Navigation











Forum


















Qui est en ligne ?
Il y a en tout 17 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 15 Invités :: 2 Moteurs de recherche

cristal, lullaby77

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 265 le 11/6/2012, 17:08
anipassion.com

Alcool et sexualité

Aller en bas

Alcool et sexualité

Message  SHALE le 26/3/2018, 18:14

Alcool et sexualité.
L'alcool fait en général très mauvais ménage avec la sexualité. Si au début, il a un côté désinhibiteur qui peut favoriser les relations sociales. En buvant modérément l'alcool peut permettre à certaines personnes de surpasser leurs inhibitions sexuelles ainsi que des sentiments tels que la timidité
Mais au bout de plusieurs verres, une action déprimante commence à restreindre la capacité de votre corps à répondre sexuellement à toute excitation, aussi bien pour l'homme que pour la femme. Les érections sont plus difficiles, l'éjaculation est retardée ou ne se fait pas, pour la femme une sécheresse vaginale l'empêche de bénéficier pleinement de l'acte sexuel
L'endormissement involontaire met fin très souvent à toutes velléités d'acte sexuel.
En cas d'alcoolisme chronique, c'est une tout autre problématique. Les hommes et les  femmes qui boivent depuis des années  de ce fait, détériorent leurs fonctions hépatique et nerveuse, avec à terme, des répercussions sur leur fonction sexuelle. L’alcool détériore aussi considérablement la fonction de reproduction, chez l’homme, mais également et même surtout chez la femme. Chez les alcooliques chroniques, les troubles de la sexualité sont parmi les troubles les plus fréquents.
Les atteintes neurologiques provoquées par l'alcool font que ces malades alcooliques ont une diminution de la libido et de la capacité érectile. Avoir un rapport sexuel devient peu à peu quasiment impossible.
 
Pour le moment nous avons vu le cas d'alcoolisations ponctuelles ou chroniques. Mais il y a aussi des alcoolisations très fortes qui peuvent finir de façon dramatique. Plus la personne est alcoolisée moins son surmoi et son ego sont actifs, il ne reste plus que le cerveau reptilien qui transmet ses ordres!
C’est également lui qui domine les émotions les plus primitives, comme le désir, le sexe, le pouvoir et la violence, comprise ici comme moyen de survie.
Un petit rappel sur les trois cerveaux qu'un homme est censé avoir:
 
Le cerveau est une machine de trois éléments en un:
- Le cerveau reptilien et au même niveau le cervelet
- Le paléo cortex
- Le néocortex.
 
Le cerveau reptilien  C’est le cerveau ancien primaire ou primitif qui régit les instincts de survie et les pulsions.
Le paléo cortex C’est la deuxième couche du cerveau. C’est le cerveau de l’affectif, des émotions, c’est le cerveau sentimental.
Le Néocortex C’est la troisième couche du cerveau. le paléo cortex est le domaine du plaisir, le néocortex est celui de la raison. Le néocortex est le gendarme qui contrôle les deux autres cerveaux.
 
Ceci étant vu, que se passe-t-il quand quelqu'un est très alcoolisé?
L'alcool anéantit les protections du paleo cortex et surtout du Néocortex, le cerveau reptilien est donc le seul en état de marche. Ses réactions sont les besoins sexuels, la violence, le manque d'empathie, il ne sert qu'à obtenir la satisfaction de nos instincts les plus bas.
C'est donc dans ces moments de grandes beuveries que l'on trouve le plus de violences physiques et sexuelles, violences pouvant aller jusqu'au meurtre.
D'autre part la sidération est une réaction fréquente pour la personne qui se sent agressée. Elle se fige corporellement et n'essaie même pas de se défendre par instinct de survie elle aussi, ça concerne plus souvent les femmes.
C'est rapide et très schématique, voilà en gros ce que l'on peut retenir de l'alcool et de la sexualité.
Je suppose que vos réactions vont être nombreuses et vos questions aussi, alors n'hésitez pas, posez les, nous essaierons de vous répondre le plus clairement possible.

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alcool et sexualité

Message  Lisa le 26/3/2018, 20:10

La "sidération", par exemple en cas de viol, est une réaction très fréquente et pas induite par l'alcool. Notre cerveau primitif, en cas d'agression, nous offre 3  possibilités : attaquer, fuir, ou... se pétrifier. Beaucoup de victimes de viol vivent ainsi leur agression de manière "détachée", en fait on appelle ça un état dissociatif, c'est un mécanisme de défense psychologique. Et c'est terrible parce que ces victimes ensuite s'en veulent de ne pas s'être débattues, de ne pas avoir hurlé, etc.

Chez l'homme en effet, l'alcoolisation (même celle d'un soir) peut provoquer un trouble de l'érection, et retarder l'éjaculation voire même la rendre impossible.
Chez la femme, ça lève les inhibitions si celle-ci est plus ou moins timide pour les relations sexuelles, mais l'alcool aidant, elle n'en retirera guère de plaisir.

A préciser aussi : chez l'homme qui est en période de sevrage alcool avec médicametation, notamment le Valium, l'érection est le plus souvent impossible. Cela est tout à fait normal, et les fonctions reviennent dès l'arrêt du Valium.
avatar
Lisa
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alcool et sexualité

Message  SHALE le 26/3/2018, 22:07

Oui Lisa, tu as raison de le spécifier... smiles

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alcool et sexualité

Message  lolo6 le 16/4/2018, 00:25

Bonjour,
Merci pour le rappel des 3 en 1 du cerveau, c'est important de connaître
çà pour avoir du recul vis à vis de ses envies ou de ses actes.smiles

La sidération aussi, c'est bien d'expliquer à quoi cela correspond. On en parle
un peu plus ces temps ci depuis les tags sur le consentement ou meetoo (entre
autres).

Par contre, je ne sais pas qui rédige ces articles (que j'avais repérés sur Facebook
sur une page que j'ai d'ailleurs dégagée). Je comprends que c'est bien de les
reporter ici comme sujet de discussion, mais je trouve que çà véhicule quand même
nombre de raccourcis peu judicieux.

Ici, la partie qui me dérange est celle-ci:
"Ses réactions sont les besoins sexuels, la violence, le manque d'empathie, il ne sert qu'à obtenir la satisfaction de nos instincts les plus bas.


Je trouve qu'il est tout à fait grave, et rétrograde, d'employer "besoin sexuel" à la place
de "pulsions sexuelles" ou autre chose qui correspondrait à la réalité évoquée.

1/Je ne sais pas qui peut juger de la hauteur des instincts (puisqu'ils ne relèvent
d'aucune réflexion ils sont exemptés de jugement de valeur)

2/ les envies sexuelles puissantes ou soudaines ne sont pas l'apanage des gens
sous influence de l'alcool, et peuvent tout simplement correspondre à des tempéraments,
comme les envies de courir ou de faire des voyages.

3/ l'absence d'éjaculation n'est pas synonyme de non jouissance. L'éjaculation n'est
pas une fin en soi (sauf peut-être pour ceux qui voient les rapports sexuels 
comme un simple besoin hygiénique à assouvir /ou une crampe passer)

Enfin bon, je ne vais pas me lancer dans des débats sur la sexualité ici, même
si çà m'intéresse grandement.

En gros, sous alcool et tant qu'ils tiennent encore debout, dans les grandes lignes
on sait tous que les hommes bandent moud et les femmes ont la cuisse légère.
Gros gags ou gros drames au choix Rolling Eyes

Une chose aussi, que l'auteur anonyme ne mentionne pas, c'est ceci: ce que j'ai
constaté de ma fenêtre, c'est que les hommes de mon âge  (cinquantaine plus ou 
moins 5-6 ans)) qui ont eu longtemps un souci d'alcool sont beaucoup moins en forme
côté santé sexuelle que les autres. Ceci dit, c'est valable aussi pour tous ceux qui
ont abusé en général (tabac, bouffe, médocs...)

Je me permets de dire tout çà car, pendant "la dernière ligne droite" de ma consommation 
d'alcool, j'avais tiré un trait sur le sexe. L'image de la femme bourrée était incompatible
avec ma libido, la honte était plus forte.

Par contre, mon vécu de sexualité, retrouvée dans les très bonnes conditions d'une absence
de tout produit pour en profiter, me fait voir rouge quand je lis toute considération
reliant le sexe aux "bas instincts".
Je considère qu'une vie sexuelle épanouie est un art en soi, et le discours anti-alcool
devient dangereux quand il amalgame des notions qu'il ne distingue même pas.

Quand on arrête de boire, on avance sur beaucoup de choses, on évolue. On
pourrait même dire qu'on devient sage, ou philosophe, ou plus juste... Sauf
que "la sagesse", la sérénité, ce n'est surtout pas désapprendre à aimer tout
ce qu'on aimait (aussi) sous alcool.
C'est la raison pour laquelle je trouve que l'auteur fait un grossier amalgame
dans une explication qui se veut rationnelle mais qui ratisse trop dangereusement
large dans les clichés.
(idem pour le manque d'empathie, les MA abstinents que je connais moi sont
bien moins emphatiques que nombre de consommateurs excessifs)

Bon, baiser et merci pour la lecture petits coeurs
avatar
lolo6
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 24/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alcool et sexualité

Message  SHALE le 16/4/2018, 11:33

Lolo, excuse moi, mais là, tu mélanges un peu tout. Je ne parle pas d'une sexualité normale, je parle du malade alcoolique qui, arrivé avec l'alcool au stade du cerveau reptilien n'a plus que des pulsions sexuelles dépourvues de sentiments et non contrôlées.
Ce n'est pas du tout la même chose...Quand seul le cerveau reptilien fonctionne , ce qui est le cas d'un malade alcoolique quand il est ivre pas mort, mais presque, et bien il n'y a que les pulsions de survie qui marchent.....
Quand à la personne qui écrit "ces conneries", c'est moi après avoir fait des recherches un peu partout ou en reprenant mes cours d'alcoologie.... Crying or Very sad

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alcool et sexualité

Message  Lisa le 16/4/2018, 22:57

Je rejoins Shale, car je crois qu'on ne parle pas le la même chose.
Lolo, si je comprends bien, tu parles d'une sexualité relativement normale.
Le fait est que chez le malade alcoolique ça prend une toute autre tournure parce que c'est effectivement la partie de son cerveau primitive qui prend les commandes.
J'ai entendu plusieurs fois des femmes avoir été forcées à avoir des relations sexuelles non consenties, voire même des viols assez brutaux Crying or Very sad

Je confirme ce que dit Shale. Hors alcool tout se passe autrement et là tu as entièrement raison je pense!
Mais sous alcool, tout change Crying or Very sad
avatar
Lisa
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alcool et sexualité

Message  lolo6 le 16/4/2018, 23:05

coucou Lisa, je venais de rédiger  Very Happy je poste, merci pour ton intervention!

Bonjour Shale,
Je te présente toutes mes excuses si je t’ai blessée. C’est le terme « besoin » à la place de « pulsion » qui m’a fait réagir. 
En fait c’est ainsi que tu nommes çà dans ta réponse, donc c’est un malentendu sur une coquille. smiles
 
La page Facebook dont je parle, de mémoire je crois que c’est « Physique quantique et spiritualité ». Ça m’est arrivé plusieurs fois de lire des textes ici que j’avais lus sur leur page, (même thème et même développement), je pensais que tu t’en servais de matériel de réflexion pour ici!
 
Ceci dit, tu as raison, je mélange trop dans la foulée. 
(c’est vrai que je garde un côté excessif quand quelque chose me paraît énorme)
C’est, de plus, un sujet que j’ai beaucoup creusé fut un temps avec l’addicto. Désir, pulsions, besoins, envies. Au sortir de l’alcool, il fallait redéfinir tout çà sans jeter le 
bébé avec l’eau du bain.
 
Il n’empêche que le lapsus est intéressant, dans la mesure où la reprise d’une sexualité
épanouissante est souvent un gros souci pour les MA. Et que, parmi  celles et ceux 
qui ont eu des comportements vrillés sous alcool, beaucoup font l’amalgame 
et relèguent le sexe au rayon des « bassesses » de leurs excès alcoolisés.
Exemple:  une connaissance qui, trop contente de sa purification dans l’abstinence 
d’alcool, a plongé pendant des années dans une très concrète addiction au 
sexe virtuel. Super. Elle a d'ailleurs rechuté dans l'alcool, mais là
au moins elle a commencé à s'occuper des racines de l'addiction.
 
Je sais, çà sort un peu du sujet, mais je parle de çà car je crois que, quand on est 
concerné par les problèmes d’alcool, en période de volonté de se soigner en tout cas, 
on a tendance à se faire des schémas qui vont durer longtemps (bon/ mauvais pour soi, bien/ mal, avancée/ recul, etc). 
Et que les mots qu’on lit et qu’on va mettre sur les choses sont particulièrement importants.
   
Donc oui, pulsion et besoin, çà vaut le coup de faire la différence.
Et ton explication de la perte de sens et de plaisir sous alcool est tout
à fait claire.
des bises! petits coeurs
avatar
lolo6
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 24/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alcool et sexualité

Message  Lisa le 17/4/2018, 00:45

Coucou Lolo! Là je crois qu'on s'est comprises smiles

Pour la petite anecdote, je suis sortie il y a 6 ans avec un malade alcoolique, mais je ne l'ai remarqué qu'en le fréquentant de plus près. Sa sexualité était bizarre, il voulait toujours me dominer, jusqu'au jour où il m'a retournée sur le lit pour me pénétrer de force. Ma chance a été qu'il était mince et pas plus grand que moi, et donc un peu alcoolisé, je l'ai retourné sur le lit en lui disant "Terminé! Tu dors là, et moi sur le canapé".
Je me sentais "sale" et je suis allée prendre une douche. Il m'a rejointe, et il m'a dit "Tu ne veux pas de moi? Alors tu vas voir!" et il m'a mis son poing dans la figure. Heureusement je ne me suis pas blessée, mais pour le même prix j'aurais pu me faire au traumatisme crânien sur le robinet. Ca a été bien sûr la fin de notre relation, j'ai coupé tous contacts avec lui.

Je ne dis pas que la reprise d'une sexualité normale pour un MA ne soit pas possible, au contraire! Et heureusement smiles Mais c'est hors alcool qu'on peut réellement rencontrer l'autre et partager une réelle intimité.
avatar
Lisa
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alcool et sexualité

Message  SHALE le 17/4/2018, 11:16

Pas de problème Lolo, c'était juste une question de mot mal compris....Gros bisous ma belle!! coeurs coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alcool et sexualité

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum