Qui est en ligne ?
Il y a en tout 28 utilisateurs en ligne :: 7 Enregistrés, 0 Invisible et 21 Invités :: 2 Moteurs de recherche

chiffounette, cristal, erilyo, penel, ppp, SHALE, tulipe noire

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 265 le Lun 11 Juin - 17:08

Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse...

Aller en bas

Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse... Empty Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse...

Message  Tetro le Mar 24 Sep - 1:03

Bonjour/bonsoir,

Je connais votre site pour y avoir déjà écrit mais je ne me rappelle plus de mon pseudo. Ce soir j'interviens sur le forum pour déballer deux trois trucs en tant que personne vivant avec une personne alcoolique.
C'est pénible.
Je vous fais un tableau détaillé: nous vivons dans un studio, soit une pièce, enfin deux, salon d'un côté et chambre de l'autre, mais séparées par un rideau, autant dire que question intimité, espace perso, pour peu que l'on vive avec une personne égoïste et qui soliloque de manière ininterrompue pendant 6 heures, c'est pas terrible.
La personne qui soliloque de manière ininterrompue pendant 6 heures, c'est la personne avec laquelle je vis. Ce studio est situé au dernier étage d'une maison, laquelle compte 4 chambres en son rez de chaussé occupé par respectivement 4 colocataires, le proprio vit aussi dans cette baraque mais heureusement, de l'autre côté de la maison, ça ne communique donc pas. Le truc donc, c'est qu'ici tout s'entend, y compris et surtout les délires alcoolisés, mégalomanes et pleurnichards de la personne avec laquelle je vis, que nous appellerons Chloé pour faire plus simple. Bref, ici, quand ça boit, ça commence à 17h et fait du bruit jusqu'à minuit, modérément, mais qd même, c'est le genre de bruit qui ne laisse pas bcp de doute sur la santé mentale de l'auteur de ce raffut hebdomadaire. Je crains que cela finisse par exaspérer les colocs et qu'on se fasse virer.
Une fois, mais ailleurs, dans une maison de village dans le Lot, on a eu les flics parce que Madame hurlait de sorte que le voisinage a du penser qu'elle était battue.

Le détachement, je connais: pour moi cette personne est morte. Malade alcoolique, malade mentale, égoïste pathologique, tout ces noms c'est bien gentil mais au fond, quand il apparaît que la personne sous alcool est incapable de vous respecter et que sobre elle ne souhaite pas faire d'effort pour changer (quand la tentation revient, au bout d'une semaine, 5 jours ou 2, c'est de nouveau le plongeon sans la moindre résistance), tout ce que vous voyez c'est la nécessité de vous préserver de son ambiance dégueulasse.
C'est ce que je fais depuis 2 ans. Mais dans un deux pièces c'est pas toujours facile. Heureusement que je travaille, du coup je n'ai que les deux dernières heures de rodéo à me fader. Je travaille de 18h à 22h.

On a un accord, rarement respecté mais qq fois qd même, qd ça arrive ça fait plaisir: quand je rentre elle doit être couchée, ou du moins prête à aller cuver. Ce soir c'était pas ça, c'était plutôt "va m'acheter d'autres bières à l'épicerie de nuit". Je l'ai trainée manu-militari dans la piaule, fais y ce que tu veux, finis tes bières, ne sors pas de la chambre je ne veux pas te voir, fous moi la paix. Moi dans le salon de l'autre côté du rideau je m'enfonce un bouchon dans chaque oreille, un casque par dessus pour diffuser de la musique forte, comme ça j'entends plus rien et c'est mieux, sinon j'entends, ça m'énerve parce que je pense aux voisins, et ça risque alors de dégénérer, parce qu'après 6 ans de ce manège, je supporte plus. Donc je m'isole et je la laisse déblatérer jusqu'à épuisement. Vaut toujours mieux ça que des cris/disputes.

Je ne mets pas cette personne à la rue car elle n'a nulle part où aller, personne à qui demander de l'aide. Dans la rue ce serait direction l'HP direct. Ou pire. Alors je prends sur moi pendant 2 heures une fois/semaine.
Si je vivais dans une maison assez spacieuse pour tout ignorer de ses agissements -plutôt soft je dois le reconnaître- sous alcool, je m'en foutrais, mais ce n'est hélas pas le cas, pour le moment.

Et voilà.



Tetro
Arrivant
Arrivant

Masculin 24/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse... Empty Re: Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse...

Message  Crystal_ine le Mar 24 Sep - 4:13

Bienvenue Tetro. Ce n'est pas une situation évidente, car tu souffres de sa maladie. Mais il te faut penser à toi. Je crois comprendre que tu n'es pas allé lui acheter ses bières, ce qui est très bien, car ce ne serait pas vous rendre service. Elle doit assumer ses choix toute seule et surtout se débrouiller toute seule.

Ton rôle, c'est de te détacher le plus possible, faire ce dont tu as envie et qui te fait plaisir. Tu ne peux pas continuer à subir sa maladie. Tu dois vivre pour toi. Malheureusement, je sens que tu es à bout et que ton seuil de tolérance est atteint. Vous ne pourriez pas envisager de chercher un appartement pour elle ou pour toi, pour que tu puisses vivre ta vie loin de sa maladie?

Je ne te demande pas de répondre tout de suite, mais y réfléchir, voir ce qui pourrait être fait de ce côté. Ce n'est pas facile, je l'avoue, mais le jour viendra où un choix s'imposera de lui-même. Continuer à subir ou vivre votre vie.

Courage, nous sommes là si tu as besoin d'aide ou de soutien.

onsaidiens 

_________________
Qui veut faire quelque chose trouve un moyen; qui ne veut rien faire trouve une excuse.
Crystal_ine
Crystal_ine
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 10/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse... Empty Re: Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse...

Message  Tetro le Mar 24 Sep - 14:58

Mon seul de tolérance est atteint effectivement. Ca doit faire 2 ans que j'ai réalisé qu'il était désormais hors de question de me laisser traîner dans ces ambiances de débilité de haute volée.

J'ai encore quelques limites néanmoins, comme ne pas la laisser sortir à pas d'heure, parce que nous sommes dans une ville pas toujours bien fréquentée (plusieurs "viols" -éthyliquement consenti...vive la pilule du lendemain- à son actif), et aussi parce que pour sortir du studio il faut traverser la colocation, et je n'ai pas envie d'écoper d'une réputation de locataire fouteur de merde vis-à-vis du proprio. C'est très pragmatique comme façon de voir: si on vivait dans un cadre différent je la laisserais faire n'importe quoi, pourvu que je ne sois pas concerné.
Déménager, c'est en projet, pour l'été prochain si tout va bien, une maison de campagne à retaper.

Bref, ce message pour dire aux personnes vivant avec un MA: dans les limites que vous choisissez de vous fixer, ne faites preuve d'aucun sentimentalisme avec une personne pour laquelle il est normal, légitime même, de vous bouffer votre espace.
Je peux paraître dur, mais en 6 ans de vie commune, pendant 4 ans j'ai connu un enfer assez inimaginable. Ne pas mettre de limite à ça c'est tout simplement un suicide social.

Tetro
Arrivant
Arrivant

Masculin 24/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse... Empty Re: Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse...

Message  Crystal_ine le Mer 25 Sep - 3:06

Tu dois te protéger au maximum. J'ai vécu avec un MA aussi et je peux comprendre ce que tu vis. En disant qu'il n'y a pas de pitié à avoir pour ces personnes, c'est une façon de voir. Du moment que tu ne fais rien à sa place, qu'elle gère toute seule ses bêtises, que tu fais ta vie, que tu réussis à vivre malgré sa maladie, y a de l'espoir pour toi.

Courage,

onsaidiens 

_________________
Qui veut faire quelque chose trouve un moyen; qui ne veut rien faire trouve une excuse.
Crystal_ine
Crystal_ine
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 10/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse... Empty Re: Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse...

Message  Tetro le Dim 20 Oct - 1:32

Il y a quelques jours j'ai décidé d'arrêter mes bières du soir et cigarettes, et de faire un régime, parce que là question souffle et coeur, ça le fait pas du tout. J'ai 33 ans, ce serait con que je claque dans la trentaine/quarantaine. Ce serait con pour marlène (oui oui, "la" Marlène du forum) qui est infoutu d'être financièrement autonome. Ce serait con mais des soirs comme ce soir j'en ai plus rien à foutre. Et puis en ce qui me concerne, franchement, à quoi bon? Je suis même pas sur d'être intéressé par le fait de vivre. En fait si, j'aime bien ça, vivre, mais avec un égoïste qui vous pourrit la vie? Non. Du coup je me bousille sans vergogne. Mais au fond, crever pour cette ordure? non, c'est vraiment trop con.

Je me suis acheté mes 4 bières fortes et je vais fumer en regardant cet écran, et demain je sentirais une pression sur ma poitrine quand il faudra que je marche un peu vite. Pourtant j'avais réussi à tenir qqs jours, mais en trouvant ce soir ce que je trouve en rentrant du taf...pas envie de faire un effort.

Arrêter les bières et la clope c'est de ma seule responsabilité, mais éviter la co-dépendance quand vous vivez dans quasi la même pièce (deux pièces séparées par un rideau) que l'autre déchet et n'avez nulle part ailleurs -à part la rue- où aller, c'est pas facile. Mais je crois que je vais penser à la rue, ou l'hotel.


Tiens, Marlène est en train de gerber à grand flot, ce doit être ça la maitrise de l'alcool...


Voilà, désolé pour ce mix "entourage des MA/vos témoignages sur l'alcool" sur fond de crise conjugale (bien que nous ne soyions pas un couple, je précise), mais quand je vois comment l'autre mythomane s'amuse ici en faisant sans scrupule de ma vie un truc aussi dégueulasse, j'ai du mal à me retenir.

Tetro
Arrivant
Arrivant

Masculin 24/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse... Empty Re: Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse...

Message  cristal le Dim 20 Oct - 7:24

ta vie tetro,c'est toi qui la mène et toi qui la gère.Tu n'as pas a te sacrifier pour qui que ce soit,a quel titre ??
on a qu'une vie et je ne vois pas pourquoi tu ne la vivrais pas pour une maladie qui n'est pas la tienne !!!
tu as lu les textes sur le détachement ?? se detacher,ce n'est pas abandonner c'est ne pas perdre sa vie pour l'autre,c'est ne pas sombrer avec son conjoint,c'est mettre des barrière pour dire NON a l'alcool et oui a la vie!!

tu n'as pas a subir cela sans réagir tetro,pourquoi te laisses tu couler ??
tu devrais commencer par aller voir un medecin pour qu'il te donne de quoi te remonter,ensuite,il faut que tu reprennes le gout de vivre et que tu recommences a te faire du bien.
ne te détruit pas toi aussi,l'alcool ferait alors deux victimes!!! réagis et ne baisse pas les bras.

accroche toi,la vie est belle si on se bat pour qu'elle le soit coeurs

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
cristal
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse... Empty Re: Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse...

Message  SHALE le Dim 20 Oct - 12:39

La maladie de Marlène est de son ressort, on le lui dit sur tous les tons depuis qu'elle poste sur le forum!!!  Elle s'en est pris tout de même plein la figure, nous lui avons dit ce que nous pensions de son discours.... Mais bon, ça c'est son problème, ce n'est pas le tien et il ne faut plus que ça le soit.
Il faut absolument que tu trouves une solution pour ne plus bousiller ta vie comme ça, qu'elle le fasse, soit, mais si toi tu peux l'éviter, surtout que tu commences à ressentir des problèmes physiques pas très rassurants, tu te fais soigner... C'est le plus urgent. Tu vas aux urgences ou voir ton médecin ou un alcoologue et tu trouves une solution pour le logement.
Tu lui laisses celui ci à condition qu'elle paie le loyer et toi tu prends une chambre n'importe où , tout seul...
Ne l'aide pas en payant pour elle, tu ne lui rends pas service, elle doit se rendre compte que l'alcool l'empêche de travailler et de vivre.
Sinon, oui, l'alcoolique est un égoïste qui ne pense qu'à sa bouteille, le reste lui importe peu.....
Alors ne perds pas ta vie pour elle, tu  ne l'aides pas et tu ne t'aides pas.....
Surtout, ne tombe pas toi aussi dans la bouteille....Crying or Very sad

_________________
Demain sera un autre jour...





66
SHALE
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse... Empty l enfer de vie avec un malade ma ou une ma

Message  BLEYS le Dim 20 Oct - 14:20

homme ou femme
l enfer est le même
c est très dur ce que tu vis

je pensais que seules les femmes vivaient cet enfermement dans la maladie de l autre
à le surveiller
le soigner
avoir pitié
l amour
la haine
le desespoir

et quand on le quitte
comme moi
à foce de desespoir

il reste l amour
quitter la personne que l on aime par ce qu il ou elle boit

qu elle horeur
donc aucune solution n est bien

tu dois chercher avec ou sans elle
mais le principal
toi
tu dois t occuper de toi
et te dire qu il peut y avoir une autre vie

il faut qu elle se fasse soigner
mais elle ne veut pas
c est elle qui boit et toi qui trinque

je te souhaite
beucoup de courage à toi
pour ne pas te laisser entrainer dans sa pente

ne t oublies pas toi
ne réponds pas à ses insultes
commence par celà

tu lui reponds on verra demain
petit à petit
protèges toi de sa violence verabale

courage......................

BLEYS
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 03/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse... Empty Re: Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse...

Message  Tetro le Sam 2 Nov - 2:30

L'évolution se pointe sans prévenir, sans qu'on s'y attende. Je ferais matelas à part (oui parce que parler de chambre, là...) désormais, dans ce qui tient lieu de salon. Quand quelque chose vous vient, on n'a pas vraiment d'explications à donner: on ne veut plus d'une chose, ou au contraire on veut une chose bien précise et on n'est pas du tout prêt transiger là-dessus, c'est comme ça.

Je dois être honnête et accorder à "marlène" qu'elle n'est pas excessivement pénible quand elle est alcoolisée (disons que j'ai connu milliard de fois pire), relativement calme en fait, il y a de cela qqs années j'aurais bcp donné pour qu'elle soit dans cet état-là une fois alcoolisée, mais voilà, la moindre manifestation, aussi minime soit-elle, me sort par les yeux, cette espèce de relâchement de la raison, cet avachissement dans la vie affective, avec tout ce que cela comporte d'inconscience, de désordre de toute sorte (fumer par exemple plusieurs dizaine de cigarettes quand on est asthmatique...est-ce qu'on fait plus débile que ça?), je l'ai en horreur, j'ai probablement appris, au fil des ans, à le supporter de moins en moins. Pourtant je n'ai rien d'un psychorigide, la vie m'a appris que les choses ne se passent pas toujours comme on voudrait, et qu'il faut savoir à la fois être patient, savoir attendre, et s'accommoder de ce qui vient en attendant mieux, mais le "trip de l'ivrogne", je ne supporte pas, comme une espèce de délire extrèmement futile mais néanmoins très pris au sérieux par l'intéressé. Bref, je n'ai pas les mots, sans doute parce que ce à quoi je réagis m'est totalement étranger et que je ferais mieux de ne pas m'en préoccuper. Le hic est que je suis un peu forcé de le côtoyer, ne serait-ce qu'en entendant des bribes de ci de là de ce qui se passe de l'autre côté du rideau (pour mémoire: nous vivons dans une seule grande pièce coupée en deux par un rideaux). J'ai un problème avec la bétise, je crois, et je trouve la personne alcoolisée assez stupide.

Trouver un autre logement n'est pas dans nos moyens.
Je me contente d'être le plus possible absent, ou bien de me boucher les oreilles.
Et peu importe, je ne laisse pas ma vie filer dans la contemplation de cette idiotie, de toute façon.

Pour ce qui est de limiter la casse avec ma propre consommation d'alcool, il me suffit d'avoir une chose sur laquelle me concentrer assez profondément, au point que ça en devienne presque addictif, et de bien vouloir faire un effort, et c'est faisable. Il s'agit de ne pas laisser son esprit avoir ne serait-ce que l'opportunité de penser à l'alcool. Moi j'utilise à cet effet les jeux vidéos. Et ouais, tout est bon à prendre si ça marche. Et aussi, on a de nouveau une activité de groupe puisqu'on a trouvé des musiciens, ça ça fait du bien, ça dynamise la vie.

Mais bref encore. Si certains ont des suggestions à me faire, j'aimerais savoir quel type d'exercice physique faire pour recouvrer ma capacité respiratoire (au bout de deux étages je suis séché), un truc assez efficace et moins calmos que la marche, car en fait j'ai besoin de me concentrer sur qq chose qui capte mon attention, or pendant la marche, l'esprit vagabonde. Tout en sachant qu'il faut que j'y aille qd même mollo parce que bon, voilà, j'ai le coeur un peu fatigué, je sais pas si la corde sauter est le meilleurs trucs à faire, par exemple.
Cette activité physique, couplée à mon régime alimentaire (=du riz, des lentilles, des haricots rouges et du maïs), j'ai bon espoir qu'elle me fasse fondre, même si je me doute qu'il faudra être patient. L'alcool + les bouffes remèdes à la gueule de bois m'ont fait prendre des kilos dont j'aimerais me débarrasser


Tetro
Arrivant
Arrivant

Masculin 24/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse... Empty je te souhaite beaucoup de courage

Message  BLEYS le Sam 2 Nov - 8:05

et à ta compagne aussi

BLEYS
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 03/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse... Empty Re: Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse...

Message  SHALE le Sam 2 Nov - 10:47

Il y a la piscine qui est un sport complet, c'est aussi de la relaxation... Alors ça pourrait te plaire. L'équitation aussi, sur ce forum, pas mal de MA s'y sont mises avec beaucoup de plaisir.....
Courage:cor:

_________________
Demain sera un autre jour...





66
SHALE
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse... Empty Re: Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse...

Message  Tetro le Ven 8 Nov - 14:38

Excellente suggestion, la natation, je n'y avais pas pensé alors que j'aime bcp nager.

Tetro
Arrivant
Arrivant

Masculin 24/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse... Empty Re: Déballage d'un conjoint d'alcoolique, si y'en que ça intéresse...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum