Navigation










Forum















Qui est en ligne ?
Il y a en tout 30 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 29 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Paco

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 265 le 11.06.12 17:08

Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  Asanov le 01.07.14 13:36

Bonjour,

Mon ami est alcoolique et je n'en peux plus, je ne sais plus quoi faire.
Il n'a jamais été violent, mais hier soir j'ai voulu m'interposer et l'empêcher d'aller "mettre une raclée" à son chien qui l'irritait (j'en ai moi-même 3) à sauter sur la porte pour rentrer. Il m'a poussée violemment et ça c'est quelque chose que je ne peux absolument pas tolérer.
Je vous fais un aperçu de notre situation... :

Cela fait 6 mois que mon ami et moi sommes ensemble.
Le premier mois passé ensemble a été idyllique et je suis vite tombée amoureuse de lui. Sensible, doux, tendre, compréhensif, il me semblait être bien dans ses baskets, les pieds sur terre, solide et rassurant. Avec le recul je me rends compte pourtant qu'il avait déjà des comportements étranges, mais je ne me suis qu'accrochée au fait qu'il était dans ma vie et que j'étais bien avec lui.

Rapidement, 15 jours peut-être, après que nous nous soyons "mis ensemble", il m'a parlé de son passé. Le décès d'un père alors qu'il était très jeune, la rue, la drogue. Il m'a dit que pour cette dernière cela faisait longtemps, qu'il n'y avait retouché, après des années sans, qu'il y a 2 ans dans le but de se foutre en l'air suite à une rupture et que s’en était suivie 3 semaine en service psychiatrique. Ca ne m'a pas fait peur. Moi-même ayant un passé avec scarifications et tentatives de suicide, j'ai toujours considéré que si le passé était à prendre en compte, il était justement le passé et que l'avenir devait avoir sa place. J'ai toujours considéré que personne n'avait à être jugé, chaque acte étant la résultante d'un état émotionnel spécifique, d'une souffrance ou autre... J'ai toujours considéré que les "artifices" n'étaient qu'une infime partie visible d'un immense iceberg immergé. Bref, ça ne m'a pas fait peur.

Un peu plus tard, j'apprenais qu'il était sous traitement médicamenteux pour ses problèmes de drogue. Un traitement qu'il a arrêté brutalement et seul 1mois1/2 après notre rencontre. S'en sont suivies des semaines atroces et interminables. Je n'avais pas de ses nouvelles si je n'en prenais pas. Il me disait qu'il viendrait/que nous nous verrions mais ce n'était jamais le cas, il me laissait en plan, sans me prévenir et quand je parvenais à l'avoir au téléphone, il me disait s'être endormi. Je me suis même trouvée devant porte close après plus d'une heure de route, au sortir du travail, à tambouriner en vain car il était prévu que je vienne. Il s'endormait tout le temps.

Plusieurs fois, prévenue par une amie ayant son conjoint qui travaillait dans la même usine que lui, j'appelais 15-20 fois de suite, suis allée chez lui, passant par-dessus le portillon, pour le réveiller, pour qu'il ne perde pas son travail, parce que j'étais inquiète.
Il a finit par perdre son travail.

Follement amoureuse et loin de souhaiter mettre un terme à notre relation, je lui ai tout de même envoyé des messages disant que c'était terminé, que je ne lui convenais visiblement pas, que je n'avais plus la force. Je n'ai jamais tenu cela, ce n'est pas ce que je souhaitais. Il disait m’aimer, qu’il voulait se battre.

Au mois d'avril, alors que ça faisait 3 mois 1/2 que nous étions "ensemble" ou du moins que j'étais seule avec lui... Il m'a avoué avoir un problème avec l'alcool (je ne savais pas...), s'être enfermé dedans mais vouloir s'en sortir. Il a pris la décision de demander de l'aide à son médecin traitant, à son oncle qui avait également dans le passé eu des problèmes avec l'alcool et est entré en pré-cure pour un sevrage physique.

A sa sortie, au bout de 7 jours, était convenu qu’il vienne à la maison, il ne souhaitait pas faire la cure de 3 semaines et voulait s’en sortir seul. Cela a été très compliqué, je ne le reconnaissais pas. Lui, si tendre à notre rencontre était distant. Nous vivions côte à côte mais pas l’un avec l’autre. Ne comprenant pas, je m’enfermais à mon tour dans de longs silences et dans mes larmes. Avant encore et toujours, de revenir vers lui et de lui parler calmement de ce qui me rongeait. Nous ne nous sommes jamais réellement disputés. Après ces discussions, les choses allaient mieux durant 2-3 -5 jours et de nouveau, ça n’allait plus.

J’ai vu une fois, alors qu’il devait se rendre chez son voisin, après encore quelques jours de silence entre nous, une bière dans la poche de son manteau. Je le lui ai dit, calmement, sans jugement. Nous en avons parlé, il m’a dit que c’était la première fois depuis sa sortie de cure (3 semaines après environ).

Il n’y en avait il me semble plus eu jusqu’à il y a 3 semaines. Cette fois-ci, grosse dispute entre nous, après que je lui ai fait part sur une lettre de mes souffrances des derniers mois et sa non réaction. Je lui ai dit de prendre ses affaires et de partir puisqu’il s’en foutait. Je l’ai finalement retenu, une nouvelle fois ne voulant malgré tout pas cela et surtout, le voyant tituber. Le week-end a été atroce. Il a bu une 10aines de bouteilles de vin blanc et a terminé à l’alcool ménager. J’ai appelé les pompiers contre sa volonté. J’ai eu l’impression de le trahir mais en même temps, c’était trop grave.

J’ai appris, après ce week-end là, qu’il était déjà alcoolique quand nous nous sommes rencontrés. Donnée que je n’avais pas. Je comprenais alors pourquoi je ne le reconnaissais pas à ce point. Il se découvrait lui-même sans aucune substance.

Après sa pré-cure, il a eu son premier rendez-vous avec une infirmière addictologue 15 jours après sa sortie. Sortie faite sans traitement médicamenteux, sans rendez-vous psychologique de prévu. Sans rien. Seul. Après ce week-end difficile, et après lui en avoir fait part, j’ai demandé à parler à cette personne alors qu’il avait rendez-vous avec elle. En sa présence, je lui ai demandé moi-même de l’aide pour pouvoir accompagner au mieux celui que j’aime.

Les 15 jours suivants ont été bons pour moi comme pour lui m’a-t-il semblé, puis, un problème de voiture annonçant des problèmes financiers s’ajouter et rebelote, l’alcool est redevenu que la seule alternative qu’il voyait à son mal. Boire pour s’assommer et ne plus penser comme il dit. Cela fait une semaine à l’heure actuelle que cela dure et je dois avouer ne plus savoir quoi faire.

Il avait enfin un rendez-vous avec le médecin addictologue qui aurait pu lui prescrire un traitement médicamenteux mais n’a pu y aller car avait bu. Idem pour son rendez-vous avec une assistante sociale. Cette semaine il a enfin un rdv avec une psy mais ne semble pas vouloir y aller "je ne peux pas me présenter comme ça" qu'il dit...

J’ai terriblement peur et me sens affreusement seule. Je le vois s’enfoncer de nouveau dans cette spirale et ne sait comment il va pouvoir en sortir, ni « quand ». Si en début de semaine il se cachait pour boire, bières dans sa voiture, celles-ci sont maintenant dans une pièce de la maison, où sont rangées ses affaires. Fin de semaine dernière, n’ayant de nouveau plus rien – Il achète des bières fortes tous les jours et en boit 8L par jour – il s’apprêtait à prendre sa voiture… Alors que quelques jours avant je l’avais laissé faire et m’en était mordu les doigts, ayant toujours dans le crâne la « non assistance à personne en danger », ayant peur pour lui et pour les autres, en fin de semaine je lui ai dit que s’il était hors de question que j’aille acheter de l’alcool pour lui, que je l’y emmènerai en voiture. Le lendemain de cet épisode, il me demandait d’aller en acheter pour lui, ne tenant pas debout et n’en pouvant plus malgré tout de se « taper l’affiche ou la honte » à la caisse. J’ai refusé catégoriquement. Lui disant que de nouveau et pour la dernière fois j’acceptais de l’y conduire mais que jamais je n’achèterai son poison pour lui. Pendant plus d’une heure il m’a tannée pour que j’y aille, me disant que lui ne pouvait pas, que je n’avais pas le droit de le laisser comme ça, qu’il avait peur de l’état de manque, que moi j’étais présentable et que ce n’était rien pour moi de passer en caisse. Il m’a suppliée. Ca a été atroce et encore le mot est faible de tenir bon et de refuser, de lui dire que je ne voulais pas participer à cela même si je le faisais déjà en l’y conduisant. Il m’a dit qu’alors je participais à son suicide, larmoyant faisait une sorte de chantage affectif, essayant sans le vouloir de me faire culpabiliser. Sans le vouloir je dis, car quand je lui faisais remarquer il se reprenait tout de suite. L’heure de fermeture approchant étant dimanche, je lui ai laissé 2 choix. Soit il mettait ses chaussures et je l’y emmenais pour qu’il achète lui-même ses bières, soit il n’y aurait pas de bières. Je lui ai dit que son état de manque ce n’était pas de ma faute et que ce n’était pas à moi de porter cela et d’acheter son alcool.

Au bout d’un temps interminable, il a fini par aller se mettre un coup d’eau sur le visage et par mettre ses chaussures. En rentrant dans la voiture il m’a lancé un « s’est parti pour se taper encore la honte ». Je n’ai pas relevé. Je l’ai conduit, il a acheté ses bières, nous sommes rentrés et  il s'est endormi sur le canapé, hurlant de temps en temps des « il est bon à rien » « il est fou » en parlant de lui.

Je ne suis jamais dans le jugement et dans le reproche. Je tâche d’être le plus que possible dans l’accompagnement sans jamais ne me voir comme une infirmière ou pire une sauveuse. (je garde toujours en tête le fameux triangle de Karpman avec la victime, le sauveur et le persécuteur. Triangle dans lequel je ne veux surtout pas rentrer). De lui parler, de l’écouter. Nous parvenons à discuter, à ses réveils en général ou le soir, après une journée à dormir, même si depuis une semaine pas une seule minute il a été sobre.

Il dit lui-même être alcoolique, il le sait, il en a conscience et c’est déjà énorme. Je sais que des « rechutes » sont fréquentes après un sevrage alcoolique, mais c’est si dur de le voir se renfoncer dans cette spirale infernale sans savoir comment il va pouvoir en sortir. Sans savoir quand le déclic va avoir lieu. Je rajouterai que je déplore le peu de suivi suite à sa pré-cure. Un rendez-vous avec une infirmière addictologue tous les 15 jours/3 semaines. Un rendez-vous avec un médecin addictologue 1 mois après sa sortie ! Un rendez-vous avec une psychologue prévu cette semaine. Il a fait son sevrage physique d’une semaine au mois d’avril !!!! Je suis révoltée.

Par cela mais également par les regards, les mots, les attitudes du personnel soignant les 2 fois où il a été aux urgences pour cela. La première avant d’entrer en pré cure. La deuxième après le coup de l’alcool ménager. Je suis révoltée, en colère, en rage, en larme, perdue, seule, assommée de reproches d’amis parce qu’on ne se voit plus, parce qu’ils n’ont pas de nouvelles de mon compagnon. J’ai l’impression de m’en prendre plein la tronche de toute part alors que j’estime faire tout ce que je peux, comme je le peux, avançant au jour le jour en marchant sur des œufs mais en disant malgré tout toujours, au moment qui me semble le plus opportun ce que j’ai sur le cœur à mon ami. Mes craintes, mes doutes, mes espoirs, mes envies.

Suite à ma demande j’ai rencontré une psychologue la semaine dernière et la revoit la semaine prochaine. Je vais demander à être accompagnée de façon plus rapprochée, car s’il est des moments où je tiens le coup, il en est d’autres où je m’effondre et n’en peux plus. Je travaille à mon compte, ai eu un accident de travail il y a un mois et ne peux reprendre correctement. Je n’en ai pas la force de toute façon. Pas l’envie. Pas envie de voir non plus ces fameux amis. Je n’ai pas de questions particulières et en même temps j’en ai tellement que je ne saurai les poser.

Dans 15 jours ma mère revient (je vis chez elle,elle m'a laissée sa maison alors qu'elle a été mutée). J'ai peur, tellement peur...

Hier soir après qu'il m'ait poussée je lui ai balancé froidement qu'il réfléchisse bien à la situation car ça c'était intolérable et pas possible. Je ne sais pas s'il s'en souvient. Je l'ai retrouvé ce matin couché sur le canapé, puis tremblotant par moment, se crispant, il me semble qu'il ne lui reste plus rien à boire, mais aujourd'hui, je ne sais même pas comment l'aborder.

J'ai lu le post sur le détachement, je ne sais pas si je vais en être capable, je ne suis pas sûre que ça soit ce qui lui corresponde à lui. Mais en même temps, de nouveau cette spirale infernale est en train de s'installer et je n'en peux plus de le voir roupiller toute la journée et se lever uniquement pour boire. Je n'en peux plus de batailler pour qu'il mange ou vienne se coucher, car malgré tout j'essaie, peut-être à tort, de "maintenir" un semblant de vie de couple. Même si nous ne sommes pas en couple à 2 mais bien à 3 avec cette saleté d'alcool. Peut-être que je me mens à moi-même. Je suis complètement paumée. Jusqu'ici j'ai avancé en faisant ce qui me semblait être bon, mais aujourd'hui, je ne sais plus...

Je crève d'envie de lui balancer un cinglant "soigne toi ou c'est fini". Mais encore faut-il s'y tenir ensuite... Encore faut-il qu'il y soit prêt....

Bref,

Je suis fatiguée de cette situation. Désolée pour ce long pavé...

Asanov
Arrivant
Arrivant

Féminin 01/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  cristal le 01.07.14 14:22

bonjour asanov et bienvenue sur onsaide  Very Happy 
tu es dans le schéma de beaucoup de conjoints de malades alcooliques et nous allons tenter de te guider au mieux  petits coeurs 


J'ai lu le post sur le détachement, je ne sais pas si je vais en être capable, je ne suis pas sûre que ça soit ce qui lui corresponde à lui.

je vais partir de cette phrase parce que je crois que le détachement n'est pas très clair pour le conjoint de MA,il ne s'agit pas de le pratiquer pour faire réagir le MA mais pour que le conjoint ,donc TOI,puisse retrouver une vie sereine et digne de toi.

Le détachement est là pour que tu ériges une barrière solide entre toi et l'alcool pour ne p^lus en souffrir.Le détachement doit te permettre de vivre malgré l'alcool de ton conjoint,de voir des amis,de faire du sport,de vaquer a tes occupations pour avoir une vie à toi et ne plus faire partie du cercle infernal de l'alcool.

Tu as très bien fait de refuser d'acheter l'alcool de ton ami mais tu dois aller plus loin et ne pas l'accompagner non plus  noon il veut de l'alcool,il se débrouille pour aller en chercher,il ne veut pas manger??tu le laisses se débrouiller et tu arrêtes de le pousser.Tu fais en sorte qu'il ait de quoi manger au frigo mais tu le laisses gérer.
Il faut qu'il cesse de s'appuyer sur toi pour nourrir sa maladie,il est sobre, tu es là,il a bu ou il veut boire,tu n'es plus disponible  noon 

tu dois absolument te sortir de l'alcool et tourner le dos dès qu'il apparait pour te preserver.
L'idéal serait de t'éloigner et de le laisser gérer sa maladie tout seul,contrairement a ce qu'on croit,le MA a de la ressource et est tout a fait capable de se sortir du trou a partir du moment où on le laisse faire sans faire a sa place.
Le conjoint pense alors que c'est de l'abandon mais au contraire,c'est lui permettre de retrouver une autonomie qu'il a perdu et se responsabiliser,là,il compte sur toi et même si tu fais des efforts pour t'eloigner,il sait que tu seras toujours là pour réparer ses bourdes.

ce qu'il faut faire (mais ça ne se fera pas du jour au lendemain )c'est retrouver ta vie,faire des choses pour toi,du shopping,aller au ciné,voir des copines,tout ce que tu veux qui te procure du bien être.
C'est SA maladie et c'est a lui de la combattre,tu n'as pas a subir une maladie qui n'est pas la tienne!! noon 
l'homme que tu aimes est "possédé" par l'alcool et tu ne le retrouveras pas tant qu'il sera dedans  Crying or Very sad 
alors pense à toi,regarde un peu ta vie et essaye de lui redonner un sens et bloquant tout contact avec l'alcool.

on va en reparler bien sur mais je voulais que tu comprennes bien que le but ici n'est pas de guérir ou pousser ton homme a se soigner,le but c'est TOI et retrouver une vie digne de toi. petits coeurs

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  Asanov le 01.07.14 15:08

Bonjour et merci Cristal, en effet je prenais le détachement non pour moi mais pour lui, comme un déclic. J'ai compris ce que tu disais :-)

Le problème c'est qu'il n'est jamais sobre... Hormis aujourd'hui où il n'a plus d'alcool depuis ce matin et où mes mots hier soir ont Peut-être eu un impact... il s' apprêtait à aller en chercher tout à l'heure, je lui ai dit qu'il se fasse soigner, pour lui mais aussi car il nous perdrait. Lui ai demandé s'il se souvenait d'hier soir. Il m'a répondu que oui, m'a dit qu'il m'avait fait et me faisait du mal. Il m'a dit ne pas vouloir que je le quitte, mais voilà, j'ai répondu que si ce n'était pas ce que je voulais, je me protégerai de toutes les façons. Que je l'aimais lui. Pas lui et l'alcool.
Il tremble, se tort, souffre. C'est atroce de le voir ainsi.

Je sais bien que l'y accompagner était une mauvaise chose, mais étant ivre je ne me suis pas sentie de le laisser prendre la voiture et d'avoir cette responsabilité...

Il a extrêmement peur de l'état de manque, qu'il a connu pour d'autres substances...

Pour reprendre le cours de ma vie, ça me semble au-dessus de mes forces actuellement mais il va bien falloir...

Merci en tout cas, je vais tâcher de le laisser se débrouiller d'avantage.

A l'heure actuelle il vit chez moi.

Asanov
Arrivant
Arrivant

Féminin 01/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  cristal le 01.07.14 15:24

ça va être plus délicat si il vit chez toi mais peut être a t'il de la famille ??
pour ce qui est de le laisser conduire ivre,il est evident que ce n'est pas possible,dans ce cas,lui cacher ses clés,il ira par un autre moyen,le MA a une imagination débordante pour reussir a trouver sa drogue  Crying or Very sad 
pour ce qui est de le "pousser" a se soigner,tu peux etre sure qu'il va te dire OUI,parce qu'il le veut réellement,le seul HIC,c'est qu'il ne le peut pas  Crying or Very sad c'est au fond du trou qu'il va trouver la force de pousser la porte des soins mais pour cela,il faut le laisser toucher le fond.

tu vas sans doute vivre des réactions très vives de sa part: agressivité,reproches,chantage affectif,larmes,culpabilisation j'en passe et des meilleures,sache que le MA ne supporte pas de se retrouver seule face a ses démons et qu'il fera tout pour te retenir dans son enfer.Chaque parole qu'il te dira désormais sera là pour te faire rester près de lui et peu importe la méthode alors blinde toi tout de suite et ne cède pas.

Si il tremble et sue,c'est qu'il est dépendant physique,sa consommation va augmenter de plus en plus et ton enfer va augmenter d'autant Crying or Very sad alors il est vraiment temps que tu te détaches de cette maladie qui n'est pas la tienne et que tu sortes de la co dépendance qui ne peut que t'amener au fond avec lui  Crying or Very sad 
est ce que tu consultes toujours ton psy??il te faut de l'aide exterieure pour tenir le coup et aussi trouver une solution pour ne plus héberger l'alcool chez toi Crying or Very sad

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  Asanov le 01.07.14 15:47

Il vit chez moi mais a toujours son appart à 40kms de là. Honnêtement je ne me vois pas le mettre dehors :-(

Je ne sais pas s'il y a une réelle dépendance physique. Je pense qu'elle est d'avantage psychique oui et qu'il se met tout seul dans cet état de tremblements parce que s' énerve et parce que Peut-être c'est le seul moyen qu'il voit de "montrer" ou faire part de son mal. Il me fait penser à un enfant qui en rajouterait pour qu'on s' occupe d'avantage de lui. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas de souffrance on est bien d'accord.

La psy je la revois la semaine prochaine oui. Mais ça a été trop long entre les deux rdv. Je vais voir si je peux la voir toutes les semaines.


Asanov
Arrivant
Arrivant

Féminin 01/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  SHALE le 01.07.14 19:45

Il se comporte pourtant comme un malade dépendant physiquement, mais bon, le problème n'est pas que là.
Cristal a raison, il va faire tout ce qui est en son pouvoir, les promesses, les excuses, les cadeaux, tout pour te retenir. Alors ne te laisse pas attendrir, ce ne serait pas l'aider et pour toi ce serait une catastrophe...
Il faut qu'il se rende compte que l'alcool l'empêche de vivre seul et surtout qu'il ne vit plus que pour ça...
Pour la conduite, Je suis OK avec Cristal, planque les clefs de la voiture, s'il veut de l'alcool, il trouvera toujours un moyen...
Courage à toi! coeurs  coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  Asanov le 01.07.14 19:58

Il vient de partir en acheter après une journée sans mais à boire du dissolvant et autres produits ménagers contenant de l'alcool... Je suis dépitée et en même temps savais parfaitement que ça arriverait...
Merci

Asanov
Arrivant
Arrivant

Féminin 01/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  Asanov le 01.07.14 20:01

Je ne me laisserai plus attendrir oui

Asanov
Arrivant
Arrivant

Féminin 01/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  cristal le 01.07.14 21:11

laisse le boire ,tu ne pourras pas l'en empecher de toute façon mais tourne les talons pour que cela ne te touche pas. Tu peux lui dire que si il continue à boire,il peut retourner dans son appartement car tu ne veux plus le partager avec l'alcool,il a un logement, tu ne le mets pas a la rue là,il a un endroit où loger et tu n'as pas a supporter son alcool.
Alors sois ferme et dis lui que si il veut être avec toi chez toi,c'est sans alcool et que si il veut boire,il retourne chez lui.
est ce que tu te sens capable de le faire ?? c'est important que tu retrouves un endroit où tu te sentes bien et où l'alcool n'est pas roi,tu y as droit asanov!!c'est ton appart et ta vie !!

et si il boit de l'alcool ménager ou du dissolvant,c'est qu'il est bel et bien dépendant physique  Crying or Very sad

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  SHALE le 01.07.14 21:22

Puisque c'est ton appartement, tu supprimes tout alcool qu'il peut y avoir dedans et tu précises que tu ne veux plus en voir franchir ta porte. Sil veut boire, il va chez lui, pas chez toi. Là, il faut que tu sois très claire et très nette. Surtout quand tu as dit quelque chose, ne revient jamais dessus, tu ne serais plus crédible....

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  Asanov le 01.07.14 23:20

Qu'il aille chez lui s' il veut boire j'en suis incapable :-( D'autant qu'il est toujours plus ou moins imbibé. Vu la distance entre chez lui et ici et que l'on vit ensemble ici depuis fin mars, je considère la maison comme étant "chez nous" :-/
Pour ce soir j'ai obtenu que les bières aillent dehors et que ça ne passe plus le seuil de la porte. Je lui ai dit que je ne voulais plus le partager et que c'était l'alcool et non lui que je rejetais. Que ça régissait nos vies et que pour ma part je ne le voulais plus. Je l'ai mis au parfum que dorénavant je serai dispo et à l'écoute et prête au dialogue avec lui mais plus avec l'alcool. De gros traumatismes de son côté et du mien concernant un rejet brutal par silence et ignorance, j'ai préféré le lui dire, sans plus développer. Ca fera écho en lui en temps voulu je pense.

Merci de votre "écoute", je marche complètement sur des oeufs là, ne sachant trop si ce que je peux dire ou faire l'aide ou l'enfonce. Même si j'ai bien compris que pour vous le but est que je puisse retrouver MA vie. Je ne peux m'en empêcher... Je dois pas être suffisamment à bout moi non plus.

Asanov
Arrivant
Arrivant

Féminin 01/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  SHALE le 01.07.14 23:47

Tu sais la méthode du détachement est prescrite par beaucoup d'alcoologue car elle a l'avantage de soigner les deux personnes en cause: le malade alcoolique et le co-dépendant.
Le malade alcoolique, en le laissant gérer sa maladie seul, sans lui apporter aucune aide , tu le responsabilises, ensuite tu sépares clairement l'homme qui a bu de celui qui n'a pas bu, il garde cette image en lui et n'oublie pas qu'il peut être un homme qui ne boit pas....
Le conjoint co dépendant qui lui, retrouve une vie plus ou moins normale mais ne s'investit plus dans cette maladie. Il pense à lui et ne connaît pas l'homme alcoolisé. Il se coupe de l'alcool et de la maladie alcoolique, sinon il serait entrîner là dedans et c'est le cauchemar alors.
Logiquement ça aide les deux personnes, le malade alcoolique va le refuser au début, mais il ne faut pas que tu lâches. Tu lui expliques les choses calmement, à un moment où il est lucide, et tu lui précises bien que c'est comme ça que ça va se passer et pas autrement.
Tu devrais lire la lettre d'un malade alcoolique à ses proches, non seulement c'est un beau texte mais en plus il y a toutes les choses à faire et à ne pas faire. C'est dans la base de données, si tu ne la trouves pas, demain, je te mettrai le lien pour la trouver...
Ne perds pas courage, ça marchera... coeurs  coeurs  coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  Asanov le 02.07.14 10:11

Je viens de lire la lettre, merci :-)

Dès qu'il m'en a parlé, je suis allée fouiner sur le net. Je n'ai jamais compté les bouteilles, piqué les bouteilles ou quoi que ce soit. Mais je me suis installée dedans malgré moi car effectivement, je ne pense plus qu'à son état et que nos conversations ne tournent plus qu'autour de cela. Parce que je bataillais pour ses rendez-vous, qu'il mange, vienne se coucher, etc... Chose que je vais arrêter de faire. Je vais me préoccuper de mes rendez-vous à moi concernant le sujet et c'est tout...

Hier il m'a dit que ce que je ne comprenais pas c'est qu'il en avait besoin pour pouvoir parler de ce qui le minait. Qu'il ne voulait pas l'hospitalisation car cela passe par le service des urgences avant tout et, il a raison sur ça, à chaque fois qu'il a eu à y aller, ses maux n'ont pas été pris en compte, il a été traité comme moins que rien... Et moi aussi. A la différence, moi je pourrai y faire face encore. Il m'a dit que s'il devait être hospitalisé (période d'urgence ; 2 jours la dernière fois avant d'intégrer le service pour sevrage physique) qu'il faudrait qu'il soit mis chao pour le supporter. Bref.

Il dit lui-même être malade alcoolique. Il dit lui-même que c'est un cercle vicieux. Il dit lui-même que dès qu'une difficulté se présente, il ne cherche plus qu'à s'assommer et dormir. Il dit lui-même qu'il fait du mal à son entourage et à lui, mais dit qu'en se faisant à lui, ça ne compte pas. Il sait tout ça mais à l'heure actuelle voit toujours d'avantage l'alcool comme une solution et non comme quelque chose qui le détruit et détruit sa vie. Ce n'est pas un reproche, juste le stade où il en est. Et je trouve malgré tout important et rassurant qu'il ne soit pas dans le déni de la maladie. Je ne désespère pas.

C'est ce que j'ai mis en lace hier grâce à vous, le dissocier lui de l'alcool. Il répète à longueur de temps qu'il y arrivera. Je lui réponds que oui. Dès que nous en parlons, ses crises de tremblements reprennent.

Il est dans une phase où il essaie de moins consommer mais la maladie l'en empêche.

Bref, j'espère que nous avancerons. Moi je vais tâcher de m'en détacher au maximum et de ne plus laisser l'alcool gérer ma vie. J'espère pouvoir tenir bon. En tous les cas, il est certain que les bières ne repasseront pas le seuil de la maison. Lui ayant bu, il le repassera, mais deviendra alors transparent (c'est bien ça ?).

J'espère pouvoir tenir bon.

Merci de votre aide en tout cas... Je me sens déjà beaucoup moins seule et ça donne un peu d'oxygène...

Asanov
Arrivant
Arrivant

Féminin 01/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  SHALE le 02.07.14 10:17

Oui, c'est bien ça, tu as tout compris, à toi de le mettre en place, il y aura sans doute quelques cafouillages au début, mais essaie d'être toujours cohérente et reste sur tes positions...
Courage à toi, n'hésite pas à venir en parler!!! smiles  coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  Asanov le 02.07.14 10:25

Oui, je ne lâcherai pas ce que j'ai mis en place et décidé. Mais par conséquent je réfléchis bien avant de décider quelque chose. Que je puisse le tenir.

La seule chose que j'ai faite par contre c'est collé tous les produits ménagers et médicaments dans une pièce fermée. Il veut boire, je l'en empêche pas, il a en tête les tenants et aboutissants que je lui ai donné hier. Mais pour le reste, c'est trop dangereux... La personnes qui le suit et que j'avais demandé à rencontrer m'avait dit que ce n'était pas une bonne chose... Mais quand il n'a plus d'alcool et pas la "force" de se lever pour y aller, c'est vers cela qu'il se tourne et ça, ça me semble beaucoup beaucoup plus dangereux... Je ne me vois pas laisser mon bonhomme ou quiconque d'ailleurs utiliser tous ces produits chimiques comme boisson...

Est-ce réellement une mauvaise chose ?..

Asanov
Arrivant
Arrivant

Féminin 01/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  cristal le 02.07.14 21:55

non,tu as très bien fait de cacher ces produits qui ne sont pas consommables noon  et tu commences très bien le détachement  super 
ça en va pas se faire du jour au lendemain bien sur mais ce que tu dois toujours avoir en tête c'est "est ce que ça me fait mal ou pas" parce que c'est toi qui importe dans l'histoire¨Par exemple,nous t'avons proposé de lui dire de partir chez lui,tu n'as pas pu parce que ça te faisait mal, tu t'es écoutée et tu as fait ce qui était supportable pour toi, c'est ça qu'il faut faire; T'ECOUTER!!
tout ce qui te contrarie ou te mets mal,tu fais en sorte de ne pas le vivre,tu fais tout pour TON bien être,c'est a ça que sert le détachement avant tout,te sortir de cet enfer qui n'est pas le tien.

continue comme ça,tu es bien partie  baiser

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  Asanov le 03.07.14 10:02

Merci :-)

J'étais encore partie à penser déclic chez lui c'est fou ça... Du coup hier soir j'ai eu l'impression de le rejeter en bloc et justement je n'étais pas bien... Alors que depuis le départ je me refuse d'être dans les reproches etc, j'avais l'impression d'être en plein dedans et ça je ne le veux pas.

Hier soir, après de nouveau une après-midi sans alcool et des crises de tremblements à se tordre dans tous les sens, il est allé chercher à boire et a considérablement modéré sa consommation, disant qu'aujourd'hui il voulait redemander de l'aide au centre (CSAPA). Bon par contre pour cette nuit je ne sais pas ce qu'il en est puisque s'étant endormi sur le canapé je ne me suis pas chargée de le réveiller ou quoi que ce soit et qu'à l'heure actuelle il roupille toujours.

On verra bien, je ne vais pas m'en occuper ni questionner sur le sujet, mais la télé étant allumée je pense qu'il s'est réveillé dans la nuit et s'en est mis plein la tête. On verra bien, après tout c'est lui qui voit - même si je vois bien Ô combien ce poison est fort - et c'est son combat.

Merci beaucoup en tout cas :-)

Asanov
Arrivant
Arrivant

Féminin 01/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  cristal le 03.07.14 14:42

bravo,tu as les bonnes réflexions là  super 
c'est son combat,c'est sa vie et tu ne dois pas laisser filer la tienne noon 

qu'aimes tu faire asanov??as tu une passion,une activité qui te plait? il est temps de focaliser un peu sur ta vie et un peu moins sur celle de l'alcool  petits coeurs  petits coeurs

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  SHALE le 03.07.14 14:55

Tu as intégré très vite la notion de détachement, c'est exactement ce qu'il fallait faire!!! j'en suis heureuse pour toi!!! coeurs  coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  Asanov le 03.07.14 17:31

Il s' est réveillé en début d'aprem, m'a dit aller chercher à boire - sans que je n'ai rien dit - pour ensuite appeler pour une hospitalisation. En rentrant en effet il a appelé le CSAPA pour demander à avoir le médecin pour un traitement pour l'aider. Médecin en vacances... il a des rdv la semaine pro. Le CSAPA lui a parlé des urgences mais il ne veut pas y retourner à l'heure actuelle. Il a ensuite appelé son médecin traitant, il a rdv demain aprem. Il a essayé d'appeler le numéro de drogues info service mais le temps d'attente l'a énervé. Il veut qu'on l'aide, il a fait de gros gros pas cet aprem et là pour le coup j'ai été avec lui, à ses côtés sans ne rien faire à sa place. Ça m'a semblé nécessaire et ça n'allait pas à l'encontre de ce que je voulais... j'espère ne pas avoir mal fait. Par contre il aurait bien sûr voulu qu'on l'aide tout de suite. Je l'ai félicité des pas faits aujourd'hui mais lui ai dit que pour son rdv de demain il fallait qu'il fasse lui-même ce qu'il faudra pour être réveillé et que ce n'est pas moi qui le réveillerait. A suivre. Pour l'instant de nouveau il est à plat.

Pour ce qui est de mes passions oui j'en ai, mon métier, mais je ne peux l'exercer en ce moment suite à un accident de travail :-( J'ai été opéré et vais sans doute devoir y repasser car la cicatrisation et la remise ne se sont pas bien faites. Un cumul de beaucoup de choses en ce moment !
Ce soir je vois mon médecin traitant, je vais en profiter pour la mettre au courant de la situation ( ca plus mon accident = troubles du sommeil et eczéma réveillé) et lundi la psy du CSAPA.

Merci pour vos encouragements, vos conseils et votre écoute.

Asanov
Arrivant
Arrivant

Féminin 01/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  SHALE le 03.07.14 19:12

De toute façon, quand il est décidé à se soigner, tu le laisses faire les démarches mais tu peux le soutenir moralement, là ça peut l'aider à sortir de l'alcool, il fait des efforts dans ce sens, tu peux donc en faire toi aussi. Mais s'il arrête tout, et bien, tu te mets à nouveau en retrait... smiles

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lui, sa blonde et moi... Je ne sais plus quoi faire

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum