Navigation










Forum















Qui est en ligne ?
Il y a en tout 22 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 21 Invités :: 1 Moteur de recherche

bruno

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 265 le 11.06.12 17:08

mon temoignage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

mon temoignage

Message  yannick79 le 12.07.15 20:00

Je viens livrer mon témoignage.
Le 03 mars dernier je poussais la porte d'un docteur addictologue avec l'aide ma compagne car ma vie, notre vie, était devenue un enfer, une torture.
J'ai toujours aimé faire la fête, sortir avec les amis et l'alcool me permettait de passer des moments d'euphories incroyables, c'était comme une aventure. J'ai été à la fac pendant 6 ans et je profitais à fond des ses années d'insouciance. J'ai passé mes diplômes, je travaillais sans que ce que soit un problème véritablement. Dans l'alcool j'ai toujours recherché un état autre et les occasions ne manquent pas pour fêter un événement, passer un moment convivial.... Progressivement et sans m'en rendre compte je me suis mis à boire tous les jours en me disant que c'était juste un passage. L'alcool a commencé à devenir un problème surtout à partir du moment où j'ai commencé à boire seul, en journée et dès le 1er verre je n'avais plus de limite. Alors pour pouvoir satisfaire mon besoin je buvais en cachette. Je vidais le bar de la maison, que je remplissais ensuite pour mieux le vider. Arrive ensuite le moment où ton cerveau réclame ta dose dès le matin; pour calmer les quelques tremblements qui s'installent il faut boire une certaine dose. Le seul qui ne voit pas que tu bois c'est toi, tu crois toujours que tu vas t'en sortir et trouver une solution pour masquer ça, sauf qu'à ce stade c'est déjà trop tard, la machine est lancée et tout ce que tu entreprends pour faire bonne figure te fais plonger toujours un peu plus. La suite on la connaît, remplis sur soit, agressivité , perte de contrôle, isolement social.J'étais tombé plus profond que le fond et j'y avais élu domicile. Je ne buvais plus pour être bien mais pour éviter d'être mal. Après l'échec d'une cure ambulatoire je n'avais plus qu'une seule solution et accompagné de ma compagne je suis entré en clinique le 12 juin pour réaliser un sevrage et passer un bilan complet médical pendant 2 semaines.
Là j'ai compris que j'étais malade alcoolique et que pour vivre je devrai mener un combat, celui d'être abstinent totalement.
Ce récit je le donne pour vous faire comprendre qu'il peut arriver de tomber et que pour se relever on y arrive grâce à soi et grâce aux autres. Alors aujourd'hui je fais un pas après l'autre, entre espoir et appréhension pour une longue marche que je n'imagine pas sans celle qui aura eu le courage de me porter et de m'aider à me lever.
Merci de m'avoir lu.


yannick79
Arrivant
Arrivant

Masculin 12/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  Paco le 12.07.15 20:56

Oui, je peux me reconnaître dans ton parcours.
Merci pour ton témoignage sans ambiguïté.

Bonne route à toi et puis, n'oublie pas, nous sommes là aussi pour toi
avatar
Paco
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Masculin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  cristal le 12.07.15 22:05

merci pour ce témoignage si sincère,tu donnes de l'espoir à ceux qui doutent encore petits coeurs 
si tu le veux bien sur,ce serait bien que tu nous dises où tu en es,ce que tu as comme aides,comment tu te sens,ce qui a changé dans ta vie etc ... beaucoup de MA en difficulté pourraient prendre exemple sur toi et comprendre le bienfait de l'abstinence en lisant ce que tu es entrain de vivre Very Happy 

en tout cas,c'est très gentil de nous avoir fait partager ton parcours coeurs

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  sanka le 13.07.15 6:26

Salut Yannick et merci pour ton témoignage, il y a juste une petite question que je me pose, en général la phase la plus dur n'est pas forcément d'arrêter de lever le coude (même si au départ on le pense) mais de comprendre ce qu'il c'est passé pour en arriver là?
Alors je ne sais pas depuis combien de temps tu es sortie de ton sevrage, si tu as déjà travaillé sur la question ou pas...
En tout cas bravo pour toutes tes démarches tu as fait tout comme il faut super
avatar
sanka
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 23/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  yannick79 le 13.07.15 9:05

Bonjour et merci pour vos réponse, je vais tâcher d'y répondre.
Donc j'en suis à un mois d'abstinence, après les 15 jours de cure en clinique on peut nous orienter sur des post-cures suivant comment ça se passe. Pour moi c'était ma 1ère cure en tout cas.
A ma sortie je savais que j'avais une compagne, un boulot, des amis et ma passion aussi: le dressage canin. Donc c'est déjà un bon socle. Je suis sous traitement médical bien sûr, aota, tranxen, vitamine, calcium et le plus important de l'eau, bcp d'eau. Je bois au moins 5 litres par jour.
Je me suis rendu dans un CSAPA pour voir s'il était possible de mettre en place un suivi mais mon alcoologue que je vois 1 fois par mois m'a orienté vers un psychiatre que je dois rencontrer ds 10 jours.
Du coup je me rempli la tête autrement: bcp de sport tout d'abord, j'ai mis au parfum tous mes amis êt ma famille aussi pour assumer êt être plus serein quand je prend un Perrier

yannick79
Arrivant
Arrivant

Masculin 12/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  yannick79 le 13.07.15 9:09

Je crois qu'il manque la fin du message... Je le reprendrai

yannick79
Arrivant
Arrivant

Masculin 12/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  SHALE le 13.07.15 9:10

Il y a beaucoup de positif dans ta réaction. Déjà tu as parlé ouvertement de ton alcoolisme, ce qui n'est pourtant pas facile mais qui facilite bien les choses. Tu as des points d'ancrage aux quels te raccrocher. Voir un psy c'est aussi important, à condition que le feeling passe entre vous.
Avec tout ça, tu as pas mal de béquilles pour t'aider à réapprendre à marcher sans alcool, ça devrait être bon, et puis , si tu le souhaites, nous sommes là, nous pouvons te suivre régulièrement si tu as besoin de soutien ou juste de parler...
Bonne journée à toi! smiles coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  yannick79 le 13.07.15 9:48

Donc physiquement déjà j'ai degonflé au niveau du visage, je suis pas épais donc y a que là que ça craignait vraiment

yannick79
Arrivant
Arrivant

Masculin 12/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  chiffounette le 13.07.15 14:36

Bonjour Yannick et bienvenue sur onsaide

Bravo pour etre sorti du déni, bravo pour toutes les aides que tu as mis en place.

Maintenant l'abstinence se construit en plusieurs étapes. Et l'étape finale est de vivre une abstinence heureuse mais en plus de vivre heureux en étant indifférent à l'alcool.

Tu as un mois d'abstinence, tu vas avoir des coup de pompe, voir des moments ou tu n'as strictement envie de ne rien faire. Sache que c'est normal et ne culpabilise absolument pas . Pour exemple j'ai légumé des semaines devant des séries américaines avant de récupérer de l'energie.
Le corps et l'esprit doivent récupérer.
Le sport est une excellente activité. Certains pourront t'en parler mais pour l'instant ils sont en vacances.

Viens nous parler de la manière dont tu vis tes expériences, on est là pour t'accompagner

Chiffou

_________________
Le plus lourd fardeau est de vivre sans exister.    V.HUGO
avatar
chiffounette
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 25/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  yannick79 le 13.07.15 16:32

Pour l'instant c'est vrai que je vis au jour le jour. J'ai gardé une photo de moi le tête bouffie et en sang après m'être vautré en voiture. Ça m'aide si toutefois j'ai besoin de me rappeler comment j'étais.
L'abstinence je la vis bien, je profite des petits plaisirs simples que j'avais oubliés et je prends du toi pour moi justement.
Dans mon couple le plus compliqué c'est de retrouver la confiance mutuelle. J'ai menti bcp, j'ai caché des choses pour pouvoir boire. J'ai détruit énormément alors qu'elle gérait tout justement pour m'aider. Comment croire que oui aujourd'hui je n'ai rien bu? Comment être fier de soi là où elle a tout porter et supporter pendant que je vivais avec l'alcool? Ce n'est rien finalement et pourtant c'est déjà beaucoup... Il y a un petit décalage et je ne veux pas la perdre car c'est elle qui m'a mis sur la voie de la guérison. Le plus dur je le sais reste à venir, je suis mon pire ennemie dans ce parcours.

yannick79
Arrivant
Arrivant

Masculin 12/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  pascal1 le 13.07.15 16:44

Bonjour Yannick
n'oublie pas ce qui est à mon sens primordial à une sortie de cure, à savoir te trouver un MAB (mouvement d'anciens buveurs) ou tu pourras vider ton sac et qui te servira aussi de garde fou au cas où.....
avatar
pascal1
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Masculin 03/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  cristal le 13.07.15 22:47

Le plus dur je le sais reste à venir, je suis mon pire ennemie dans ce parcours.

NON!!! tu es au contraire ton meilleur ami car c'est toi qui va te sortir de là coeurs

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  Luciole le 14.07.15 1:54

[quote="yannick79"]
Dans mon couple le plus compliqué c'est de retrouver la confiance mutuelle.

Hello Yannick,
Mais elle va revenir peu à peu cette confiance mutuelle, plus les jours passeront, plus tu la retrouveras . Il suffit d'avoir de la patience, beaucoup de patience...On ne peut pas, en quelques jours ou en un mois reconstruire toutes les relations de couple mises à mal par l'alcool!
Il faut savoir laisser du temps au temps, restaurer la confiance mutuelle est un chantier à long terme....Mais ça vaut vraiment le coup de l'entreprendre!
Alors bravo et merci pour ton témoignage!
petits coeurs
avatar
Luciole
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 26/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  SHALE le 14.07.15 11:56

Tout dépend aussi de savoir si ta femme était co dépendante ou pas. Si elle était co dépendante, l'arrêt de l'alcool chez toi crée un déséquilibre chez elle et il faut qu'elle trouve de nouveaux repères dans votre relation, si elle ne l'était pas, c'est juste te faire confiance, tu n'insistes pas là dessus, elle y travaillera toute seule et peu à peu se rendra compte qu'elle se gâche la vie à surveiller ta conso.... Crying or Very sad coeurs coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  yannick79 le 23.10.15 15:35

Bonjour à tous,
Je passe parfois sur le forum et même si je ne suis pas très actif, beaucoup de posts me sont utiles. En ce qui me concerne j'ai donc dépassé les 4 mois d'abstinence, le 12 novembre fera 5 mois depuis mon entrée en cure. Mon abstinence se passe très bien, je vois un psy 2 fois par mois qui m'aide à travailler sur moi-même et notamment la confiance en soi. Je dois dire que cela porte ses fruits car j'arrive à instaurer du dialogue quand j'ai une contrariété plutôt que de picoler. Je reste sous Aotal et le tranxen uniquement si besoin, de plus j'ai même arrêter de fumer il y a 10 jours c'est dire si y a du progrès!!
Ma compagne ne boit pas du tout, avec le temps elle semble me faire confiance de plus en plus et moi j'essaye de tout faire pour lui prouver que je mets tout en oeuvre pour rester sobre. Au départ je pense qu'elle avait peur donc elle me soupçonnait toujours, vérifiait mes yeux, me posait des questions. Moi je le prenais assez mal parce que je mettais une énergie folle pour rester concentré sur mon objectif. J'attendais de sa part des encouragements mais en fait ce n'est pas son rôle. En discutant on a réussi à se comprendre sur cette situation et je dois dire que c'est drôlement apaisant.
Pour autant je reste toujours très vigilent, je sais d'où je viens et je ne veux pas y retourner. Au départ on se dit que ce sera trop dur, l'alcool est trop présent dans nos vie et puis quand tu réalises que ta seul guérison possible c'est de ne plus boire alors
tu te poses un peu et tu chemines vers le bien. J'ai beaucoup changé en fait et surtout je me sens plus fort. Pourtant ce sont au départ de petites victoires: respecter ses engagements, arriver à l'heure au boulot, avoir enfin du temps pour soi, ne pas être a découvert grâce aux 400 euros que tu dépensais dans l'alcool.
Avec le psy je ne décortique pas les raisons qui m'ont menées à devenir alcoolo-dépendant. J'ai compris les mécanismes sur mon cerveau et que si je retouchais à ça je replongerai immédiatement. En revanche réapprendre à vivre sans l'alcool est fondamental: Comment changer mes comportements pour être plus serein, moins angoissé. L'abstinence c'est aussi une redécouverte de soi, de ce qu'on voudrait être, de celui qu'on était finalement... J'assume pleinement ce que je suis, j'en plaisante parfois avec ceux que je sens gênés de boire devant moi. L'unique endroit où je le cache c'est à mon boulot par contre. Quand il y a un pot quelconque ou une sortie je dis que je ne bois plus suite à une intervention chirurgicale à l'intestin et que depuis j'ai pris pour habitude de rester à l'eau ou au perrier. (J'ai été arrêté 3 semaines pour ma cure et mon alcoologue étant gastroentérologue j'ai pu faire passer ça sur une hospi comme excuse)
Voilà je suis sommes toute très fière de moi, avant je m’angoissais car sans alcool je me disais je vais tout perdre! (Les moments avec les collègues, les fous rires, les délires de beuverie, c'était toute ma vie, mon carburant).
Mon alcoologue m'a posé cette question simple il y a peu: Qu'avez vous perdu en arrêtant l'alcool? J'ai bien réfléchi car je voulais trouver une réponse, j'avais déjà répondu à tout ce que j'avais gagné. J'ai vraiment cherché et j'ai fini par lui dire: "bah rien". Là il m'a repondu " c'est bien vous êtes sur le bon chemin..."
Le cheminement est long, seul on ne s'en sort pas mais il en vaut la peine en tout cas. Je nous souhaite une bonne route à tous.

yannick79
Arrivant
Arrivant

Masculin 12/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  mamou le 23.10.15 15:43

Si tu savais yannick comme ton témoignage est important  coeurs
Tu as raison, tout à fait raison!
Tu peux plus que fier de toi comme nous tous le sommes ici  onsaidiens
Je suis certaine qu'aujourd'hui tu profites beaucoup plus, beaucoup mieux de ta vie!
Encore bravo  content

_________________
Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous  petits coeurs
avatar
mamou
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 25/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  cristal le 23.10.15 15:44

merci pour ton témoignage yannick,il est très interessant et explique bien le cheminement dans l'abstinence Very Happy 
tu as de la chance d'avoir une compagne qui te comprend ,le dialogue et tellement important dans cette maladie.
Tu as bien raison d'eviter les situations à risque pour le moment et pour les excuses,c'est toi qui vois ce que tu préfères dire,c'est pour te sentir bien et pas pour qu'ils se sentent bien eux Rolling Eyes

bravo pour tes 5 mois et n'hesite pas a venir poster ici,le vécu est bien plus parlant que les textes tout fait coeurs

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  SHALE le 23.10.15 21:40

La réponse que tu as faite à ton alcoologue est fabuleuse: "j'avais déjà tout perdu avant"...
C'est très vrai, quand on arrête l'alcool c'est aussi souvent pour arrêter les dégâts....On se détruit, on détruit les autres, on n'a plus rien à perdre, si la vie... Alors c'est souvent à ce moment là qu'on tape du pied au fond de l'eau pour remonter et pouvoir respirer....
Ensuite il faut se reconstruire et apparemment tu as très bien réussi!! Chapeau, tu peux être fier de toi!!!!! smiles coeurs coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  Sumas le 09.11.15 15:05

Bonjour Yannick,

Ton témoignage est plein de vie et de vaillance. Merci la vie et félicitations à toi et à ta compagne. Cela m'intéresse beaucoup parce que ça m'éclaire sur un possible.
Quel à été le déclic pour toi? Qu'est-ce qui c'est passé pour que tu te dises que tu étais malade alcoolique et que pour vivre tu devras mener un combat, celui d'être abstinent totalement; que ta seule guérison possible c'est de ne plus boire? Est-ce d'avoir compris les mécanismes sur ton cerveau et que si tu retouchais à ça tu replongeras immédiatement? Ou y-a-t-il d'autres raisons?

Merci en tous cas pour ton témoignage.

Sumas
Arrivant
Arrivant

Masculin 05/11/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  yannick79 le 09.11.15 17:59

Je vais essayer de répondre à tes questions. Le plus difficile c'est de cesser la phase de négation alors que je buvais tous les jours. C'était devenu vraiment un enfer et j'étais à 2 doigts que ma femme me foute dehors. Je suis allé voir mon alcoologue tout en minimisant un peu ma consommation donc il m'a prescrit une cure ambulatoire, un traitement léger que je devais suivre et bien entendu j'ai pas tenu plus d'une semaine. Ma ré alcoolisation a été très brutale et je suis parti de chez moi vers 18h j'ai pris ma voiture et fait 1 km pour aller à l’hôtel dormir. Je me suis réveillé le lendemain vers 11h dans ma voiture, la gueule en sang, ma voiture sur le parking de l'hôtel. J'ai fait le tour je comprenais rien, mon tel était cassé donc je suis allé voir la réception. Là on m'a dit que j'avais heurté le portail, les flics sont venus et j'ai fait un constat. Ils m'ont laissé partir mais j'ai eu beaucoup de chance. C'était ma dernière frasque, j'ai rappelé mon alcoologue et je suis parti en cure 15 jours en clinique. C'est pendant ces 15 jours que j'ai compris vraiment que je ne m'en sortirai pas tous seul et que si je voulais continuer à vivre je devais arrêter de boire. Si je commence je ne m'arrête pas, ce truc là a contrôlé toute ma vie pendant presque 15 ans. La maladie alcoolique est vraiment progressive donc au départ tu fais pas gaffe; quand tu deviens dépendant vraiment tu ne penses qu'a ça. Je faisais même les courses en buvant un canette de 8.6, je m'endormais sur le canapé, j'entendais pas le réveil sonner, j'oubliais où j'avais planqué mes bouteilles.
Je raconte pas tout mais j'étais proche de vraiment mal finir. Quand j'ai compris comment agissait l'alcool j'ai su que ma seule issue c'est l'abstinence, le 12 cela fera 5 mois!! Incroyable mais j'adore la vie que je mène depuis: dormir normalement, ne pas découcher, me lever le matin et prendre le temps pour un café et une tartine, me souvenir qui j'ai appelé la veille... J'ai du temps pour moi alors qu'avant je ne voyais pas la journée passer, j'étais jamais rassasié et c'est super angoissant. Je reste très vigilent, j'ai confiance en moi mais l'alcool j'ai vraiment la trouille de retoucher à ça. Ma conso c'était tout sauf du plaisir maintenant j'ai d'autres sources de plaisir, j'ai encore du chemin à faire et peut être, plus tard j'essaierai d'aider les autres.
Le regard de femme aussi était très dur, mais elle a su me donner ma chance, ma mère aussi m'a montré qu'elle était là pour moi. A ma sortie, j'ai annoncé la couleur à tous le monde: Je suis alcoolique je sors de cure et je ne veux plus boire parce que ma vie était devenue un enfer. C'est une posture que je ne regrette pas en tous cas.
Voilà j'espère que ça t'aura aidé un peu, n'hésites pas si tu as d'autres questions.


yannick79
Arrivant
Arrivant

Masculin 12/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  Sumas le 09.11.15 21:54

Oui, bien sûr, tes mots me font réfléchir et m'aident beaucoup, et ils aideront beaucoup de gens.
Ce soir je ne sais pas trop quoi dire.
Merci en tout cas.

Sumas
Arrivant
Arrivant

Masculin 05/11/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  SHALE le 09.11.15 21:56

C'est un témoignage très intéressant, je le relirai demain, car là, il y a un bruit pas possible  dans la maison , je n'arrive pas à me concentrer!!! Crying or Very sad

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  cristal le 09.11.15 22:18

merci de tes témoignages yannick,ils sont criants de vérité et si bien retranscrits qu'on a l'impression de vivre tes écrits nous même,d'ailleurs,on a vécu la plupart des choses que tu décrits!! Crying or Very sad
en tout cas,c'est très parlant et je pense que cela doit toucher pas mal de personnes qui n'osent pas encore se lancer ou qui doutent de pouvoir s'en sortir petits coeurs

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  yannick79 le 10.11.15 14:09

Merci pour vos messages, avec le temps on arrive aussi à décrire les choses en prenant du recul et avec un certain détachement. Il faut reconnaître que l'alcool tue, pas forcément par des maladies, mais aussi par des accidents, par un désœuvrement total, des dérives graves. J'ai aussi tenté de mettre fin à mes jours début mars en avalant une boite complète de somnifère, j'aurai pu écraser un enfant au lieu de rentrer dans le portail ce fameux soir... Bref la définition que donne shale de l'alcoolisme est pour moi la plus exacte et précise qu'il soit.
Se rappeler ce qu'on a été est fondamental pour ne pas y retourner. Moi aussi comme beaucoup je ne me voyais pas passer une journée sans boire un verre et pourtant c'est possible quand on a compris ça. J'insiste sur le fait qu'on ne se rend pas compte qu'on devient dépendant, on ne peut plus choisir de boire ou pas car l'alcool est devenu notre carburant. Les premiers mois sont éprouvants vraiment et aujourd'hui je commence à apprécier pleinement cette nouvelle vie, ce nouveau moi ou peut être celui que j'ai toujours été... Paradoxalement j'en tire une certaine force.
Le moment que je préfère c'est le matin, juste avoir un peu de temps avant d'aller bosser, ne pas retrouver une canette oubliée la veille sur le capot ou rouler sur une bouteille de vodka planquée 3 jours avant lol noon . ça c'est un réel plaisir et ma journée commence sans cette angoisse de me dire: a quelle heure je vais commencer à boire pour me sentir moins mal?

yannick79
Arrivant
Arrivant

Masculin 12/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: mon temoignage

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum