Navigation











Forum


















Qui est en ligne ?
Il y a en tout 18 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 17 Invités :: 2 Moteurs de recherche

lullaby77

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 265 le 11/6/2012, 17:08

La solitude de l'alcoolique

Aller en bas

La solitude de l'alcoolique

Message  SHALE le 28/6/2017, 21:48

La solitude du malade alcoolique.
Le malade alcoolique est un être foncièrement seul.
Au départ, il va se servir de l'alcool pour sortir de cette solitude, mais peu à peu l'effet contraire se manifeste, plus il boit, plus il renforce sa solitude. Il boit même en cachette, solitude suprême….
Il est conscient souvent bien plus tôt qu'on ne le pense de son alcoolisme, mais il n'en parlera pas, il restera seul là aussi avec cette angoisse au fond de lui...Il essaiera vainement, tout seul d'arrêter, sans succès, ce qui le ramènera à une angoisse encore plus forte. Là, il fera tout pour cacher cet alcoolisme, boire tout seul, sortir le moins possible sauf avec des potes qui boivent.
Cependant, entre les essais d'abstinence, les envies d'abstinence et les phases d'alcoolisation, les allers et retours se succèdent, se télescopent, se confrontent, s'affrontent. Les efforts, les entrelacements essai-échec témoignent d'une lutte de plus en plus désespérante, anxieuse, préoccupante, la disponibilité pour d'autres tâches s'amenuise.

Ce texte a fait tilt chez moi , il montre en fait une lutte complètement inefficace contre l'alcool..Que pourrait on ajouter pour complèter ce texte et le rendre optimiste, qu'il se termine sur une note d'espoir, ce qui n'est pas le cas ici!!! Crying or Very sad coeurs coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solitude de l'alcoolique

Message  cristal le 28/6/2017, 22:00

Les efforts, les entrelacements essai-échec témoignent d'une lutte de plus en plus désespérante, anxieuse, préoccupante, la disponibilité pour d'autres tâches s'amenuise

jusqu'au jour où le destin nous entr'ouvre une porte où se retrouvent des gens avec la même souffrance,la même solitude,la même désespérance et où notre cœur qui saignait depuis des années sans discontinuer s'arrête enfin de couler pour s'ouvrir en grand,pour se dévoiler,pour pleurer sa détresse,pour crier sa souffrance à l'air libre,pour sortir de sa prison et prendre une énorme bouffée d'air et d'oxygène.Le MA s'exprime face à des gens qui reconnaissent sa maladie,qui reconnaissent sa souffrance ,qui ne le jugent pas,qui l'encouragent qui le comprennent et alors la solitude s'envole,l'amitié apparait,l'aide se ressent et se prend comme une bouée de sauvetage.C'est le début d'une nouvelle vie,c'est la renaissance et un beau pied de nez à l'alcool qui finalement est devenu le poison qui nous a donné vie coeurs

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Réponse à la solitude de l'alcoolique

Message  antigone194 le 15/7/2017, 16:12

L'alcoolique est très seul , il est prisonnier de sa dépendance , il a des problèmes physiques graves et psychologiques . Il a honte de lui , il connaît sa déchéance , il est très effrayé et il a un comportement suicidaire , d'ailleurs il aimerait bien être mort , boire c'est flirter avec la mort car cela tue l'organisme . Même s'il y a une prise de conscience , il est seul sur la terre , il est dans un désert où il meurt de soif et de solitude . L'alcoolisme c'est l'horreur et le désespoir . Se réveiller la nuit et se dire , je dois aller boire , c'est de la folie !

Pour sortir de mon alcoolisme , j'ai consulté une psy (c'était au moins la 10ème tentative de parler à un docteur compétent ou attentif)  qui m'a emmené dans une MAB , en Juillet 95, j'étais effarée de voir autant d'alcooliques souriants et sereins , malheureusement j'ai continué à boire en cachette , mon fils a eu un très grave accident de VTT en Août 95 (fracture ouverte du fémur) , j'y ai vu une punition ; on s'occupait de moi , on m'emmenait en réunion ; en Janvier 96,   un jour je suis arrivée ivre au boulot  (j'ai voulu inconsciemment que mon alcoolisme soit pris en main par la sté , car je n'arrivai pas à en parler avec mon mari et à acter le passage à la cure ), là aussi chaîne d'amitié et je rentre en cure le 8 01 96. Merveilleuse cure . J'ai fêté mon 48ème anniversaire à l'hôpital ! quel merveilleux souvenir !
 Le jour où on peut communiquer sur cette maladie , on rejoint un cercle d'amitié , on est presque sauvé , on met des vrais noms sur tout , on est soulagé car on arrête de mentir et de souffrir . On retourne dans la vraie vie.Moi je rêvais d'eau claire et de vie simple . Je me suis enfoncée dans l'alcoolisme , par engrenage, sottise . Dans ma famille , l'alcool était là , dans mon mariage aussi , mon mari n'a pas d'attirance pour les boissons alcoolisés, il ne  boit que dans les grandes occasions et que des bonnes choses . En comparaison , j'étais un sac à tout grains . Peu importe le vin pourvu qu'il y ait l'ivresse. Maman était alcoolique , je l'ai jugée et méprisé et Papa est mort à 58 ans d'une cirrhose-cancer . Un évènement épouvantable qui n'est pas digéré actuellement.
J'ai souffert que Maman ne soit pas au courant de mon alcoolisme et qu'elle ne m'ait pas montré le chemin , mais bon , elle dans la famille , personne ne s'occupait de son cas .

Nous sommes 6 enfants et 3 alcooliques et 3 buveurs excessifs . On ne peut rien pour ses frères et sœurs , un proche ne peut rien . Une équipe de soignants c'est efficace et les chaînes d'amitié et une stratégie  . Soigner le corps et l'âme .

Mon fils qui est en soins ambulatoires pour addiction , me dit qu'il faut de la volonté . Il dit aussi que la thérapie de maintenant , cela n'a rien à voir avec une cure de 1995 , où on faisait du sport , un vrai club de vacances . Je dirai que ce n'est pas une question de volonté , c'est une autre manière de vivre , de s'alimenter , de  réfléchir . Alcool zéro et sobriété des sentiments.
Une pensée positive chaque jour et se faire plaisir , s'aimer soi-même pour mieux aimer les autres . Se réconcilier avec l'image que l'on a de soi pour se réconcilier avec l'humanité , et ça c'est difficile pour moi , encore !

LOL

antigone194
Arrivant
Arrivant

Féminin 12/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solitude de l'alcoolique

Message  SHALE le 15/7/2017, 21:28

Les cures , les vraies tout au moins n'ont rien à voir avec le club Med. La cure que j'ai faite était particulièrement difficile mais aussi très efficace!
Ton fils se trompe aussi sur la volonté. Le malade alcoolique dépendant ne peut pas compter sur sa volonté car son cerveau est dirigé par un petit labo qui transforme les endorphines en THP, c'est un phénomène physiologique qui fait que volonté ou pas, on boit tout de même... Pour s'en sortir il faut se faire aider, mais tout d'abord reconnaître que nous sommes malades alcooliques.
Déjà, se dire malade remonte un peu la vision que nous avons de nous. Une maladie ça se soigne, donc pourquoi pas essayer.... smiles coeurs coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solitude de l'alcoolique

Message  cristal le 15/7/2017, 21:46

 Le jour où on peut communiquer sur cette maladie , on rejoint un cercle d'amitié , on est presque sauvé , on met des vrais noms sur tout , on est soulagé car on arrête de mentir et de souffrir

c'est tout à fait vrai,quand on arrête de mentir et surtout de se mentir,tout change et tout est possible.
Oser mettre des mots sur tout ce qu'on a caché durant des années,oser vider son fardeau même si il est lourd et sale,c'est une vraie délivrance et ce nettoyage interne permet de pouvoir enfin songer à une vraie renaissance  coeurs

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

L'alcool est une drogue dure

Message  antigone194 le 16/7/2017, 15:18

C'est une chose que j'ai apprise il y a seulement quelques années . C'est flippant de savoir que j'ai flirté avec la mort et c'est déstabilisant .
Je n'ai pas compris l'histoire des endorphines transformées en DTHP , chez un alcoolique ?
Je n'ai pas osé contredire mon fils pour cette histoire de volonté .
Je crois que nous ne sommes pas tous égaux devant ce produit et que la tolérance est zéro pour nous malades alcooliques , c'est comme une allergie mortelle.
Peut-être suffit-il d'imaginer une enfilade de portes qui s'ouvrent , sans qu'on trouve la sortie ?
Choisir la simplicité , la vérité , la liberté et la paix   de l'esprit.
Amitiés .

antigone194
Arrivant
Arrivant

Féminin 12/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solitude de l'alcoolique

Message  cristal le 16/7/2017, 18:01

bien sur qu'on trouve la sortie et heureusement!!ce serait horrible de franchir toutes ces portes tout en sachant qu'il n'y a pas de sortie!!! Crying or Very sad

Pour la THP,disons schématiquement que nous avons en nous une molécule naturelle qui nous donne du plaisir:la dopamine.
Cette dopamine est stimulée par l'alcool au début d'où notre sensation d'euphorie au départ mais au fil du temps,la dopamine est détruite et remplacée par une autre molécule fabriquée à partir de l'alcool:La THP.
Cette THP joue donc le role de la dopamine sauf qu'il faut de l'alcool pour la fabriquer et qu'on ne peut pas vivre sans elle quand on est dans la maladie.Il faut ensuite de plus en plus d'alcool pour fabriquer plus de THP pour avoir un semblant de bien être,à la fin,ce n'est même plus du bien être,on a besoin de la THP juste pour ne pas souffrir Crying or Very sad

Quand on arrête l'alcool,la machine à fabriquer la THP est à l'arrêt et les endorphines naturelles,(dopamine,)ne se fabrique plus alors on vit dans le mal être,la depression,dans le noir. Pour refabriquer la dopamine naturelle,il faut se faire plaisir,se faire du bien,faire du sport,voir des gens positifs,tout cela booste la production d'endorphines.Si on boit durant la période d'abstinence, la machine à THP se remet en marche et adieu la dopamine Crying or Very sad
Il faut  3 mois pour que la THP disparaisse totalement de notre corps,ensuite,il faut vivre heureux pour avoir plein de dopamine wouhou 
Bon,c'est résumé mais je pense que tu peux comprendre.Tu as des textes plus explicites dans "la bases de données"du forum: "la biochimie du cerveau " et "l'Alcool,une drogue dure:la THP" coeurs

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Merci Merci

Message  antigone194 le 16/7/2017, 18:31

Je m'empresse de regarder la biochimie du cerveau
LOL smiles

antigone194
Arrivant
Arrivant

Féminin 12/07/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solitude de l'alcoolique

Message  SHALE le 16/7/2017, 22:02

Quand on connaît bien le fonctionnement de la maladie alcoolique et du phénomène de dépendance, c'est un outil très efficace pour ne pas rechuter.. On sait pourquoi, on sait ce qui se passera dans notre corps si on reprends un verre, et cette connaissance nous rassure et nous remet souvent sur le bon chemin.
Pour ma part, c'est en cure en apprenant le fonctionnement de la dépendance alcoolique que j'ai été sûre de ne plus boire, c'était très clair pour moi, on comprend pourquoi on ne peut pas lutter contre l'alcool, ce n'est pas une question de volonté, c'est physiologique...

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solitude de l'alcoolique

Message  cristal le 17/7/2017, 14:55

Pour moi aussi,connaitre ce fonctionnement m'a beaucoup aidé,j'ai enfin pu enlever la honte et la culpabilité et j'ai compris que je ne pouvais pas arrêter tout simplement et pas que j'etais incapable d'arrêter et ça a tout changé en moi petits coeurs

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La solitude de l'alcoolique

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum