est ce que je peux boire de nouveau de temps en temps",à partir du moment où on entre dans la maladie alcoolique,ce n'est plus possible car l'alcool est la nourriture de la maladie,tu arrêtes,la maladie s'endort et tu vis normalement,tu bois,la maladie se réveille et t'emmène où tu sais  Crying or Very sad
Mais on aborde jamais les soins de cette maladie avec ce "plus jamais" qui n'est pas gérable ni supportable pour nous noon on l'aborde plus en douceur de manière à intégrer le fait de ne plus pouvoir boire comme une nouvelle façon de vivre et pas comme une punition.Mais on va reparler de tout ça peu à peu Manu petits coeurs
Pour ce qui est du week end avec des potes qui boivent,tu ne t'aides pas beaucoup là Crying or Very sad quand on commence à se soigner,on s'éloigne le plus possible de l'alcool car la tentation est terrible et au début,on est pas armé pour lutter,la volonté n'est pas assez forte pour résister Crying or Very sad Alors si tu le peux,annule cette soirée parce que tu ne vas pas la trouver agréable du tout Crying or Very sad

Mais bon,fais comme tu le peux.Je suis contente que tu sois parmi nous,écris tant que tu veux sur le forum,on est là pour t'aider coeurs

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de bord de sevrage

Message  chiffounette le 31/8/2018, 22:34

salut manu

je partage cette expression avec les copines de se dire "plus jamais" n'est pas gérable! je partage le cheminement de ne plus boire et de se reconstruire sans... sauf que tu as 24 ans et que cette dimension va être compliquée... on est des "vieilles" de l'addiction alcoolique... nous on s'est remis en cause sur nos consommations après nos vécu de jeunesse d'alcool...

Je te propose une démarche en complément de ce que dise Cristal et Shale... une démarche comment dire philosophique, de zen attitude ... 
Une autre façon de voir ton avenir... pourquoi parce que tu as 24 ans et que tes amis que tu ne quitteras pas même si ce sont des vrais amis qui vont t'accompagner dans ta démarche sans être dans ta démarche seront tes tentations... alors il faut te forger une autre volonté d'être...

Il te faut face à ça te forger une autre forme de vie en parrallèle de la leur pour vivre bien sans alcool.
 
Il te faut pour te sortir de se foutu piège de l'alcool te construire une vie de pleine conscience de ton corps d'une vie saine avec les plaisirs de vie d'une jeunesse... c'est peut être compliqué ce que je te dis... mais pense y 

Courage on t'accompagne petits coeurs
avatar
chiffounette
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 25/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de bord de sevrage

Message  Manu le 1/9/2018, 18:13

Salut !

Merci pour vos messages, je suis allé voir le forum en me couchant, ça m'a fait chaud au cœur !

Hier quand j'ai ouvert ce sujet j'étais au travail, c'était juste avant de partir. J'avais déjà rendez-vous chez le médecin (simple appel au secrétariat pour prise de rendez-vous, aucune question n'est posée à ce moment là), et j'avais également appelé le service addicto de Valence (le Dr JOLY, qu'on peut entendre dans le reportage "La vie après l'alcool"). Je pense que c'est elle que j'ai eu au téléphone, elle m'a dit que je ne pouvais pas prendre rendez-vous, il fallait que je passe par mon médecin, ce qui était déjà prévu, mais elle m'a dit de beaucoup boire d'eau, et elle était très rassurante, en tout cas agréable au téléphone, je n'avais pas la sensation de m'être fait rembarré, surtout que j'ai cette sensation, cette "peur" de ne pas être vraiment alcoolique.

Après ça je suis allé chez mes parents, mon frère aîné devait passer chez eux. J'ai pu lui raconter tout ça en leur présence, ça s'est très bien passé, j'ai eu tout son soutien.

Je suis ensuite passé chez un pote avec qui je bois beaucoup. Je bois beaucoup avec tous mes potes en fait je me rend compte, ce que je ne sais pas par contre c'est si eux boivent beaucoup sans moi. Je suis passé rapidement pour lui rendre des affaires qu'il avait oublié chez moi il y a un bon moment. Je savais très bien qu'en rentrant chez lui, ça allait donner quelque chose du genre "Wesh mec, bien ou quoi ? T'as vu j'ai changé le meuble dans le salon, c'est sympa hein ? On se boit une petite bière ?". Je pensais pouvoir lui dire calmement tout ce que j'avais à lui dire, surtout que j'avais déjà parlé de mon dégoût pour ma consommation avec lui il y a 6 mois, lors de ma dernière tentative. J'ai simplement réussi à lui sortir un "Non" bien raide, qu'il n'a pas bien compris. On est sorti fumer une cigarette et je lui ai dit que j'avais rendez-vous chez le médecin pour m'aider à arrêter de boire. Il pensait que mon problème était réglé puisque depuis la dernière fois que je lui en avais parlé il n'avait pas vraiment de nouvelles, c'était un peu oublié comme affaire. Un des mes amis m'a dit exactement la même chose par sms quand je lui ai dit ne pas vouloir faire des soirées pendant un moment pour éviter les situations à risque.

J'ai ensuite retrouver mon cousin pour partir en week end. J'ai vu mon oncle au passage, qui m'a dit de l'inviter boire une bière pour qu'il puisse voir mon nouvel appartement. Je ne lui ai rien dit.

On est allé au supermarché faire deux trois courses, j'avais dit à mon cousin que je ne voulais pas boire, mais je n'ai pas réussi à être vraiment convaincant, ça ressemblait plus à une résolution de nouvelle année qu'à un problème de santé. Il savait que j'avais des problèmes avec ça, je lui en avait parlé en Janvier, pendant une période de consommation morbide. Pendant les courses, il voulait prendre quelques bières pour le soir, pour lui et notre pote, il a eu le respect de me demander si ça me dérangeait. J'ai eu du mal à dire oui, mais après quelques hésitations je lui ai dit que je ne voulais pas, fermement. On a pu en parler pendant le trajet, mais c'était surtout un moment où j'ai pu oublier ces problèmes, on a parlé de plein de choses qui m'ont fait sortir de la tête les angoisses et le stress.

Nous sommes arrivés chez notre pote, Antonin. En fait à la maison de vacance de ses grands parents, où toute sa famille se réuni tous les étés. J'y ai passé un week end il y a trois semaines quand il y avait tout le monde. Je connais bien sa famille depuis un moment, on est amis depuis qu'on a 3 ou 4 ans. Cette fois il ne restait plus que lui, qui était resté quelques jours de plus avec sa mère, et pour ce week end il ne restait plus que lui. Il y avait une bouteille de whisky sur la table du salon, je ne pense pas qu'il en ai bu dans la journée, c'est pas vraiment son genre. On a posé nos affaires, et il nous a proposé un verre. Je lui ai dit clairement que pour moi c'est sans alcool, et qu'ils ont tous les deux pour obligation de ma casser la gueule si j'essaye de boire. J'ai sorti mon Pulco citron et on s'est posé, il a sorti un cubi de vin blanc et ils ont pris un verre.

Plus tard il m'a proposé un verre de cidre, j'ai directement dit non, avec une petite insulte au passage (on est un peu vieux couple, on s'engueule tout le temps). Il a sorti le débile "Mais c'est du cidre enfiiiiin, voyooooons, c'est pas alcooliséééé !". Là j'ai gueulé, je lui ai dit que je ne rigolais pas du tout, c'est 0 alcool, pas de bière, pas de cidre, pas même une goutte de panaché. Ils ont bu un verre de vin, puis une bière plus tard dans la soirée, j'étais suffisamment motivé pour ne pas avoir envie de craquer, je n'étais pas même vraiment tenté (d'où cette idée de n'être qu'à moitié malade alcoolique). J'ai plutôt bien vécu cette soirée, en plus avec le chien présent dans la maison j'ai fini par avoir des allergies, avec le nez explosé et les yeux qui grattent même en temps normal j'aurai eu du mal à boire. Le fait d'être arrivé là bas et d'avoir des messages de mes parents et de mon frère et sa femme m'a fait du bien également. Pendant la nuit j'ai fait plein de cauchemars, je rêvais que je devais boire de la gnole, des quantités d'alcool, mais je ne voulais pas. C'est flou mais c'était très désagréable.

Le lendemain je me suis levé plus tôt qu'eux, j'ai pris ma douche et je suis parti au marché pour prévoir le repas du midi. Etre dehors le samedi matin, frais, avant 10 heure, c'est un luxe auquel je n'ai accès qu'une fois par an environ. Ca fait parti des choses qui me motivent à tenir.

En faisant à manger, je discutait de la recette avec Antonin (sujet de discorde assuré, c'était de la carbonara, or sa famille a un lien très important avec l'Italie) et de ses ingrédients. On était d'accord qu'un peu de vin blanc pendant la cuisson c'est pas mal. Du coup il me dit d'en mettre, je lui dit d'aller se faire foutre, et encore une fois j'ai le droit à "Oh mais ça va, faut pas non plus se priver de tout, c'est pas comme...". Je l'ai coupé net, pour lui répéter que je ne voulais pas entendre parler de consommation d'alcool de ma part, quel que soit la méthode.

Après avoir cuisiné j'ai vu que j'avais des appels en absence de mes parents et de mes frères. Je les ai rappelés, ils venaient aux nouvelles, et m'ont tous félicité pour la soirée passée, maintenant je pouvais me focaliser sur la journée en cours. Pas à pas, jours après jours. J'ai retrouvé Martin (mon cousin) et Antonin dans le jardin, avec le pâté, le fromage et les verres. Mais pas d'alcool. En me voyant au téléphone pendant un bon moment ils ont compris que c'était plus compliqué que ce qu'eux imaginaient. Ils ont voulu discuter un peu de cette histoire, et j'ai craqué, j'ai fondu en larme, je suis rentré pleurer hors de leur vue. On a pu en reparler après, mais ils ont compris à ce moment qu'effectivement ils n'avaient pas cerné correctement le problème. Antonin s'est excusé pour ses paroles déplacées.

On a mangé, on a regardé un film et je me suis endormi, j'ai fait la sieste. Maintenant j'écris ce message, et les autres sont partis se balader. Je suis tout seul dans la maison, et c'est une vieille maison de vacances, remplie à ras bord d'alcool en tous genre. Je sais très bien où sont ceux que je déteste, ceux qui coûtent cher, et ceux que j'aime. J'ai vu du coin de l’œil que certains alcools que j'avais apporté la dernière fois sont encore là. Ce sont mes alcools du moment, ceux que je bois et que j'apprécie gustativement. C'est dangereux. Du coup je bois du thé, et je fonce les rejoindre quand ce message est terminé.

Pour le moment tout roule, j'ai la boule au ventre régulièrement, mais j'ai assez confiance en mon comportement. Je n'irai pas tenter le diable non plus mais j'ai confiance en moi pour aujourd'hui et demain. Demain j'irai dormir chez un de mes frères pour ne pas rester seul chez moi.

Merci pour votre soutien, je n'ai pas eu le temps de regarder correctement les posts d'autres personnes, du peu que j'en ai vu cependant c'est complètement différent de ce que j'imaginai du malade alcoolique. Je prendrai le temps dans la semaine.

Bonne abstinence à tous, et bon courage !

Manu

Manu
Arrivant
Arrivant

Masculin 31/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de bord de sevrage

Message  SHALE le 1/9/2018, 18:41

Là, tu as tout de même pris beaucoup de risques. Tu as été confronté à l'alcool toute la journée, tu dois être épuisé. En tout cas bravo pour ne pas avoir céder, mais ne fais pas ça tous les jours, tu finirai par craquer.
En tout cas, ils sont tous prévenus et ça c'est un gros plus, ils pourront t'aider à ne plus boire.....
En tout cas, tu peux être fier de toi d'avoir réussi à tenir malgré toutes les propositions d'alcool qui t'ont été faites..... smiles coeurs coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...





66
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de bord de sevrage

Message  cristal le 1/9/2018, 19:10

Alors là,tu m'épates Manu,quelle détermination bravo Mais comme le dit shale,tu te mets à rude épreuve là et tu vas devoir puiser dans tes réserves d'énergie pour finir ce week end!! la résistance est très difficile et demande beaucoup d'effort même si tu ne t'en rends pas compte,ton cerveau qui est désormais conditionné pour boire de l'alcool est entrain de vivre un calvaire ,il est privé de sa dose qui est tout près Crying or Very sad Alors surtout,remplis toi l'estomac si tu as des envies,ne reste pas dans la pièce où il y a de l'alcool,bois de grands verres d'eau coup sur coup si tu as des flashs et éloigne toi de l'alcool dès que tu le peux.
C'est une belle victoire mais fais attention aux retombées,tu risques d'être très fatigué et très irritable,le plus dangereux,ce n'est pas forcément quand on est dans la soirée alcoolisée mais après,quand on est plus dans la lutte,au moment où on se relâche.
Reste sur tes gardes et n'oublie pas qu'on est tous autour de toi  onsaidiens coeurs

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de bord de sevrage

Message  barbette le 1/9/2018, 19:58

bravo bravo bravo

barbette
Habitué
Habitué

Féminin 25/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de bord de sevrage

Message  Manu le 3/9/2018, 15:53

Ca fait 5 jours d'abstinence. Déjà 5 jours, seulement 5 jours, je ne sais pas dans quel sens le prendre, j'ai l'impression que les cuites sont déjà de lointains souvenirs, mais en même temps c'est tout nouveau cette sensation de bien être. Mon week end s'est bien passé mais c'était effectivement fatiguant, le samedi soir j'ai tapé sur la table des deux poids et balancé mes lunettes à travers le salon après m'être mordu la langue, c'est pourtant pas dans mes habitudes ! Je suis reparti le dimanche après le repas de midi, plutôt que de faire trainer jusqu'au soir. J'ai mangé chez un de mes frères pour ne pas rester seul chez moi, tout s'est bien passé. Je fais simplement une petite overdose de Pulco je crois Very Happy

Mon frère a eu des périodes de consommation excessive quand il avait mon âge, dans des situations plus ou moins similaires (solitude, environnement très alcoolisé, pas ou peu d'amis présents...), mais il a su s'arrêter avant moi. Il me disait qu'il galérait au moment d'arrêter de boire, puis qu'après tout se passait bien, c'était juste un peu dommage de dire à ses potes (œnologues pour certains...) qu'il ne voulait pas boire. Et effectivement je trouve que c'est devenu "facile". Je n'ai plus de stress, pas de flash pour le moment non plus, c'est agréable. Je reste sur mes gardes tout de même, je n'ai pas été seul plus d'une heure pour le moment depuis que j'ai arrêté de boire.

@Cristal

Effectivement quand tu dis qu'on peut devenir irritable c'est exactement ce qui s'est passé. Idem pour la fatigue, ce matin j'ai pas réussi à me lever, je me suis levé pour éteindre le réveil et je suis reparti me coucher... J'ai repris une alimentation plus saine et surtout beaucoup plus importante, je bois un max d'eau ou de Pulco, j'essaye de ne pas laisser de place pour ne serait-ce qu'une seule bière.

@SHALE

Mes potes sont prévenus, mais j'ai l'impression qu'ils ne mesurent pas l'importance du problème. J'ai cette impression qu'il suffirait que je leur dise "C'est bon ça va mieux je peux boire une bière" pour qu'ils prennent ça comme une vérité et me tendent le décapsuleur. Non pas qu'ils me veuillent du mal ou ne souhaitent pas me soutenir, mais il y a quelque chose qui fait que j'ai du mal à leur confiance après avoir passé ce week end. C'est peut être une bonne chose de moins les voir pour le moment...

@chiffounette

Je pense comprendre plus ou moins ce que tu me dis. Effectivement à 24 ça va être compliqué de vivre sans alcool, il est omniprésent autour de moi. Pourtant ça pourrait être un beau combat que de ne plus boire du tout. De la même façon qu'à l'époque où beaucoup de gens fumaient, où c'était légal dans les lieux publics, ceux qui ne faisaient pas comme les autres étaient ceux qui ne fumaient pas. Je vais voir beaucoup de concerts de rock et de metal, chaque année je vais au HellFest (400.000 litres de bière écoulés cette année), avec ma grosse barbe et mes t-shirts de groupes de de metal j'ai une tête de buveur de bière. Un magnifique pied de nez serait d'être le type qui a une tronche de citerne à bière, mais qui ne boit pas. Je ne vais pas non plus tenter le diable en me pointant dans des concerts tout de suite... Autrement, j'ai essayé de me remettre à la peinture cet été, sans succès à cause de l'alcool, mais ça devrait être faisable maintenant. De même, je vais reprendre la poterie ce week end. Cette démarche philosophique dont tu parles, cette zen attitude, pour moi elle passe par les mains, avant de commencer à boire c'était comme ça que j'évacuais, avec la poterie, la peinture, le piano. Un de mes frères m'a proposé d'aller faire des randonnées avec lui aussi. Je vais reprendre le sport certainement cette année aussi, j'ai fait du roller derby l'an dernier, pour se défouler c'est efficace ! Quand j'occupe mon corps, mes mains, je me déconnecte complètement et je n'arrive pas à avoir de mauvaises pensées. Si elles arrivent elles sont immédiatement évacuées. Ces activités je sais que je ne les partagerai pas avec mes amis, en tout cas ceux que j'ai actuellement. ce sera sans doute ça mon monde parallèle.

Vivement le 6e jour !
Manu

Manu
Arrivant
Arrivant

Masculin 31/08/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de bord de sevrage

Message  chiffounette le 3/9/2018, 17:58

Manu a écrit:, mais en même temps c'est tout nouveau cette sensation de bien être.

Tu pourrais avoir une période d'euphorie, fais attention c'est trompeur!

 c'était effectivement fatiguant, fais toi une cure de magnésium ça aide sur la fatigue et une cure de vitamine B

 C'est peut être une bonne chose de moins les voir pour le moment... quand on quitte l'alcool on quitte aussi ses potes de beuverie...

Pourtant ça pourrait c'est  un beau combat que de ne plus boire du tout.

Un magnifique pied de nez serait d'être le type qui a une tronche de citerne à bière, mais qui ne boit pas. oui ce serait atypique et certainement jouissif! maintenant il te faut du temps pour arriver au sans alcool, évite les endroits à risque. c'est un combat qui s'inscrit dans la durée!

Je ne vais pas non plus tenter le diable en me pointant dans des concerts tout de suite... bravo

 la poterie, la peinture, le piano. Un de mes frères m'a proposé d'aller faire des randonnées avec lui aussi. Je vais reprendre le sport certainement cette année aussi, c'est excellent, il faut reconstruire tes endorphines naturelles qui ont été détruite par l'alcool et c'est en se procurant du plaisir que le stock se refait plus facilement!

Vivement le 6e jour !
Manu


Sinon le métal  amuse amuse c'est pas zen....

est ce que tu sais ce qui a déclenché ces prises d'alcool? Tu parles d'évacuer ... évacuer quoi?
avatar
chiffounette
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 25/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de bord de sevrage

Message  mamou le 3/9/2018, 20:46

bravo manu pour ces déjà cinq jours  Very Happy, ça fait toute la différence  cligner

tu verras aussi qu'au fur et à mesure, les amitiés et rencontres vont changer au même rythme que tes activités.

Allez, go pour le sixième jour après une bonne nuit  tap main

_________________
Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous  petits coeurs
avatar
mamou
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 25/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de bord de sevrage

Message  cristal le 3/9/2018, 21:43

bravo pour avoir passé ce week end sans alcool mais là,vraiment,évite à tout prix l'alcool et remets toi dans des choses que tu aimes comme la poterie ou la rando,c'est super ça super Et NON,5 jours ce n'est pas rien noon tu as déjà passé la phase la plus dangereuse du sevrage et tu as fait la moitié du sevrage physique,tu vas voir que si tu planifies bien tes journées,elles passeront si vite que tu seras bientot à une semaine puis deux puis ....  cligner
Bravo Manu  bravo

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de bord de sevrage

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum