Navigation










Forum















Qui est en ligne ?
Il y a en tout 23 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 22 Invités :: 2 Moteurs de recherche

l'ange indésirée

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 265 le 11.06.12 17:08

Mère alcoolique, entourage à bout...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mère alcoolique, entourage à bout...

Message  Missmollie le 14.03.13 12:45

Bonjour à tous,
Je viens vous raconter le parcours de ma mère, malade de l'alcool depuis une dizaine d'années, et chercher du soutien et de l'aide car nous sommes à bout et ne savons plus quoi faire !
Donc voilà la situation : ma mère est en dépression depuis 1997, date à laquelle elle a perdu un bébé à la naissance. Elle n'a jamais voulu se faire suivre suite à ce drame, à part par son médecin généraliste qui se contente de la bourrer d'anti-dépresseurs. Elle a eu un autre enfant en 2000, qui s'est avéré être un bébé et un jeune enfant très nerveux, angoissé, hyperactif. Elle a beaucoup culpabilisé, se disant que c'était sa faute car elle avait eu une grossesse trop nerveuse (peur de perdre à nouveau un enfant), et ça n'a pas aidé sa dépression évidemment !
Sa maladie a évolué vers l'alcool il y a au moins 11 ans. Je dis au moins car c'est à partir de 2002 que nous avons commencé à nous douter de son état, les premières fois où nous l'avons vu abuser de l'alcool en public, les premières fois où nous avons suspecté qu'elle buvait seule, en journée. Elle niait, nous mentait effrontément, même avec des preuves sous les yeux. J'ai depuis compris que cela fait partie des "symptômes" de la maladie.
Les années suivantes sont une descente en enfer, une succession de "crises". J'ai quitté le domicile familial en 2003 pour m'installer avec mon petit ami. De là, je n'avais qu'un petit aperçu de ce qui se passait chez mes parents. Mon père a mis très longtemps avant d'oser m'appeler à l'aide, se confier à moi (à l'époque mes deux frères avaient 10 et 4 ans). Nous avons essayer de la raisonner, de lui faire prendre conscience du besoin de se faire soigner mais sans succès, elle niait son état. Je vous épargne le récit des soirées d'angoisse où elle disparaissait, des tours de ville en voiture à 3h du matin, etc. Un cauchemar.
En 2007, elle a décidé d'elle même de faire une cure. 4 semaines dans un centre hospitalier psychiatrique, prescrit par un alcoologue. Elle a détesté et a rechuté net.
Puis, un électrochoc: mon arrière-grand-mère avec qui elle était très proche est décédée brutalement. Je ne sais pas quel a été le déclic mais elle a décidé de se soigner, a commencé des médicaments, a suivi des groupes de parole, est allée voir un psy.
Le répit a été de 3 ans. Puis elle a recommencé à boire l'apéritif, du vin à table, et très rapidement sont revenus les haleines alcooliques, regards vides, haussements de tons, mensonges qui trahissaient son alcoolisation. Tout en nous disant qu'elle voulait gérer seule, qu'elle maitrisait, qu'elle y arriverait. Bien évidemment ça n'a pas marché...
Voila donc un an et demi environ que nous subissons à nouveau les ravages de cette maladie. Donc comme avant, elle s'alcoolise seule régulièrement, nous ment, admet qu'elle est malade mais ne veut pas se faire aider. Le pire, elle est retournée voir son alcoologue et est à nouveau sous médicaments, mais elle continue de boire malgré tout !
Depuis deux mois, c'est de pire en pire. En janvier, elle a pris en entier la boite de calmants de mon père avec une bouteille d'eau de vie de poire ! Heureusement ce ne sont que des calmants pour aider à dormir et pas des vrais somnifères mais rien que le geste nous a tous choqués ! Mon père m'a appelé en pleurs, disant qu'il l'avait trouvé saoule en rentrant du travail, qu'elle était allée se coucher et qu'il n'arrivait plus à la réveiller ! Il a appelé les urgences et le centre anti-poisons, et ça s'est bien terminé (cette fois!).
Depuis mon père m'appelle au moins une fois par semaine (je vis à 200 km), il n'en peux plus, veut la quitter mais ne peut pas car il l'aime malgré tout. Elle lui fait du chantage affectif, et pire du chantage au suicide. Elle ne veut pas qu'il en parle à la famille, elle exige qu'il garde ça pour lui sinon elle menace de faire une bêtise mais lui n'en peut plus et c'est totalement compréhensible !
Du coup, personne n'ose plus lui parler, de peur qu'elle refasse tomber ça sur mon père qui est à la limite de craquer. Pour moi c'est une angoisse permanente, la boule au ventre et le stress dès que je vois "Papa" s'afficher sur mon téléphone portable. Elle refuse d'en parler avec moi, elle voudrait que je fasse comme si de rien n'était. Mais je ne peux pas, j'en peux plus de tout ça ! Je ne la reconnais plus, elle est devenue égoïste et méchante, c'est insupportable... Je n'ai plus du tout confiance en elle, et le pire c'est que j'ai envie de la secouer, et , désolée pour ceux que ça va choquer, mais de lui donner un bon coup de pied au c** comme on dit.
Que faire pour sortir de tout ça ? C'est la fin je le sens, si mon père craque et la laisse elle n'aura plus rien. Ses parents (mes grand-parents) sont âgés, moi je suis loin et mes frères sont trop jeunes. En plus, c'est très égoïste de ma part désolé, mais je ne voudrais pas d'elle chez moi... J'ai une petite fille de 2 ans, je ne supporterais pas de la voir se comporter comme elle le fait sous mon toit !
A l'aide s'il vous plait !
Merci à tout ceux qui ont eu le courage de lire mon pavé smiles
Et merci à ceux qui répondront ! cligner

Missmollie
Arrivant
Arrivant

Féminin 14/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère alcoolique, entourage à bout...

Message  SHALE le 14.03.13 13:28

Je te conseille avant toute chose de lire un peu les messages qui sont postés sur "entourage" et les réponses que nous avons données.
Comme tu le verras, nous précisons bien que l'alcoolique ne peut s'en sortir que si il le décide et pour le décider, il faut qu'il soit au fond du trou et qu'il se rende compte qu'il ne peut compter que sur lui pour s'en sortir.
Tant qu'il n'a pas atteint ce point de conscience, ça ne marchera pas.
C'est bien pour ça que nous préconisons "le détachement", tu trouveras un texte sur cette notion en haut de ce forum.
Je te laisse lire un peu tout ça et nous en reparlerons.. smiles

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère alcoolique, entourage à bout...

Message  Missmollie le 14.03.13 14:12

Merci de ta réponse !
Je lis des témoignages et des réponses depuis hier, je comprends tout ce que vous dites mais dur dur de l'appliquer... Je saisis bien cette notion de détachement mais en pratique, on fait comment ?
Je n'arrive pas à lâcher totalement, comment est-ce que je peux la laisser tomber au fond du trou ? J'ai trop peur que si elle tombe ce soit pour de bon. Trop peur qu'elle tente de mettre fin à ses jours et y arrive !
Et si c'est ce qui se passe alors que moi je me suis "détachée", comment ne pas me sentir coupable de l'avoir laissé tomber après ?

Missmollie
Arrivant
Arrivant

Féminin 14/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère alcoolique, entourage à bout...

Message  cristal le 14.03.13 15:42

tu n'as pas a porter la responsabilité de sa vie sur tes épaules,c'est bien trop lourd!!!
ton role n'est pas de faire son bonheur ou de la sauver,ton role en tant que fille est eventuellement de l'aider SI ELLE LE VEUT d'une part et a partir du moment où cela ne met pas en danger ta propre vie!!

le détachement n'est pas fait pour aider le malade alcoolique en premier role mais d'aider l'entourage qui subit une maladie qui n'est pas la sienne!!
ton père doit aussi appliquer le détachement pour ne pas sombrer avec ta mère,ça ne veut pas dire abandonner ou être indifférent,cela veut dire laisser le MA seul face a sa maladie pour qu'il comprenne que l'alcool va tout lui enlever

ce qui fait bouger un MA,c'est la peur de se retrouver seul face a l'alcool,tant que vous serez là près d'elle a lui faire croire que l'alcool ne lui fait pas trop de dégâts,alors elle continuera car elle sait qu'elle sera toujours entourée!!
alors que si tout le monde la lâche quand elle est en contact avec de l'alcool,alors elle verra que alcool est incompatible avec aide et soutien.
elle est comme une enfant là,tout le monde s'occupe d'elle parce qu'elle boit,toutes les attentions sont pour elle parce qu'elle boit.Un enfant battu cherchera les coups car pour lui,cela veut dire qu'on s'occupe de lui.Arrêtez de donner autant d'importance a l'alcool et alors elle changera d'attitude.

ce n'est pas facile du tout a mettre en pratique je te l'accorde mais il faut que vous compreniez tous que' plus vous vous occuperez d'elle,plus vous la sortirez des bourdes qu’elle fait sous alcool plus vous lui permettez de restez dedans.
la pire chose qui existe pour un MA c'est le face a face avec l'alcool,ne vous mettez plus entre elle et l'alcool pour qu'elle voit réellement l'horreur de ce poison.

il va falloir que tu expliques cela a ton père,en appliquant le détachement lui même,il permettra a toute la famille de l'appliquer aussi en ne vous appelant plus une fois par semaine.

tu as une vie a vivre et tes propres soucis,tu n'as pas a endosser les problèmes de tes parents
mais nous allons en reparler missmollie,n’hésite pas a vider ton cœur ici

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère alcoolique, entourage à bout...

Message  SHALE le 14.03.13 16:44

Que cette notion de détachement est difficile à entendre par l'entourage, pourtant nous savons par expérience que c'est la seule qui marche!!!! Crying or Very sad

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère alcoolique, entourage à bout...

Message  Invité le 14.03.13 23:58

Dans la plupart des cas, le malade alcoolique ne réagit que quand il as tout perdu. Alors le mieux à faire, c'est de le laisser seul face à son problème.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère alcoolique, entourage à bout...

Message  Missmollie le 15.03.13 14:38

Bonjour à tous,

Je comprends un peu mieux la notion de détachement grâce aux témoignages et à vos réponses, merci !
Ça va être un peu plus difficile à faire comprendre ça à mon père qui est constamment avec elle. Surtout que mes deux frères (13 et 19 ans) vivent toujours sous son toit, d'où la "nécessité" d'effacer les traces, même si ils sont conscients tous les deux de la situation. Mais je vais essayer, je vais imprimer le texte et le faire circuler à tout l'entourage, essayer de leur faire comprendre ce que je commence à peine à comprendre moi même.
Pour moi, c'est plus facile à appliquer, loin des yeux loin du cœur comme on dit. Je peux facilement même couper tout contact (mais ce n'est pas mon but je vous rassure). Mais pour mon père et mes frères ça va être plus difficile. Que faut-il faire ? Faut-il mettre en évidence les cadavres de bouteille de la veille pour que le matin à jeun elle se rende compte de ce qu'elle a consommé ? Faut-il l'ignorer quand elle tient son discours alcoolisé ? Faut-il la laisser s'enfuir lorsqu'elle fait une crise (la dernière fois mon père a dû la rattraper alors qu'elle voulait sortir par la fenêtre...) ? Faut-il lui laisser de l'argent pour qu'elle s'achète autant de bouteilles qu'elle veut ? Faut-il lui dire de ne plus se cacher et de boire devant nous quand elle le veut ? Faut-il au contraire s'en aller lorsqu'on voit qu'elle a bu ?

Ça fait beaucoup de questions je sais, mais si vous saviez combien j'en ai encore ! Je ne pense qu'à ça du matin au soir en ce moment... Enfin sauf ce matin où je suis allée boire un café avec des amies et leurs enfants, ça m'a fait un bien fou, ne pas y penser, ne pas en parler, regarder ma fille jouer avec les autres enfants... Une vraie bouffée d'air frais !

Je vois presque toute ma famille proche ce dimanche, je fais les 200 km aller-retour dans la journée pour une "réunion de crise". Ma fille reste ici avec son père car nous ne voulons pas la mêler à ça. Je vais essayer de parler à tous de la notion de détachement, mais ça promet d'être difficile !

Missmollie
Arrivant
Arrivant

Féminin 14/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère alcoolique, entourage à bout...

Message  SHALE le 15.03.13 17:29

Il faut lui dire que vous n'êtes pas dupes, que vous savez qu'elle boit, mais que dorénavant vous ne ferez rien contre ça car c'est à elle de gérer sa maladie.
Alors sortir les bouteilles vides que vous trouvez, pourquoi pas, les laisser en évidence mais ne pas faire de commentaires.
Quand elle tient des propos incohérents à cause de l'alcool, ne pas essayer de discuter, tourner les talons.
Si elle veut sortir alcoolisée, alors c'est à pied, vous cachez les clefs de la voiture, elle met les autres en danger sinon. Pour l'argent, si c'est le sien, elle le gère, mais lui en donner pour acheter à boire, non..
Ne plus vous focalisez sur son alcoolisme mais pensez à vous, vivre pour vous, faire des choses que vous ne faisiez plus, pris par sa maladie. Recommencez à sortir, à voir des amis sans elle si elle a bu, en fait quand elle est alcoolisée, vous l'ignorez et vous tenez compte de ce que vous avez envie de faire.
Vous pouvez tout de même lui parler de soins quand elle est sobre, mais en lui disant bien que c'est à elle de faire les démarches.Vous pouvez aussi laisser traîner des papiers que vous avez imprimés sur la maladie alcoolique, il y a beaucoup d'articles dans la base de donnée (partie du forum "tout ce qu'il faut savoir)...
Et puis n'hésite pas à poser tes questions, on essaiera toujours d'y répondre.... smiles

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère alcoolique, entourage à bout...

Message  cristal le 15.03.13 17:47

le principe du détachement c'est de faire une coupure nette entre elle alcoolisée et elle sans alcool.
il faut qu'elle comprenne que avec alcool = perte de son entourage et devoir faire face a l'alcool toute seule et sans alcool = écoute et soutien et entourage là.

qu'elle cache ses bouteilles,a la rigueur peu importe,c'est a elle qu'elle les cache,retrouver des cadavres de bouteilles ds des endroits inhabituels vont aussi lui faire une bonne piqure de rappel quant a son alcoolisme!!
le plus important,c'est de vous éloignez VOUS de l'alcool,vous devez faire un barrage pour ne plus en être touché.
si elle veut s'alcooliser ok mais ce sera sans vous.Plus de dialogue,plus d'interêt pour elle et plus de "maternage" surtout elle tombe,elle reste par terre,elle vomit,elle ramassera quand elle sera réveillée,il faut qu'elle soit en face des dégâts de l'alcool pour se rendre compte.

n'hesite pas a poser des questions,tu es au bon endroit pour avoir des réponses Very Happy

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère alcoolique, entourage à bout...

Message  Help me!!!!!! le 16.03.13 8:12

Bonjour,

Je vis la meme chose que vous et j'ai posté il y a peu à peu près le meme témoignage en gros bien sur smiles

Et on m'a dit pareil, il faut couper les ponts, donc demain je pense descendre chez ma soeur pour en discuter et après allait voir ma mère, oui lui dire par téléphone je n'avais pas trop envi, je veux la voir en face pour voir un peu si elle m'entends ou pas!!parce qu'au téléphone on dirait que je parle à personne Crying or Very sad

Je vous souhaite pleins de courage dans ces moments que nous allons traverser, et le plus dur va etre de résister, mais je pense que si on veut se protéger de cette destruction, c'est la seule solution!! Nous avons essayé tant de choses qui ont toutes échouées, c'est la dernière avant l'hospitalisation de force mais là j'ai du mal

baiser

Help me!!!!!!
Arrivant
Arrivant

Féminin 13/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère alcoolique, entourage à bout...

Message  Missmollie le 18.03.13 10:35

Je vous remercie pour vos réponses !
J'ai été absente ces derniers jours, et hier a été une grosse journée !
Je suis donc allée seule chez ma tante où nous nous sommes réunis pour parler de la situation. J'ai fait passer différents textes que j'ai trouvé sur ce forum et tous ont trouvé très intéressant et criant de vérité. Je crois que tout le monde a maintenant bien compris l'ampleur du problème.
La grosse surprise pour moi ça a été de voir débarquer ma mère... Je n'avais pas vraiment prévu de la voir !
Elle était à jeun, elle n'avait pas bu depuis 3 jours. Elle a commencé à voir un psy jeudi dernier et ça s'est pas trop mal passé même si elle ne pense pas que ce sera utile...
Nous avons abordé la question d'une éventuelle cure. A la base elle y était opposée car elle a eu une mauvaise expérience par le passé (dans le cadre d'un hopital psychiatrique, super glauque...) et elle ne veut pas revivre ça.
Nous lui avons parlé des adresses que j'ai rassemblé, de centres de cure exclusivement réservés aux malades de l'alcool, comme le calme par exemple. Elle a dit qu'elle allait y réfléchir mais a priori ça la tentait plus.
Elle consent à dire qu'elle n'y arrivera pas seule et commence à comprendre la nécessité d'un suivi dans la durée, que seuls les médicaments ne lui permettront pas de rester abstinente très longtemps.
Ça s'est bien passé, dans le calme, sans cris. Elle culpabilise beaucoup de nous faire souffrir et nous avons essayé de la rassurer en lui disant que nous comprenions que c'est la maladie qui nous fait souffrir et pas elle.
On lui a aussi dit qu'à partir de maintenant, personne ne fera "comme si de rien n'était" lorsqu'elle a bu. Je lui ai dit que lorsque je me rendrai compte qu'elle est alcoolisée, je n'accepterai plus d'être témoin passif. Je ne supporte plus de me mentir à moi même et je ne pense pas que ce soit l'aider d'ignorer son comportement. Donc dans ces cas là je partirai...
Elle m'a fait de la peine, disant que la seule chose qui la rende heureuse à l'heure actuelle c'est ma fille. Ça en rajoute une couche sur le fait que je ne suis pas assez présente, trop loin... Et ça me fait de la peine pour mes frères, notamment le plus jeune (13 ans), qui eux sont toujours là et ont besoin de leur maman !
Enfin, je ne sais pas si c'est bien de lui avoir parlé franchement, mais je crois que tout le monde s'en serait voulu si nous n'avions pas crevé l'abcès.

Missmollie
Arrivant
Arrivant

Féminin 14/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère alcoolique, entourage à bout...

Message  SHALE le 18.03.13 11:31

Il me semble que vous avez très bien réagi, au contraire. Ta mère va réfléchir à tout ça, la décision dépend d'elle et d'elle seule, mais je pense qu'elle y réfléchit sérieusement...
Tiens nous au courant... smiles coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Des nouvelles

Message  Missmollie le 28.04.13 22:52

Bonsoir à tous,
Je reviens après quelques semaines d'absence pendant lesquelles j'ai lu beaucoup de témoignages, en particulier sur ce forum.
Je vous avais laissé après avoir eu une discussion en famille avec ma mère, qui a apparemment porté ses fruits !
Il y a 10 jours, je suis allée passer quelques jours chez mes parents et ma mère m'a annoncé la grande nouvelle : elle part en cure ! Elle n'en peut plus de cette situation, elle veut se soigner, elle veut que ça cesse. Quel soulagement pour moi !
J'ai donc passé quelques jours avec ma fille chez elle, assez difficile je dois dire car comme elle avait accepté la maladie et le fait qu'elle allait partir en cure la semaine suivante, elle en a "profité" pour boire d'autant plus... Me disant que son corps ne pouvait pas s'en passer, qu'elle tremblait le matin, ne pouvait pas se concentrer sans avoir bu, etc. J'ai donc enduré quelques jours comme ça même si ça a été très dur de ne pas taper du point sur la table. Je me suis même emportée brusquement contre elle quand en arrivant le samedi matin (je dors avec ma fille chez ma grand mère, à quelques centaines de mètres de là) à 10h, elle sentait déjà fort l'alcool et ne se souvenait pas de ce qu'on avait prévu de faire avec mon père la veille au soir. Ça a été plus fort que moi, ça faisait 4 jours que je supportais son attitude, j'ai craqué... On s'est ensuite réconciliées mais comme d'habitude, j'ai l'impression d'être la seule à mettre de l'eau dans son vin (sans jeux de mots ;-))
Donc, elle est en sevrage dans une clinique depuis mardi dernier, et elle commence une cure ce mardi dans un établissement bien connu du sud de la France.
Elle est très angoissée car elle a peur d'être seule dans un nouvel environnement, sans contacts vers l'extérieur (pas de téléphone, ni internet, ni tv). J'essaie de la rassurer mais je n'ai pas l'impression que ça marche.
Depuis qu'elle est entrée à la clinique, elle m'envoie des messages plusieurs fois par jours, disant qu'on lui manque et qu'elle nous aime. Je l'ai au téléphone tous les jours, elle me dit qu'elle a du mal à dormir sans calmant, qu'elle pleure beaucoup, est très fatiguée... Un sevrage en clinique a l'air plutôt brutal, non ?
Ils lui ont fait des examens et elle a de grosses anomalies au niveau sanguin, quant au foie le médecin lui a dit qu'il était temps qu'elle arrête de boire car elle est très proche de la cirrhose, son foie est très gonflé du côté gauche... Elle refait une échographie demain, pour savoir exactement son problème, et si c'est "rattrapable", le foie se régénérant naturellement.
Donc voilà, j'aimerais peut être lui rendre visite dans le centre dans lequel elle rentre mardi, mais les visites ne sont possibles que le jeudi, j'ai peur que ça soit difficile pour moi. Elle me dit que ce n'est pas grave si je ne peux pas mais je sens bien que ça l'attriste... En plus je m'occupe à temps plein de ma fille de 2,5 ans et je ne suis pas sure qu'elle soit acceptée lors des visites. A celles et ceux qui sont allés dans ce genre de centre : les visites sont-elles autorisées pour les enfants en bas âge ? Vaut-il mieux y aller ou laisser le malade à sa cure sans l'interrompre ?
On est sur la bonne voie, même si je crains "l'après"... C'est fou, on est jamais pleinement satisfait de ce qu'on a en fait, non ?
Bonne soirée à vous tous et merci pour vos conseils qui m'ont bien aidé !

Missmollie
Arrivant
Arrivant

Féminin 14/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère alcoolique, entourage à bout...

Message  jacot le 28.04.13 23:16

Hello,
il est fréquent de constater un certain lâchage avant de partir en cure, en même temps un certain soulagement de savoir qu'on va s'occuper de nous, être pris en charge et le sentiment que puisque il y a des filets pour nous rattraper, plus besoin de se retenir.
Le sevrage est en général bien accompagné d'un traitement médicamenteux pendant une dizaine de jours mais des troubles du sommeil peuvent survenir avant qu'un cycle naturel se remette en place. L'adaptation à un nouveau lieu, une collectivité, peuvent être un peu déstabilisant en début de parcours ainsi que les questions qui surgissent quand une certaine lucidité est retrouvée .
Si l’établissement dont tu parles est le Calme, les choses sont bien prises en main et bien encadrées du côté psychologique, avec une équipe très respectueuse et attentive. Les appels téléphoniques y sont affichés sous forme de petits messages et il est tout à fait possible d'appeler à certains moments de la journée de l'établissement bien qu'il faille y être assez bref, du moins pendant la dizaine de jours où on ne peut pas sortir.
Pour les visites, ils avaient des enfants présents quand j'y étais et la possibilité de prendre le repas sur place.
La cure demande une grande concentration sur soi-même, après ,il faut peut-être aussi prendre un peu la température de l'instant pour savoir si cela est indiqué ou pas. Il n'y a pas vraiment règles générales sur le sujet si ce n'est peut-être que la cure appartient à celui ou celle qui la fait. coeurs
avatar
jacot
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Masculin 27/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère alcoolique, entourage à bout...

Message  SHALE le 28.04.13 23:24

Merci pour les nouvelles.
Ta mère doit entrer au Calme je pense, c'est un excellent centre de cure. Ta mère y entre pour se retrouver face à elle même, alors les visites, les coups de fil, internet et tout ce qui peut faire diversion à sa recherche de qui elle est , sont limités ou interdits.
Ta petite fille n'a rien à faire là bas, ce n'est vraiment pas le moment de l'y emmener, le jeudi se passant en réunion où ceux qui vont sortir le mardi suivant, parlent de leur ressenti pendant la cure et sont poussés dans leur retranchement par deux des psys de l'établissement, celui qui les suit et un autre qui joue le rôle du procureur, en quelque sorte. C'est une réunion très dure mais qui fait énormément avancer pour les cinq jours qui restent, parfois tout se règle pendant ces jours, après la réunion.
Mais c'est parfois vraiment éprouvant pour ceux qui y assistent.
Alors à mon avis ta mère va être prise en charge de manière très satisfaisante, par contre, je ne sais pas pourquoi elle a fait un sevrage avant, la première semaine au Calme consiste en un sevrage médicalisé....
Mais il faut la laisser le plus possible seule face à elle même et avec l'équipe soignante qui fait un travail exceptionnel!! smiles coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère alcoolique, entourage à bout...

Message  Missmollie le 28.04.13 23:43

Merci de vos réponses jacot et SHALE smiles
Elle entre en effet au centre calme de Cabris. Je ne savais pas si j'avais le droit de dire le nom exact c'est pour ça que j'ai imagé ;-)
Alors elle a fait un sevrage avant car sa date d'entrée la plus proche possible était le 30 avril (mardi donc) et elle n'en pouvait plus, ne voulait plus attendre pour agir. Donc, avec son alcoologue, elle a décidé de faire un sevrage une semaine avant.
C'est bien ce qu'il me semblait pour ma fille, je ne me vois pas trop l'emmener là bas. Peur de déranger et peur qu'elle ne soit pas à sa place... Je sais que ça lui ferais plaisir de la voir mais en même temps je trouve ça bien qu'elle soit "coupée" de nous (or téléphone ou courrier bien sur) pendant un temps et qu'elle se concentre sur elle même. J'ai peur que ça lui mette un coup au moral si elle la voit et qu'après on parte, etc.
Je suis encore un peu perdue à ce sujet mais bon on verra comment ça se passe. En plus, habitant Genève, ça fait un bon bout de chemin pour aller à Cabris (sans parler que je n'ai pas de voiture donc c'est train ou avion, ce qui veut dire longs temps de transport + frais + logement + location de voiture sur place), avec une petite de 2,5 ans je ne sais pas si c'est bien raisonnable... On verra !
Mon père l'emmène mardi matin, et ira la voir avec mes frères le jeudi 9 mai, plus facile pour lui car c'est férié (Ascension).
Oh et puis j'oubliais ! Ma grand-mère a vu notre médecin de famille dans la semaine qui lui a à moitié dit que le calme c'était "juste" une maison de repos, qu'elle ne se soignerait pas là bas, etc ! J'ai dû rassurer ma pauvre mamie et lui dire que oui c'est bien un centre de soins pour les malades de l'alcool, que oui sa maladie sera prise en charge, etc. Non mais quel C** ! Déjà que tout ce qu'il a fait depuis des années c'est shooter ma mère aux anti-depresseurs, maintenant il fait culpabiliser ma grand-mère parce que ma mère est passée par son alcoologue pour rentrer en cure ! Grrrr... Je ne veux pas les mettre tous dans le même panier, mais certains médecins devraient relire leur serment d'Hippocrate parfois...

Missmollie
Arrivant
Arrivant

Féminin 14/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère alcoolique, entourage à bout...

Message  SHALE le 28.04.13 23:47

Les Calmes comme le Shale d'ailleurs qui fait la même cure exactement, sont considérés comme des centres de pointe et crois moi que ce n'est pas une maison de repos, loin de là!! On y travaille sur soi et sur les causes de notre alcoolisme et c'est même souvent très dur....Ceux qui tiennent les quatre semaines ont toutes les chances de s'en sortir car tout est fait pour ça.
Alors ton toubib, il ferait bien de se renseigner avant de sortir de telles énormités... smiles coeurs coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère alcoolique, entourage à bout...

Message  Missmollie le 28.04.13 23:54

C'est un "vieux" médecin de famille, et ma grand-mère l'écoute aveuglément depuis des années... Du coup la pauvre elle était toute paniquée...
Je lui ai dit que ce centre était très réputé, que la méthode est largement éprouvée, j'espère que ça la rassure. Elle est très angoissée et peinée, ma mère est sa fille unique et mon grand-père se "cache" un peu, il ne veut pas accepter la maladie de ma mère. On a toujours été très très proches du coup elle se confie facilement à moi et ce *+**%&&ç* de médecin qui lui dit n'importe quoi... Tout ça parce que lui voulait lui faire faire une thérapie AVANT la cure, selon lui sans ça cela ne marchera pas, etc. Ce qui me tue c'est qu'il suit ma mère depuis toujours, et ça fait une 15aine d'années qu'elle a besoin d'un suivi psy mais lui réagit seulement maintenant...
Mais je suis contente qu'elle aille au Calme, je n'en ai entendu que du bien !

Missmollie
Arrivant
Arrivant

Féminin 14/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère alcoolique, entourage à bout...

Message  SHALE le 29.04.13 0:41

L'avantage d'un centre de cure comme les Calmes c'est que la maladie alcoolique est traitée dans sa globalité, autant sur le plan médical que social et psychologique. Tout est fait pour que cette maladie multifactorielle soit vraiment prise en charge totalement. Pour ma part, je suis passée par le Shale, qui comme je l'ai dit fonctionne exactement comme les Calmes et ça fait quinze ans que je suis abstinente, je dirais même qu'ils m'ont sauvé la vie car quand j'y suis entrée j'étais moi aussi au bord de la cirrhose, c'était même un miracle que je ne l'avais pas encore.
Alors garde espoir, ta mère sera prise en charge par des professionnels extrêmement bien formés à l'alcoologie et à la prise en charge du malade alcoolique.
Mais je te le redis, ce n'est pas la place de ta petite fille, tout d'abord le jeudi la réunion commence à 14h30 pour se finir vers 18h, il y a très peu de temps pour voir le malade et pas en individuel dans un lieu à part, il y a les autres curistes qui sont un peu partout. Donc ta mère aura peu de temps pour la voir, ce ne pourra être qu'une frustration pour elle quand elle partira car elle n'aura pas pu en profiter et ça lui rappellera la vie à l'extérieur et là, c'est sa vie à elle qu'elle est en train de mettre en place.
Mais bon, c'est aussi toi qui fait ce que tu veux, bien sûr!!! smiles coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mère alcoolique, entourage à bout...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum