Navigation











Forum




















Qui est en ligne ?
Il y a en tout 13 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 11 Invités :: 1 Moteur de recherche

lullaby77, Priame

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 265 le 11/6/2012, 17:08

L'alcoolique et le mensonge

Aller en bas

L'alcoolique et le mensonge

Message  SHALE le 15/5/2017, 19:55

Le mensonge chez l'alcoolique
Que le malade alcoolique nie devant les autres qu'il est alcoolique, je peux le comprendre facilement, mais essayer de se le cacher à soi même, c'est une autre démarche que je comprends mal
Je me suis toujours interrogée et m'interroge encore sur ce qui pousse un malade alcoolique a nier la réalité de son alcoolisme. On peut nous prouver par A+B que nous avons bu, nous nierons quand même, envers et contre tous. Les plus flagrantes des preuves ne nous empêchent pas de dire que c'est faux. Là, c'est plus que du déni, nous savons au fond de nous que oui, nous buvons beaucoup trop.
Je me souviens avoir du après une fête, souffler dans un alcootest électronique, j'étais la seule à être positive, et de beaucoup, j'ai raconté que c'était à cause de médicaments que je prenais, que le docteur m'avait prévenue etc.... Maintenant, je me dis que je prenais les gens pour des imbéciles de penser qu'ils allaient gober ça, et pourtant, à l'époque, ça me paraissait tout à fait possible.
Combien de fois j'ai essayé de trouver des exemples de personnes qui buvaient plus que moi pour me dire, que oui, lui il est alcoolique mais je ne suis pas à ce point là..
Pourquoi ces mensonges sur notre consommation sont-ils aussi importants pour nous, je dirais presque vitaux????
Si vous avez des idées, pour ma part, je cherche encore, même si j'ai plusieurs piste...

_________________
Demain sera un autre jour...





66
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'alcoolique et le mensonge

Message  cristal le 15/5/2017, 20:56

ils sont vitaux pour ne pas perdre le peu d'estime de soi qu'il nous reste,ils sont vitaux aussi pour ne pas avoir à se comparer à ces ivrognes que l'on peut voir dans les rues que l'on nomme clochards,ils sont vitaux pour ne pas avoir à comprendre ce qui nous parait impossible à faire:arrêter de boire.
Au moment où on est sur le point de sortir du déni parce que cela devient de plus en plus flagrant,les mensonges devenant de plus en plus difficile à trouver,on ne connait pas encore cette maladie et on la considère comme tout le monde:un manque de volonté,une déchéance indigne de quelqu'un de "bien",une personne qu'il faut fuir à tout prix.
Dire que l'on est alcoolique,c'est prendre le risque de se retrouver seul,de faire honte à tous ceux qu'on aime,de se voir retirer des choses que l'on a mis des années à avoir et c'est surtout porter cette étiquette à vie,celle que l'on a toujours entendue autour de nous "laisse,c'est un alcoolo" bras crois Comment se regarder alors dans une glace sans se cracher à la figure Crying or Very sad 
Alors autant se trouver des excuses,des mensonges plus gros que nous même pour ne tromper que nous même parce que c'est intolérable de se dire qu'on est MA Crying or Very sad

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'alcoolique et le mensonge

Message  mamou le 15/5/2017, 21:08

Le mensonge chez le MA est une "caractéristique" qui lui est propre... que ce soit le mensonge vis à vis de l'entourage, que vis à vis de lui même.

Oh oui, qu'est ce que j'ai pu prendre les autres pour des imbéciles avec mes "excuses" bidons... et ce que l'on est persuadé de ces fameux mensonges.

Le mensonge vis à vis de soi est bien plus profond.
On essaie de se "rassurer" en se disant que notre consommation n'est pas bien "grave" mais au fond; il y a cette petite voix qui sait très bien qu'il y a un problème.

Pendant de longues semaines, le soir lorsque tout le monde était au lit, je faisais des recherches sur l'alcool... suis je alcoolique?? 

Se mentir à soi même c'est aussi par peur de lâcher cette béquille qui nous est indispensable....

S'avouer que l'on est alcoolique, c'est un jour devoir l'avouer à ses proches... et ça fait mal.

En "attendant" ce fameux déclic, ce mensonge nous sauve et nous rassure... autant qu'il nous fait du mal.   Crying or Very sad

_________________
Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
mamou
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 25/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'alcoolique et le mensonge

Message  elfette24 le 16/5/2017, 14:38

Je suis bien d'accord avec tout ce qui a été écrit, moi j'en sors tous juste, c'est encore fragile et vous le savez, mais il y a encore 3 semaines je mentais à mon compagnon quand il me disait qu'il avait vu une bouteille de Whisky caché dans un meuble!! et moi comme une gourde "mais non c'est pas possible c'est pas moi"...mais faut être idiote, sotte...évidemment que c'était moi (ça pouvait pas être mes enfants (encore heureux)...mais c'est plus fort que nous, on le sait au fond de nous que c'est vrai mais on peut pas dire la vérité  Crying or Very sad

..et comme dit précédemment, je pense aussi qu'on se dit qu'il y a pire que nous...les poivrots dans les rues...moi j'ai un bar à ivrogne pas loin de chez moi, on les connait les loustics, mais je me disais "eux, ce sont des alcooliques..pas moi...et puis hey, je bois pas le matin moi (ce qui était vrai)"...bref on se trouve toujours des excuses et simplement pour pouvoir continuer à boire, parce qu'on ne peut pas arrêter...et qu'on aurait honte d'avouer quoi que ce soit et que l'on soit "traité" d'alcoolique.

Je me souviens aussi avoir fait des tas de tests sur ma consommation puff et ça me disait à chaque fois que j'étais vraiment mais vraiment dans le rouge...je pleurais un bon coup mais c'est pas pour ça que j'arrêtais de boire...

..et ce déclic d'un seul coup qui nous fait dire  : "oui je suis alcoolique, allez je me soigne" moi ça m'est tombé dessus y'a pas longtemps et pourquoi d'un seul coup ? ça faisait des semaines que je me mentais à moi-même, que j'étais mal et d'un seul coup j'ai pris les rennes de ma vie... j'ai tout débalé à mon chéri, à mon toubib ect ect...pourquoi à ce moment là ? je ne sais pas....

Mais c'est une question inintéressante en effet, qui nous fait rappeler que c'est véritablement une maladie et moi je l'ai appris que dernièrement  Crying or Very sad
avatar
elfette24
Habitué
Habitué

Féminin 30/04/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'alcoolique et le mensonge

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum