Navigation










Forum















Qui est en ligne ?
Il y a en tout 15 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 15 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 265 le 11.06.12 17:08

L'évidence du déni....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'évidence du déni....

Message  SHALE le 07.08.17 19:54

L'évidence du déni...
 
On reproche souvent au malade alcoolique d'être dans le déni, mais a-t-il la possibilité de faire autrement?
Le déni, est un mécanisme de défense finalement assez ordinaire et compréhensible!
La société ne veut en général pas reconnaître la maladie alcoolique comme une maladie grave mais la voit plutôt comme un vice, une tare, quelque chose de honteux, ce qui englobe la maladie et le malade qui n'a pas assez de volonté pour arrêter. Comme si c'était possible. Cette méconnaissance de la maladie alcoolique est très grave, elle empêche beaucoup de personnes MA de se soigner.
De plus la culture française entretient le déni sur les dangers de l’alcool, qui est pourtant une drogue. L’alcool , le vin sont valorisés, les lobbys des alcooliers veillent au grain, pas question de critiquer l'alcool, celui qui en boit trop, oui, mais faire de la publicité pour l'alcool, pour que les jeunes boivent aussi de plus en plus d'alcool, c'est normal chez nous.
Se reconnaître alcoolique mènerait la personne à croire et à avouer aux autres ce que lui-même pense des alcooliques : ce sont des êtres méprisables, monstrueux, dégoûtants. Ainsi en exigeant de l’individu qu’il reconnaisse son alcoolisme, on ne lui demande rien de moins que de s’avouer en dessous de tout. Comment après ça , oser dire qu'on a un problème avec l'alcool.
Le patient alcoolique minimise ou nie l’existence d’une consommation d’alcool excessive .
Cette caractéristique s'explique donc par ce déni qui est une construction partiellement inconsciente qui vise à gérer l’angoisse générée par la prise de conscience d’un problème difficilement acceptable, par la perspective d’un sevrage et par le changement radical de mode de vie qu’implique l’abstinence totale. Cette idée n'est même pas imaginable par le malade alcoolique dépendant qui ne peut pas imaginer une vie sans alcool.
Tout ceci aboutit à une grande solitude : le malade alcoolique lutte afin de ne pas reconnaitre son alcoolisme et boit en cachette.
Alors qu'une bonne connaissance de la maladie alcoolique, de son fonctionnement, de ce qu'elle implique, aiderait beaucoup de malades à sortir du déni et à se soigner.


Dernière édition par SHALE le 03.09.17 11:10, édité 1 fois

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'évidence du déni....

Message  cristal le 08.08.17 9:33

oui,tu as tout à fait raison Shale mais c'est un cercle vicieux puisqu'un MA dans le déni n'ira pas faire des recherches sur la maladie Crying or Very sad Personnellement,j'ai eu beaucoup de mal a l'admettre et j'ai refusé de lire quoique ce soit sur les problèmes d'alcool pour éviter de me reconnaître dans ces symptomes.
Comme tu le dis,c'est se dénigrer totalement alors même qu'on n'est pas grand chose à nos yeux,ce serait alors enlever le peu d'estime qu'il reste de nous,etre alcoolique,la coup de massue  Crying or Very sad
et pourtant,c'est en connaissant la maladie que l'on peut se soigner et surtout retrouver l'estime de soi. coeurs

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'évidence du déni....

Message  SHALE le 08.08.17 16:17

Oui, tu as raison Cristal.. Je me souviens que je ne voulais lire aucun bouquin ni voir aucun film sur l'alcoolisme. J'ai fait l'autruche moi aussi pendant un bout de temps, j'avais encore un petit espoir de ne pas être alcoolique!!! Crying or Very sad

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'évidence du déni....

Message  cristal le 14.08.17 18:27

oui et au final,on se rend compte que la seule façon de se sortir de l'alcool,c'est de lui faire face et de rentrer dans l'horreur de la maladie.Mais ça,on le vois après,pas facile de franchir le pas et de rentrer dans l'enfer sciemment Crying or Very sad Il faut une sacrée dose d'amour de soi pour le faire petits coeurs

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'évidence du déni....

Message  lolo6 le 03.09.17 3:51

En vous lisant, je me dis que je n'ai pas connu le déni.

J'ai été consulter après avoir rempli par hasard un questionnaire dans
une salle d'attente, pour passer le temps. Le nombre de points totalisés
m'avait fait lâcher un "merde!" à l'addition.

Après, j'ai plutôt été dans la lecture de romans, j'ai adoré voir tous
les films sur l'alcoolisme, un peu comme on aime se vautrer dans la
fange en se disant que oui, c'est comme çà et c'est normal, logique.

Mon mec m'avait offert "Le cabaret de la dernière chance" de Jack London.
Je l'avais lu soigneusement, et à la fin je m'étais juste dit:
"Il arrête son bouquin pile au stade où j'en suis".
Tout était dans une normalité accablante, mais puisque je ne pensais pas
trouver de solution c'était comme un accompagnement de lire tout çà.

Je me voyais tout à fait finir "naturellement" comme tous ces personnages
de bouquins, de films, ceux qui finissent mal. Il n'y a qu'en étant réellement
mise au pied du mur ("Madame, à partir de : dans 6 mois, je ne peux pas
vous garantir de suite si vous continuez comme çà") que s'est réveillé
un instinct de survie sorti de je ne sais pas où, qui m'a permis d'activer une
cure en urgence.

Avant, il y avait juste eu une tentative de suivi avec un alcoologue
à qui j'avais envie de dire "ben oui je suis malade, et je t'emm*"

Bon, si çà se trouve je fais un déni de mon déni, j'en sais rien! smiles

En tout cas j'en ai croisé, et j'en croise encore, des gens dans le déni.
Je me sens impuissante avec eux, alors qu'il y en a plein d'autres que j'ai
eu le sentiment d'aider en leur parlant beaucoup et en expliquant un peu
comment çà marche, cette maladie.
avatar
lolo6
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 24/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'évidence du déni....

Message  SHALE le 03.09.17 11:16

Pour ma part, je savais très bien au fond de moi que j'étais malade alcoolique et je me demandais même comment celà allait finir!!! Mais je niais devant tous les autres, alors que certains m'avaient même pris sur le fait, en train de boire en cachette....
Il a aussi fallu que mon médecin, après un coma éthylique et un passage à l'hosto me dise aussi que , à ce train là, je n'en avais plus pour longtemps et que je ne verrais sans doute pas la fin de l'année!
Et bien j'ai quand même réfléchi avant de prendre une décision. J'ai hésité entre me laisser couler et continuer à boire, et essayer de me soigner... Le lendemain matin, moins alcoolisée, j'ai appelé de suite un alcoologue et tout s'est enchaîné. je suis partie en cure et j'en suis revenue complètement hors alcool, ce qui me fait dire que le personnel du centre de cure avait raison en disant qu'un malade dépendant physiquement s'en sort plus vite qu'un malade dépendant psychologiquement uniquement....
Depuis 19 ans, tout va toujours très bien... Very Happy coeurs coeurs coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'évidence du déni....

Message  lolo6 le 06.09.17 0:45

Tiens puisque c'est le fil, çà me fait penser aux signes qui ne trompent pas:
Dès que quelqu'un s'empresse de dire des trucs comme "je gère", "je
ne bois pas tous les jours donc c'est bon", "là c'est exceptionnel",
tu sais qu'il est dedans, en plein dedans.
avatar
lolo6
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 24/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'évidence du déni....

Message  SHALE le 06.09.17 8:55

Oui, Lolo, il y a un vocabulaire et des expressions propre à un malade alcoolique dans le déni, je n'y avais pas pensé, mais c'est tout à fait vrai!! smiles

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'évidence du déni....

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum