Navigation











Forum



















Qui est en ligne ?
Il y a en tout 13 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 12 Invités :: 2 Moteurs de recherche

lullaby77

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 265 le 11/6/2012, 17:08

Trop c'est trop...la fin?

Page 10 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10

Aller en bas

Re: Trop c'est trop...la fin?

Message  luze le 30/8/2017, 23:42

Cette soirée entre amis a été alcoolisée, mais peu. C'est plus dur seule en fait!
Et je pense que l'agression que j'ai subie a accéléré ce côté "extrême", comme un besoin de me remplir -alcool et nourriture- pour me "renforcer; et puis aussi ne plus y penser...
Je sais bien que c'est le pire moyen pour gérer un post trauma, surtout quand il en réactive d'autres, l'alcool fait oublier à court terme mais ne permet pas d'intégrer le choc à long terme, mais sur le coup, n'étant pas en capacité de mobiliser d'autres ressources,c'est vers lui que je me suis tournée.

luze
Habitué
Habitué

Féminin 21/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop c'est trop...la fin?

Message  Crystal_ine le 31/8/2017, 01:05

Ne t'en fait pas trop luze, ça arrive qu'une soupape soit nécessaire. Ce n'est pas facile se sortir de l'alcool. 

Je suis ton parcours de loin, est-ce que tu as un suivi psy? 

Courage, un jour à la fois!

coeurs onsaidiens

_________________
Qui veut faire quelque chose trouve un moyen; qui ne veut rien faire trouve une excuse.
avatar
Crystal_ine
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 10/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop c'est trop...la fin?

Message  cristal le 31/8/2017, 09:55

Tu as fait ce que tu as pu,ce n'est pas grave mais il va bien falloir que tu te mettes au travail parce que tu t'abimes de plus en plus et ça va été de plus en plus difficile de te sortir de cette addiction.aujourd'hui,tu as des aides il me semble alors. Bon jour pour commencer Very Happy:cor:

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop c'est trop...la fin?

Message  SHALE le 31/8/2017, 10:28

Tu sais à force de rechuter, il y a un moment où on n'en peut plus et on fait une sorte de pari plus ou moins conscient avec nous même, celui de vraiment arrêté. Ce pari on ne le gagne pas à tous les coups, mais viens un moment où , oui, on l'emporte. Trop de lassitude, trop de dégoût, un corps qui supporte de moins en moins l'alcool, bref, je crois que notre corps dit non et notre cerveau aussi, là, tout est prêt pour que tu arrêtes. Je ne sais pas si tu as encore atteint ce point de non retour, peut-être pas, mais il viendra et si tu t'écoutes, là, tu t'en sortiras car tu le voudras vraiment , toute ta personne le souhaitera profondément.... Je pense que c'est ce qu'on appelle "toucher son fond"..... smiles coeurs coeurs coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...





66
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop c'est trop...la fin?

Message  bruno le 31/8/2017, 12:59

SHALE a écrit:Tu sais à force de rechuter, il y a un moment où on n'en peut plus et on fait une sorte de pari plus ou moins conscient avec nous même, celui de vraiment arrêté. Ce pari on ne le gagne pas à tous les coups, mais viens un moment où , oui, on l'emporte. Trop de lassitude, trop de dégoût, un corps qui supporte de moins en moins l'alcool, bref, je crois que notre corps dit non et notre cerveau aussi, là, tout est prêt pour que tu arrêtes. Je ne sais pas si tu as encore atteint ce point de non retour, peut-être pas, mais il viendra et si tu t'écoutes, là, tu t'en sortiras car tu le voudras vraiment , toute ta personne le souhaitera profondément.... Je pense que c'est ce qu'on appelle "toucher son fond"..... smiles coeurs coeurs coeurs

Complètement d'accord avec Shale, c'est exactement ce qu'il m'est arrivé à moi.
X tentatives, X échecs... jusqu'au jour où le ras le bol (mental et physique) l'emporte sur le manque. Et là, ça avance bien.
avatar
bruno
Grand Tchatcheur
Grand Tchatcheur

Masculin 17/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop c'est trop...la fin?

Message  SHALE le 31/8/2017, 21:05

Tu as tout compris, je crois que c'est aussi ce qui m'est arrivé... smiles

_________________
Demain sera un autre jour...





66
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Retour...

Message  luze le 27/3/2018, 12:57

Bonjour à tous, 

Je viens de relire toutes les discussions que nous avons eues en juillet/aout, ce fut riche!!
Je ne vais pas m'excuser d'avoir été absente si longtemps, même si j'en aurais envie! mais plutôt vous parler du chemin depuis plus de 6 mois. 

Lorsque je vous ai "quittés" j'étais à Mayotte, et je venais de subir une agression violente qui je pense m'a atteinte plus que je ne voulais bien l'admettre, et réveillé quelques traumas anciens. 
En me relisant, j'étais abstinente depuis quelques jours, et le soir de cet évènement j'ai recommencé à m'alcooliser massivement, ainsi que les jours qui suivent, en m'isolant encore plus qu'avant. J'avais aussi tous les symptômes de l'état de stress post traumatique, je sursautais dès que je ressentais une présence, faisais des cauchemars etc...

J'aurais peut-être replongé sans, je ne mets pas tout sur le compte de cette agression, mais un récent rendez vous chez un psychiatre m'a fait en reparler, et réevoquer des agressions anciennes auxquelles je n'avais jamais voulu accorder trop d'importance, voire pour lesquelles je me sentais coupable même...

Pour les nouvelles depuis août, j'ai fini mon contrat à Mayotte, puis je suis rentrée quelques jours en métropole, pendant lesquels j'ai revu mon compagnon et ma famille, et c'était loin d'être simple, j'avais hâte de repartir...

Mon vol pour la Réunion était prévu quelques jours plus tard, avec un contrat de 3 mois signé lorsque j'étais à Mayotte. 

Pendant les 2 premières semaines j'ai vécu seule, et ça a été très difficile, je ressentais de nouveau l'appréhension de sortir seule, et je me suis complètement isolée, voire terrée, chez moi, avec l'alcool et la télé. Cette peur était complètement nouvelle pour moi, j'ai une peur du regard des autres, je me sens toujours "jugée", mais par contre j'ai toujours aimé voyager seule, sans réelle peur de l'inconnu, ça me faisait plutôt me sentir vivante, et mobilisait réellement mes ressources endormies. 

Donc j'ai cherché une colocation, ou une chambre à louer chez l'habitant, ce qui se fait beaucoup ici. J'ai trouvé rapidement, chez un couple qui m'a accueillie quasiment comme leur fille. Mais ce couple était très "dysfonctionnel", me prenant quasiment en otage entre eux deux. Ensuite j'ai pris une autre location de chambre ailleurs, un mois 1/2 plus tard environ. 

En parallèle j'avais mon boulot, tout à fait différent de celui que j'avais à Mayotte, beaucoup plus solitaire, et avec une pression, des responsabilités vraiment trop importantes pour moi. 

J'ai essayé d'assurer comme je pouvais, tout en me sentant "rongée" de l'intérieur. Je ne sais pas comment le décrire, mais je sentais mon énergie comme avalée au fil de la journée par les patients et les équipes. Je faisais de mon mieux, mais je me sentais complètement vidée, et puis je ne me sentais pas à ma place. Pour les autres ça se passait bien, on m'a d'ailleurs proposé de prolonger mon remplacement, puis proposé d'autres remplas. 

Sauf que là ce n'est plus possible. Je ne travaille plus depuis mi janvier, j'ai refusé les propositions que l'on m'a faites, ne me sentant plus capable d'assurer au boulot, et ressentant surtout le besoin de me reconstruire avant de pouvoir aider les autres...

J'essaye d'analyser ce qu'il se passe depuis plusieurs mois, enfin tout analyser ici serait trop long alors je vais tracer les grandes lignes : il y a eu un vrai changement depuis que j'ai fini mes études, il y a presqu'un an , et je crois que je suis complètement terrorisée d'avoir autant de responsabilités, que je ne m'en sens pas capable et surtout pas légitime. Au fond j'ai l'impression de ne pas être vraiment adulte, d'être une enfant qu'il faudrait rassurer constamment, alors qu'enfant je me suis sentie très tôt adulte. Je me suis toujours sentie en décalage en fait. 
Je remplis cette peur par alcool/bouffe pour anéantir toutes mes émotions insupportables à ressentir. 

J'ai récemment été voir un psychiatre, qui d'ailleurs a fait preuve de beaucoup d'empathie, cela faisait longtemps que je ne m'étais pas sentie écoutée voire comprise comme cela. Il m'a parlé d'anxiété voire de phobie sociale. Ce qui me semble tout à fait juste... J'ai augmenté mon traitement antidépresseur pour lutter contre cette angoisse et la déprime. 
Ce psychiatre, et les médecins généralistes que j'ai ou aller voir, m'ont tous semblé mettre l'alcool au second plan, voire ne pas le prendre trop au sérieux. Personne ne m'a parlé de sevrage ou autre, mais chacun mettait en avant mes angoisses et ma dépression. Du coup cela confirme ce que j'imaginais, que l'alcool est pour moi à la base un médicament anti angoisse, anti dépresseur... enfin un très mauvais médicament qui m'a rendue dépendante! 

Et la nourriture joue le même rôle, pour ceux qui avaient suivi les précédents échanges, j'ai depuis très longtemps des "troubles du comportement alimentaire", et là depuis plusieurs mois je bois et je mange, ce remplissage est presque la seule chose à laquelle je pense, et j'ai pris 25 kilos en moins d'un an... ce qui bien sûr renforce ma honte face aux autres, et qui a entre autres motivé le fait de ne pas retourner travailler... impossible d'affronter ce regard, que j'ai déjà connu il y a une dizaine d'années, période pendant laquelle j'ai été en surpoids aussi. 

La vie à plusieurs, en colocation, a beaucoup joué aussi je pense, avec ce regard que je sens "peser" constamment sur moi - pas forcément "réel", mais mais le sentiment d'être jugée en permanence, et refuge dans ma chambre avec mes "compagnons" habituels. Un vrai cercle vicieux, et de plus en plus difficile de sortir de chez moi, avec en plus la chaleur intense qui n'aide pas, à laquelle j'ai du mal à me faire, notamment avec du poids en plus. 

Autre changement important, mon compagnon - en chair et en os celui-là!- m'a rejointe fin décembre, ce qui n'était pas complètement prévu, qui s'est discuté au fil du temps. Depuis qu'il est arrivé ces refuges dans la nourriture et la boisson sont encore plus importants, il me semble que je m' "appuie" sur lui comme une béquille, et que du coup je lâche tout... 

A chaque fois que je pars seule, je (re)trouve des ressources internes, et dès que je suis avec lui, je me sens complètement dépendante et incapable de faire des choses seules...ce petit manège , yo yo, dure depuis quelques années! Je pense qu'il représente encore une autre dépendance dont je tente régulièrement de me sevrer... 

En tout cas depuis plusieurs mois je n'ai pas réussi à mettre grand chose en place. Je suis allée voir un psychiatre, que je revois bientôt, ça c'est un sacré pas, et d'autres thérapeutes aussi. J'ai fait quelques petites randonnées, et suis allée plusieurs fois à la piscine. J'ai fait quelques petits pas, c'est déjà ça, mais il faut un vrai changement. 

Cet après midi je pars seule pour quelques jours, et puis je participe à un week end de yoga, massage, méditation ensuite. 
Et dans 10 jours on déménage dans un endroit plus indépendant. 

J'ai l'impression de me complaire dans ce flottement d'alcool, qui m'est en même temps complètement insupportable, je ne me supporte plus... 

Ca va être dur de faire ce premier pas, pourtant normalement j'adore prendre la voiture seule, et me sentir libre! 
Là c'est plus difficile, mais certainement encore plus essentiel...

Merci à ceux/celles qui auront pris le temps de lire ce trèèès long post!! 

Bon après midi, et des bises pleines de soleil  smiles

luze
Habitué
Habitué

Féminin 21/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop c'est trop...la fin?

Message  luze le 27/3/2018, 12:59

Je pense que je n'avais pas encore complètement touché mon fond...

luze
Habitué
Habitué

Féminin 21/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop c'est trop...la fin?

Message  SHALE le 27/3/2018, 14:01

Le choc de ta dernière agression t'a replongée dans une époque où tu étais mal, pas sûre de toi et où il te fallait l'alcool pour réussir à tenir malgré les pressions diverses imposées par le travail, la famille et autres....
Tu n'arrives plus reprendre le contrôle de celle que tu étais à ce moment là, tu ne peux plus te projeter dans une autre, une femme libre et bien dans sa peau.
Pourtant tu as besoin de liberté, tu pars vivre à l'étranger, mais en fait c'est peut-être plus une fuite qu'une recherche de liberté, je me pose la question.
En tout cas tu donnes l'impression d'être une prisonnière qui ne veut pas quitter sa prison, seul lieu à peu près sûr pour toi.
Ton travail avec les psychiatres que tu rencontres va sans doute t'aider à faire ressortir tous ces traumatismes enfouis depuis longtemps et tu vas apprendre à vivre avec. Il faut aussi que tu récupères la confiance en toi. Personne n'a mis en cause ce que tu faisais au travail ou ailleurs, il n'y a que toi qui doute du bien fondé de ce que tu fais...
Pour ma part, je pense qu'il ne faut pas que tu lâches le travail, que tu diminues ton temps de présence peut-être, que tu te fixes des objectifs faciles à atteindre pour te rassurer, mais que tu te replonges dans le monde réel.
Autre chose, les médicaments que tu prends sous alcool, ne sont d'aucun effet, tu dois le savoir. L'alcool potentialise leurs effets et ils ne servent à rien, c'est comme si tu n'en prenais pas....
Il me semble que de faire un sevrage alcool médicalisé avec suivi psy te ferait le plus grand bien, je ne sais pas si c'est possible, mais réfléchis y tout de même. Et puis nous sommes là, n'hésite pas à venir parler... coeurs onsaidiens onsaidiens

_________________
Demain sera un autre jour...





66
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop c'est trop...la fin?

Message  cristal le 27/3/2018, 14:30

j'ai l'impression de ne pas être vraiment adulte, d'être une enfant qu'il faudrait rassurer constamment, alors qu'enfant je me suis sentie très tôt adulte. Je me suis toujours sentie en décalage en fai

oui,il y a un grand décalage et surtout une étape que tu n'as pas vécu et que tu tentes de passer aujourd'hui mais logiquement,cela se fait avec ses parents,là,tu n'as pas encore trouvé le moyen de grandir correctement.On le sent dans tes écrits,tu es à la fois une petite fille apeurée et peu sure d'elle et une adulte qui a besoin de liberté et d'indépendance.

Il va falloir que tu grandisses mais en douceur et accompagnée,oui,il te faut le suivi psy et le traitement mais il faut avant tout que tu arrêtes de te détruire et que tu cesses de boire cet alcool qui t'empêche d'avancer correctement .
Mais on va en reparler ,je suis contente que tu sois revenue Luze,il est vraiment temps que tu prennes soins de toi et que tu découvres enfin qui tu es à l'intérieur.
On est avec toi  onsaidiens coeurs

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop c'est trop...la fin?

Message  luze le 27/3/2018, 15:01

Etre toujours en mouvement oui il y a beaucoup de fuite là dedans, fuite des autres en permanence, toujours cette impression de devoir me cacher. 
Cette prison c'est vrai c'est mon refuge, que je peux toujours retrouver, qui me détruis mais dont j'ai tellement peur de sortir et d'affronter le monde, la "petite fille apeurée" qui ne sait pas comment faire dans le monde des adultes... 
Cette étape de grandir c'est vrai, je ne l'ai pas vécue, d'ailleurs le fait d'arrêter de manger à 12 ans, c'est bien un refus de grandir... et toute l'étape de l'adolescence je l'ai passée entre les hôpitaux et mes refuges, je vivais "à côté". 
Aujourd'hui encore je me sens vivre "à côté", d'une autre façon. 

Mais masquer mes angoisses, faire l'autruche en arrêtant de penser par l'alcool, ne fait qu'entretenir ce cercle vicieux de peur. 
Et je ne pourrai commencer à revivre que sans, en apprenant à les gérer différemment, à les regarder en face, les reconnaître. 

Avec un sevrage oui, j'ai des médicaments pour m'aider à passer ce moment. 
Pour la question du travail, je ne me sens pas capable d'aider les autres pour le moment, si c'était un autre travail peut-être, mais je suis d'accord sur le fait qu'il ne faut pas que je me "désocialise" trop... et puis financièrement je n'ai plus aucun revenu alors il faudra bien que je m'y remette! 

Je suis contente aussi d'être revenue, et de vous retrouver  petits coeurs

luze
Habitué
Habitué

Féminin 21/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop c'est trop...la fin?

Message  mamou le 27/3/2018, 15:46

Bonjour luze,

Tout d'abord, bien sûr tu n'as pas à t'excuser de ton absence, nous comprenons tout à fait.... ne pas savoir "qui on est" et "où on est".... alors encore moins évident de le mettre par écrit...

Mais voilà, c'est fait....

Ton fond, il me semble que tu n'en n'es pas loin.... "tout ça" fait son chemin... tu es consciente en partie de ce mal être... cette dépendance ou ces dépendances....

Que ce soit pour le boulot ou la vie amoureuse .... c'est en effet plus "judicieux" de "le temps de quelques temps" mettre ne pause, et te retrouver face à toi...

Quoi qu'il en soit, nous sommes à tes côtés  coeurs coeurs

_________________
Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous  petits coeurs
avatar
mamou
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 25/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop c'est trop...la fin?

Message  SHALE le 27/3/2018, 17:48

Je ne sais pas si c'est possible pour toi, mais aurais-tu la possibilité de faire une cure? Nous en avons peut-être déjà parlé mais je n'ai pas pris le temps de relire tout ton post.
je parle de cure, car une séparation d'un certain temps dans un but donné, se sortir de l'alcool pour soi, fait grandir. Ce fût mon cas. Je suis entrée en cure avec des angoisses de gamines et j'en suis ressortie en femme bien dans sa peau et dans sa tête, celà fait 20 ans maintenant que je peux vivre sereinement et avec bonheur..... coeurs coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...





66
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop c'est trop...la fin?

Message  luze le 27/3/2018, 20:53

Je me suis déconnectée du travail, mais pas de la vie amoureuse, puisque mon copain est venu me rejoindre en décembre. Et en fait à ce moment là je travaillais encore, alors je n’ai pas vraiment eu de moment seule pour m retrouver ! 
J’ai parfois très envie d’etre seule, et en même temps j’ai l´impression que je serais incapable de « gérer »...

Je pense, et j’espère, qu’effe mon fond n’est pas loin...

Pour la cure non je crois qu’on en a pas parlé, j’y ai déjà pensé mais la difficulté pour moi est toujours celle de mon boulot...après tu vas me dire que si je vais vraiment trop mal ce ńest plus la question. Ici il n’y a pas de centre de cure , il faudrait que je rentre en métropole. 

Je suis sure que ça me ferait du bien, mais la peur de croiser des collègues, que ça se « sache », est encore plus forte. 

Par contre je suis d’accord il me faut une vraie rupture avec l’alcool, et j’essaie de réfléchir à des alternatives.

luze
Habitué
Habitué

Féminin 21/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop c'est trop...la fin?

Message  cristal le 27/3/2018, 20:58

tu peux faire une cure partout en France,tu n'es pas obligée d'aller dans ta ville ou même proche de ta ville,c'est même mieux si tu vas très loin de tes connaissances  Very Happy Réfléchis bien à cette possibilité,te faire grandir avec des  professionnels est vraiment la meilleure chose à faire,tu as tout en toi pour t'en sortir,il ne te manque que le déclic petits coeurs

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop c'est trop...la fin?

Message  SHALE le 27/3/2018, 21:43

Dans "débat sujet de fond", sur le forum, je parle justement de l'intérêt de faire une cure, si tu peux aller le lire, tu comprendras pourquoi c'est la solution que je préfère.
Je ne vois pas comment en faisant une cure en métropole ça pourrait se savoir...De toute façon, même si tu as un arrêt de travail, rien ne mentionne que tu as été hospitalisée dans un centre de cure, c'est anonyme...
La cassure que ça représente a des répercussions énormes sur notre vie. Pour ma part, ça fait 20 ans que j'en ai fait une, j'en ressens toujours les bienfaits....
C'est tout de même une possibilité à réfléchir... coeurs coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...





66
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop c'est trop...la fin?

Message  Lisa le 28/3/2018, 18:34

Bonjour Luze!
Je ne pense pas qu'on se connaisse, mais ça ne saurait tarder smiles
Je ne suis pas une nouvelle, mais une ancienne qui n'ai moi non plus pas été toujours très régulière sur le forum, et pas dans toutes les rubriques en tous cas.

Que fais-tu comme boulot si ce n'est pas indiscret? Je te pose cette question pour évaluer avec toi ce fameux risque que ça se sache. Es-tu dans le milieu médical?

Tu sais, je ne pense pas que les gens te jugent autant que tu le penses. La plupart du temps, nous sommes nous-même notre pire juge, et nous "projetons" sur les autres ce regard sur nous-même qui en fait nous appartient. 

Les troubles alimentaires, je connais bien, j'en ai souffert durant toute mon adolescence. Je prends ça comme une forme de dépendance aussi, d'addiction aussi... en tous cas ça me permettait de me "calmer les nerfs" tout comme l'a fait ensuite l'alcool. Mais les troubles alimentaires peuvent avoir des causes plus spécifiques que l'alcool, comme par exemple des traumatismes qui nous ont touchés dans notre corps (agressions, abus en tous genres, etc). 

En tous cas c'est une très bonne chose que tu te lances dans un suivi psy et médical! smiles
avatar
Lisa
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 02/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Trop c'est trop...la fin?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 10 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum