Navigation










Forum















Qui est en ligne ?
Il y a en tout 24 utilisateurs en ligne :: 4 Enregistrés, 0 Invisible et 20 Invités :: 1 Moteur de recherche

chanou, mamou, ninipoci, SHALE

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 265 le 11.06.12 17:08

L'art-thérapie dans mon CCAA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  lolo6 le 29.01.13 22:25

Bonjour,
Je vous fais part de cette aide que, pour ma part j’ai trouvée en CCAA: L’art-thérapie. smiles

Les séances durent 1h ou 1h30, une seule personne par séance.
Dans mon centre, deux activités sont proposées : écriture et peinture.

Le principe de l’art-thérapie, du moins telle que ma thérapeute la pratique, est de travailler sur un support réalisé
par le patient.
La définition donnée sur Wiki ne correspond pas à mon expérience,
mais d’après ce que ma thérapeute m’a dit il y a plusieurs manières
de pratiquer.

Le but de la production n’est pas de réaliser « une œuvre »,
(ce n’est pas un atelier créatif), mais d’obtenir un support sensible et personnel
afin de cibler certains points qui s’en dégagent et de les approfondir.

L’intérêt n’est pas non plus d’écrire un beau texte bien articulé, ni de figurer en dessin quelque chose de précis ou joli, mais « sortir » les choses autrement que sur un mode « question-réponses », de façon surtout spontanée.
(Mais si on a envie de faire du précis ou joli, on peut !)

Il est conseillé est de choisir le domaine que l’on maîtrise le moins.
(en gros un écrivain ou prof de français pourra plus facilement s’autoriser
des choses en peinture, alors qu’un graphiste ou prof de peinture aura
plus de libertés dans l’écriture).

Pour l’écriture, la séance se déroule comme çà :

L’art-T me donne une enveloppe, avec des mots (une vingtaine maxi) sur papiers découpés dedans.
Je lis ces mots, qu’elle écrit au tableau les uns sous les autres.
Ensuite je dois lire cette liste de haut en bas, puis de bas en haut.

Elle me demande ce que çà m’évoque, et je lui dis en gros ce à quoi çà me fait penser tout de suite.
(ou parfois rien du tout, ou aussi si c'est gai, triste, niais, joyeux, "téléphoné"...)

Ensuite elle va s’asseoir plus loin, et j’écris à partir de ces mots.
Il n’y a aucune règle de rédaction. Çà peut être un récit, des bouts de phrases, des associations de mots, bref tout ce que çà nous inspire.

Quand j’ai fini je lui dis, elle revient et je lui lis le texte. Selon les fois
elle me le relit, puis me demande de parler de ce que j’ai écrit.

On parle jusqu’à la fin de la séance, et en général il y a très vite
une notion qui se dégage et qu’on creuse, ou une association,
un mot plutôt qu’un autre, sur lequel on discute.

En général elle le relit une dernière fois, souvent sur un autre ton.

Juste avant la fin elle me demande de donner un titre, puis de choisir dans les mots qu’elle m’a distribué un que je laisse et un que j’emporte,
Et je dois dire pourquoi (la réponse peut être une explication mais aussi
Juste « je n’aime pas ce mot »).

La fois suivante, ce sont d’autres mots. C’est elle qui choisit en fonction
de la séance précédente.

Il y a certaines séances où je n’écris pas, quand vraiment j’ai des
choses à raconter, ou que je n’ai aucune envie d’écrire. Parfois je fais
aussi quelques schémas pour illustrer une partie.

Elle garde les textes, et me dit qu'elle les détruit.(invérifiable, mais çà
m'arrange bien de la croire smiles )


Pour moi c’est très bénéfique, j’y vois plusieurs points très positifs
par rapport à une psychothérapeute classique:

- elle est formée pour faire le lien entre tout ce qu’on réussit à faire sortir et le rapport aux consommations,
et bien "gratter" dans ce sens…

- ce dialogue est basé sur un support produit par nous-mêmes, ce qui évite de se triturer la cervelle pour savoir par où commencer.

- çà évite aussi de trop "tourner autour du pot", autour de la petite partie de notre nombril que notre cerveau veut bien décortiquer. Pour l’écriture
par exemple, elle peut pointer un mot ou une tournure de phrase qu’on
aurait bien évité d’analyser par oral, ou qu’on aurait contournée en noyant le poisson.

- on dévoile par ce qu'on produit des choses qui ne nous étaient jamais venues à l'esprit, mais que la thérapeute localise tout de suite.

Elle travaille en parallèle avec l’alcoologue, ce qui évite aussi d’expliquer
à l’une ou à l’autre où on en est.


Voilà donc pour la description, pour les éloges de comparaison avec tout ce que j’ai pu tester avant, ce sera pour une autre fois ! Very Happy

J’ai commencé ces séances environ 3 mois avant d’entrer en cure, et
Je continue à raison d’1h par semaine. Çà fait donc 14 mois, durée
« record »pour moi qui n'ai jamais su jouer le jeu des psychothérapies habituelles. petits coeurs

avatar
lolo6
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 24/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

L'Art-Thérapie

Message  Luciole le 29.01.13 23:38

Merci Lolo6 pour ces explications très, très claires!
Ça a l'air original et intéressant comme démarche. Hélas je pense qu'il ne doit pas y avoir des art-thérapeutes partout ? ou uniquement dans les grandes villes? Est-ce une discipline qui est répandue? Dans quelle rubrique doit-on chercher : médecins, psy, thérapeutes ou................ ? ça m’intéresserait en effet beaucoup!
et, puisque j'y suis: qu'est-ce qu'un CCAA?
Je suis preneuse pour d'autres explications si tu en as.
Merci encore!
avatar
Luciole
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 26/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  mamou le 04.06.13 22:55

Merci pour les infos lolo.
petits coeurs

_________________
Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous  petits coeurs
avatar
mamou
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 25/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  so le 10.06.13 9:30

je me suis intéressé aussi à l'art thérapie. Tu as la chance dans avoir accès au centre.
J'ai fait des dessins aux pastels secs mais toute seule. En me vidant l'esprit et en pensant à l'abstinence.
J'ai choisit instinctivement les couleurs et j'ai laissé ma main s'exprimer sans réfléchir.
ça a donné ça :


Un autre ou j'ai pensé, je cible un besoin personnel avec seulement 4, 5 couleurs choisis!


Le premier est très expressif par contre le deuxième, j'ai moins trouvé d'explication.
C'est du dessin intuitif en fait, ce n'est pas obligé de trouver un sens car cela permet de faire sortir ces émotions et de reprendre confiance en soi. On peut tourner le dessin dans tous les sens pour trouver une explication.
Si tu as d'autres informations, cela m’intéresse grandement.


avatar
so
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 08/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  lolo6 le 18.06.13 5:57

Coucou So,smiles
Eh ben dis donc, pour du « dessin intuitif », c’est très élaboré !
Déjà techniquement, tu maîtrises bien l’outil, les gammes différentes, la touche…
 
Par contre, je ne sais pas si c’est volontaire mais c’est le même dessin dans les deux !
Travaillé et détaillé différemment, mais le mêmes schémas de construction.
 
>>>Le premier a l’air plus abouti, et il l’est techniquement (couleurs plus travaillées,
Contrastes plus soutenus) mais tu t’es arrêtée « à un moment » que tu as creusé on dirait. 
Avec une fausse symétrie, un côté à gauche plus agressif, contrarié, complexe, que vient calmer son pendant, 
plus souple mais aussi plus « obtu » (courbes fermées et cernées). Il « veut »DIRE quelque chose.
 
>>>Le deuxième est plus impulsif, plus rapide et les deux parties ne sont presque pas séparées,
 comme si les deux (présentes dans le premier) arrivaient à se mélanger dans la couleur et la rapidité.
La gamme est plus vive, çà respire, et surtout celui-là a une base (en bas), alors que sur l’autre, 
il y a des « pousses » qui viennent plus en attaque vers le centre, en rouge en plus, comme une blessure.
 
Sinon,  dans les deux, on peut voir un mélange de visages (yeux, bouches), et aussi d’animaux : 
dans le premier moi je vois des oiseaux , et dans le deuxième, un mammifère
(oreilles et museau roses en haut  à gauche, croupe verte cernée de bleu plus à droite) 
mais çà, c’est complètement subjectif!
 
En tout cas, tu dis qu’on peut y voir plein d’explications. Je trouve qu’on peut y voir plein de formes 
qu’on peut identifier, connoter selon ses références perso’, et surtout ressentir un peu de ton état 
d’esprit quand tu les a faits. Après, expliquer…
 
Les explications, c’est toi seule qui peut décider s’il y a lieu d’en avoir, 
ou si oui ce qu’elles sont pour toi.
Tu veux peut-être plutôt parler d’expression de sentiments, de sensations, 
ou d’intentions d’en faire ressentir une plus particulièrement ?
 
Moi, je te dis ce que j’y vois à froid, sur un écran. Et on se connaît à peine en plus. 
Les productions graphiques, çà se discute mieux en direct, tu as déjà eu l’occasion de le faire ?
En tout cas, tu as un excellent support de communication pour engager le dialogue, ne t’en prive pas !

Par contre, là ce n’est pas une info mais un vrai conseil: quand tu montres quelque chose que tu as fait,
il FAUT que tu le sentes (ou qu'il soit devenu) vraiment extérieur à toi-même.
Surtout sur le Net (désolée !). Un dessin, quelque part c’est une partie de toi-même. 
Là, tu en fais pour te libérer de l’alcool, pour te lâcher, pour t’exprimer. 
OK. Çà, c’est une belle corde en plus à ton arc.super
Mais à partir du moment où tu montres, il faut que tu aies déjà mis une distance entre toi 
et ce que tu (en) as produit.
Ce n’est pas de l’illustration que tu fais, ce n’est pas que de la technique que tu montres, 
c’est beaucoup plus. Moi là, je te fais un commentaire assez superficiel et relativement formel…
Bon, ici çà va hein ! Mais c’est public, donc ouvert, mine de rien.

En tout cas merci pour avoir montré ce que tu fais, moi j’aime beaucoup !
Pour la deuxième partie concernant l’art-thérapie : la suite de la méthode de mon centre, ce sera plus tard ! 
Bons pastels (secs !) et encore... bravo
Et pour les suivants, tu devrais t’ouvrir un fil dans « artistes », 
çà permettrait d’avoir tout en suivi, un repère de plus quoi !petits coeurs
avatar
lolo6
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 24/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  so le 18.06.13 11:38

Tout d'abord merci lolo d'avoir pris le temps de regarder ces dessins, dit donc tu es matinal!smiles

Le premier a l’air plus abouti, et il l’est techniquement (couleurs plus travaillées, Contrastes plus soutenus) mais tu t’es arrêtée « à un moment » que tu as creusé on dirait. Avec une fausse symétrie, un côté à gauche plus agressif, contrarié, complexe, que vient calmer son pendant, plus souple mais aussi plus « obtus » (courbes fermées et cernées). Il « veut »DIRE quelque chose. a écrit:Pour le premier, je suis partie sur la palette complète de couleur instinctivement sans réfléchir. Le sujet étant l'abstinence. Je n'ai élaboré aucune technique. Devant ma feuille blanche, l'esprit vide, je me suis mise à laisser aller ma main tracer les lignes. Ensuite, j'ai rempli les couleurs ou je le sentais et ressentais qu'il fallait les mettre. Comme tu dit, j'ai peut être creusé un peu plus et pourtant je l'ai fais en 30 min. Bien vu pour la symétrie, on voit bien un côté agressif et l'autre plus droit. Peut être le penchant signifiant le côté sombre, l'alcool et l'autre côté l'abstinence.

Le deuxième est plus impulsif, plus rapide et les deux parties ne sont presque pas séparées, comme si les deux (présentes dans le premier) arrivaient à se mélanger dans la couleur et la rapidité. La gamme est plus vive, çà respire, et surtout celui-là a une base (en bas), alors que sur l’autre, il y a des « pousses » qui viennent plus en attaque vers le centre, en rouge en plus, comme une blessure. a écrit:pourtant, j'ai eu la sensation d'avoir plus de mal pour le deuxième qui était cibler un besoin personnel. J'ai eu des vides ou je n'arrivais pas à me laisser aller, j'ai mis plus de temps pour celui ci. j'ai choisit que 4 ou 5 couleurs a utiliser pour ce dessin. le ressentit de celui ci reste confus. Il ne m'a pas beaucoup parlé.

Je suis d'accord avec toi mélange d'oiseaux et de visages.

Tu veux peut-être plutôt parler d’expression de sentiments, de sensations, ou d’intentions d’en faire ressentir une plus particulièrement ? a écrit:pendant que je dessine, je pense à mon sujet . une phrase que je me répète. Comme par exemple : je cible un besoin personnel pour le deuxième.

je n'ai pas eu l'occasion de faire de l'art thérapie mais je trouve cela très intéressant. C'est payant donc bon...
Je le fais à la maison, cela me fait du bien mais j’aimerai avoir quelques repères quand même!
j'ai ouvert déjà un fil dans artiste car je fais aussi d'autres dessins.
merci pour les conseils. J'ai mis justement un autre dessin intuitif dans artiste ou cette fois c'est : comment je ressens mon angoisse!

voilou lolo!
j'ai hâte que tu nous en dise plus pour l'écriture.
so

coeurs
avatar
so
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 08/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Art-Thérapie: stade 2

Message  lolo6 le 18.06.13 14:07

Bonjour So,
Je vais aller dans "artistes" pour discuter de tout çà! 


Pour continuer sur les méthodes en art-thérapie 
eh bien çà peut aller plus loin que de la psychologie type « on éclaircit » ou « on débroussaille », 
on pose et on rationalise. Déjà, çà c’est assez poussé quand on s’y colle…
 
A un moment, avec la mienne on a buté sérieusement sur un point. 

J’avais l’impression qu’elle ne savait plus quoi me donner « à mouliner », 
et moi je lui disais que tout devenait prévisible (dans les choix des mots qu’elle me fournissait comme base), 
que çà me ramenait sur des terrains complètement stériles que j’avais déjà explorés avant,
 bref que çà plafonnait, que je m’ennuyais et que la limite était sans doute atteinte, 
qu’après tout "mon truc qui coince" relevait sans doute de la psychanalyse,
mais que c’était trop long et que çà me fatiguait d’avance et bla-bla etc.
 
Je lui ai demandé si « plus loin, vraiment vers le vrai fond et à fond » 
elle pouvait m’accompagner dans le sens où là, moi je devrais lui faire confiance et elle ne pas me lâcher.
Un gros pari autant qu’un engagement mais bon… quand la confiance est présente, on peut.pointe des pieds
 
Et là, fonctionnement plus « souple » : moins écrire ou plus vite, plus parler, 
raconter des histoires, avec beaucoup de comparaisons d’images, de « clichés » 
(froid comme ci ou ça, noir ou jaune comme…), mais avec de temps en temps des questions butoirs : 
pourquoi cet adjectif associé à ce mot là ? çà ne vous dit rien çà, vous l’avez déjà dit, vous pouvez me le redire ? 
Pour quelle autre circonstance différente pourriez-vous employer les mêmes termes ?
Si vous avez dit çà, vous l'avez même écrit!
 
Bref : écrit, récits, associations, reformulation, réminiscences, vues à l’époque, 
comment on me les a racontées, comment je les vois là maintenant tout de suite, 
dans la seconde, et dans ma vie actuelle en général.

 
En gros elle me laisse parler de ce que j’ai écrit, qui reste la priorité 
(sauf quand « il y a urgence » sur un événement précis), le développer sur un point, 
et quand je suis vraiment bien « partie dedans » elle coupe avec une question qui déclenche 
un genre de réponse automatique, « dans la foulée » et là…

 
On parle plus vite que  ce qu’on a eu le temps de prévoir.
…çà sort, bingo !. De quoi tout revoir autrement, mais sans avoir eu le temps de tout bousiller en rationalisant d’avance. « Du pur…» en quelque sorte.
Çà, c’est le principe de nombreuses thérapies, mais là, le fait de partir d’un support figé, 
stabilité d’un instant, l’écrit, permet de voir à tout moment d’où on a décollé.
(et décollé est bien le mot!)
 
Bon, j'ai l'air de dire que çà marche en parlant un maximum et très vite. Non.
Parfois c’est lent aussi. Ce qui fait « la purge », c’est le décalage entre l’écrit, ce qu’on en dit, 
et la réponse à la question posée.
Plus çà avance, et plus les questions ramènent loin dans le temps à des moments super précis.
 
En fait, c’est un stade différent. Moins « scolaire »… mais avec le « protocole » du support écrit 
à fournir, de toute façon. Même pour les séances entièrement parlées, il faut trouver un titre à la fin.
Même si c’est une trace qui sera détruite, c’est différent de chez un psy’ de chez lequel on peut partir un peu déboussolé parfois, sans avoir pris conscience de ce qui s’est vraiment passé.
Concrètement là, on a l'impression d'avoir laissé quelque chose.
Et de repartir avec du vraiment transformé, un changement de sens....
Very Happy
avatar
lolo6
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 24/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  so le 21.06.13 18:40

ça ma l'air super intéressant avec l'écriture et apparemment, tu arrives à faire sortir ce qui ne vas pas. 
Il doit y avoir beaucoup plus de questionnement et de réponses que par le dessin .
avatar
so
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 08/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Art-thérapie: un des stades suivants

Message  lolo6 le 06.05.14 21:37

Bonjour,
Au bout de 2,5 ans, je confirme que cette démarche est tout à fait positive et
porte ses fruits.
Les séances se poursuivent à raison de deux fois par semaine (la chance: CAA en bas de
chez moi). Petit à petit, çà s'est éloigné des communications que je peux partager avec
même des intimes.
Je ne peux même pas dire que "c'est entre moi et moi", puisque cette fois j'ai en face
et avec moi une vraie personne qui ne rate rien, qui se souvient de tout et qui est …
tout à fait ce qui me permet d'aller trouver non plus ce qui ne va pas, mais ce qui n'a pas été.

Toujours de l'écriture, mais pas systématiquement. Quelques schémas pour expliciter
quelques métaphores si alambiquées qu'un croquis, çà aide.  smiles 
Et toujours: un titre avant de partir. C'est souvent très difficile à trouver, mais c'est
toujours porteur de la suite ou une façon d'avoir posé une valise qu'on n'a plus à porter.

Dans ce centre, il y a aussi une psychologue "classique". Cela n'avait servi à rien pour moi.
Je continue aussi à voir l'addictologue, qui est très vigilante concernant les transferts
d'addiction (tabac, médicaments, sexe, jeux, virtuel, sport, çà dépend des gens).
Ce sont les seules personnes que je vois encore aujourd'hui suite à la désintox' du produit,
et on ne parle plus d'alcool d'ailleurs, plutôt de "là où j'en étais arrivée".

C'est passionnant, et je suis contente d'avoir "trouvé" cette façon de rendre les
choses claires pour moi. Le temps joue beaucoup, le cerveau humain générant quelques
décalages à accepter entre ce que l'on perçoit, comment on le ressent/comprend
et comment on peut s'en servir au mieux.
Bon, vous l'aurez compris, je vais opter pour une carrière de jonglage   Very Happy   petits coeurs

ET si on vous le propose dans votre centre ou ailleurs, vous pouvez tenter.
Ce n'est pas un truc atisticobidon de plus, c'est très construit et très profond comme investigation.
En prime, on peut y trouve nos solutions. Et en profiter!  smiles 
avatar
lolo6
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 24/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  SHALE le 06.05.14 21:50

Je partage et suis très bien tout ton post, sauf le jonglage, je ne vois pas trop ce que ça vient faire ni ce que tu vas en faire... confused  confused

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  cristal le 06.05.14 22:35

je pense que chacun doit trouver le soin qui lui correspond parfaitement ,plus le MA appréciera cette façon de faire et plus il va s'y investir et plus le soin sera efficace. on le sent d'ailleurs dans la façon dont les membres en parlent: mamou et son equithérapie,lolo et son arthérapie,shale et son ... shale ,pascal1 et le MAB...Very Happy et plus on se sent bien dans ces aides et plus le hors alcool est solide et durable car on va très loin au fond de soi et on arrive a dévoiler ce qui est le plus profond   Very Happy  coeurs

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  lolo6 le 17.05.14 14:58

SHALE a écrit:Je partage et suis très bien tout ton post, sauf le jonglage:
C'est une façon de dire que cette méthode thérapeutique me permet de mettre
en lumière (visibles) des tas de choses que je ne vais plus perdre de vue, mais
qui ne sont plus pesantes.
"Jonglage", c'est un peu comme: s'en occuper à chaque fois assez pour qu'elles
ne pèsent plus.  smiles
avatar
lolo6
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 24/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  SHALE le 17.05.14 17:39

OK, Lolo je comprends mieux ce que tu veux dire, mais je n'y aurais pas pensé, pourtant c'est très vrai!!! smiles

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  lolo6 le 21.09.15 0:14

Bonjour, je n'ai pas retrouvé ce fil facilement, et n'en n'ai vu aucun concernant ce type
de thérapie sur la durée.
cristal a écrit:je pense que chacun doit trouver le soin qui lui correspond parfaitement ,plus le MA appréciera cette façon de faire et plus il va s'y investir et plus le soin sera efficace. on le sent d'ailleurs dans la façon dont les membres en parlent: mamou et son equithérapie,lolo et son arthérapie,shale et son ... shale ,pascal1 et le MAB...
çà fonctionne bien, et il y a du monde en salle d'attente d'ailleurs. Comme je n'ai rien lu
ici, et que je réalise aussi à quel point je n'ai pas raconté grand chose de tout çà non plus,
je crois pouvoir dire en conclusion que cette thérapie là fait se concentrer sur soi à bloc.

J'avais commencé en novembre 2011, et arrive à un point où s'ouvre un autre horizon,
qui pourrait me faire froid dans le dos puisqu'il s'agit de réaborder un sujet très largement
et très longuement laissé de côté depuis plus de 30 ans.

J'ai arrêté de boire parce que çà devenait mortel à court terme.
Ces années d'Art-T ont permis d'éloigner l'alcool pour reconstituer le puzzle,
de remettre les pièces en place,
et même d'en enlever une qui ne faisait pas partie du jeu.

On entreprend un soin actif à la hauteur du danger qu'on a conscience de devoir éviter.
Pour une question de vie ou de mort rapide, on met le paquet et on ne lâche pas.
Pour l'alcool, çà a fonctionné. Même si je ne m'en sors pas avec le reste, plutôt
crever que de connaître l'alcool à nouveau.

à la fin, devant un si vaste puzzle tellement bien remis en place, je suis bien obligée
de faire attention et de me pencher sur une toute petite pièce qui avait toujours été
moins importante que les autres, ou pas vue, ou tellement effacée qu'elle était difficile
à intégrer dans une vue d'ensemble.

L'art-thérapie, çà commence un peu comme une "activité" (une de plus dans celles
qu'on peut se trouver ou s'imposer après un arrêt d'alcool),
puis çà devient un soin,
et au final çà ouvre une porte vers soi: son soi qui peut devenir entier pour ne plus
jamais vivre un manque (qui fait que ce qui est nécessaire est tout le temps à chercher
en dehors de soi).
Ce qui me plait là dedans, c'est que çà se fait concrètement avec des mots,
qui ne sont jamais les mêmes mais qu'on finit par utiliser à bon escient. petits coeurs
avatar
lolo6
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 24/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  SHALE le 21.09.15 11:41

Il me semble que c'est une solution très intéressante à utiliser pour s'en sortir, je ne sais pas bien comment ça se passe. Tu pourrais décrire une séance type, même si elles sont différentes selon les patients, j'ai bien compris, mais il doit y avoir un rituel tout de même qui ne bouge pas tant que ça.. Si c'est possible, j'aimerais bien savoir comment ça se passe... smiles coeurs coeurs

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  lolo6 le 22.09.15 20:16

En fait, les séances n'ont pas changé, c'est toujours ce déroulement-ci:
lolo6 a écrit:
Les séances durent 1h ou 1h30, une seule personne par séance.
Dans mon centre, deux activités sont proposées : écriture et peinture.

Le principe de l’art-thérapie, du moins telle que ma thérapeute la pratique, est de travailler sur un support réalisé
par le patient.
La définition donnée sur Wiki ne correspond pas à mon expérience,
mais d’après ce que ma thérapeute m’a dit il y a plusieurs manières
de pratiquer.

Le but de la production n’est pas de réaliser « une œuvre »,
(ce n’est pas un atelier créatif), mais d’obtenir un support sensible et personnel
afin de cibler certains points qui s’en dégagent et de les approfondir.

L’intérêt n’est pas non plus d’écrire un beau texte bien articulé, ni de figurer en dessin quelque chose de précis ou joli, mais « sortir » les choses autrement que sur un mode « question-réponses », de façon surtout spontanée.
(Mais si on a envie de faire du précis ou joli, on peut !)

Il est conseillé est de choisir le domaine que l’on maîtrise le moins.
(en gros un écrivain ou prof de français pourra plus facilement s’autoriser
des choses en peinture, alors qu’un graphiste ou prof de peinture aura
plus de libertés dans l’écriture).

Pour l’écriture, la séance se déroule comme çà :

L’art-T me donne une enveloppe, avec des mots (une vingtaine maxi) sur papiers découpés dedans.
Je lis ces mots, qu’elle écrit au tableau les uns sous les autres.
Ensuite je dois lire cette liste de haut en bas, puis de bas en haut.

Elle me demande ce que çà m’évoque, et je lui dis en gros ce à quoi çà me fait penser tout de suite.
(ou parfois rien du tout, ou aussi si c'est gai, triste, niais, joyeux, "téléphoné"...)

Ensuite elle va s’asseoir plus loin, et j’écris à partir de ces mots.
Il n’y a aucune règle de rédaction. Çà peut être un récit, des bouts de phrases, des associations de mots, bref tout ce que çà nous inspire.

Quand j’ai fini je lui dis, elle revient et je lui lis le texte. Selon les fois
elle me le relit, puis me demande de parler de ce que j’ai écrit.

On parle jusqu’à la fin de la séance, et en général il y a très vite
une notion qui se dégage et qu’on creuse, ou une association,
un mot plutôt qu’un autre, sur lequel on discute.

En général elle le relit une dernière fois, souvent sur un autre ton.

Juste avant la fin elle me demande de donner un titre, puis de choisir dans les mots qu’elle m’a distribué un que je laisse et un que j’emporte,
Et je dois dire pourquoi (la réponse peut être une explication mais aussi
Juste « je n’aime pas ce mot »).

La fois suivante, ce sont d’autres mots. C’est elle qui choisit en fonction
de la séance précédente.

Il y a certaines séances où je n’écris pas, quand vraiment j’ai des
choses à raconter, ou que je n’ai aucune envie d’écrire. Parfois je fais
aussi quelques schémas pour illustrer une partie.

Elle garde les textes, et me dit qu'elle les détruit.(invérifiable, mais çà
m'arrange bien de la croire  smiles )
Dans ce centre, il y a une art-thérapeute et une psychologue, on a le choix.  petits coeurs
avatar
lolo6
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 24/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  SHALE le 22.09.15 21:23

Sa façon de travailler me semble particulièrement intéressante..Le support du dessin ou de l'écrit est un soutien important pour aider le malade à s'exprimer...En tout cas, c'est vraiment bien. Elle fait partie d'une association, d'une école ou elle est en individuelle ???

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  lolo6 le 23.09.15 22:45

Elle travaille certains jours de la semaine au centre d'adictologie, et le
reste en séances extérieures, dans le privé.
Tu voudrais savoir si sa méthode est particulière à elle ou est le résultat
d'une formation qui regrouperait d'autres art-T?
avatar
lolo6
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 24/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  SHALE le 23.09.15 22:53

Oui, j'aimerais savoir quelle formation elle a suivi pour pouvoir être art thérapeute..... smiles

_________________
Demain sera un autre jour...
avatar
SHALE
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  lolo6 le 24.09.15 23:47

Là Shale, je ne peux pas encore te répondre. Il faudrait que je revoie la présentation
dans la fiche de présentation des personnels du centre.





avatar
lolo6
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 24/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  lolo6 le 03.06.17 23:54

Bonjour,
Cela fait un moment que je me disais "tiens, au cas où quelqu'un 
tenterait l'aventure, il faudrait dire où on arrive, avec cette art-thérapie".

Ou aller regarder sur le fil pour savoir comment çà se passe pour
d'autres, si quelqu'un avait écrit aussi. 

Je continue, je réalise que j'ai commencé en 2011 un travailsur tout ce qui
n'allait plus, et qu'au bout de tout çà c'est sur ma façon de m'adapter
au monde extérieur et de bien le vivre que je réfléchis maintenant, 
toujours avec l'aide de l'art-thérapeute qui est précieuse.

J'avais pris "écriture", et puis à la fin, du moins deux fois cette
année, c'est le dessin, quasi de la BD, qui est arrivé. Pas du tout le
genre de BD qui serait à montrer, plutôt une mise en forme non verbale
de choses graves.

Avec ces 2 séquences dessinées/verbalisée des soirs/nuits qui ont suivi des séances
de thérapie, je suis arrivée à mettre des mots et des images compréhensibles
sur des situations qui ont eu lieu à un âge où je n'avais pas les
mots pour même les penser, donc petit..

J'ai compris du coup à quoi çà sert vraiment, l'art-T. 
à oser utiliser un langage qu'on apprend à créer au fur 
et à mesure, avec une aide qui nous permet de nous dire
que çà a un sens, et qu'on a raison d'oser se croire, écouter
ce qui remonte en dernier.

çà apprend à être autonome pour s'exprimer seul, entre soi
et soi. On sait le faire, mais en général il n'en reste rien, alors
que là si, c'est sur papier, et qu'on n'a pas envie de le jeter
finalement.

Pour moi dont le dessin est le boulot, et en pro et en détente,
çà m'a permis aussi de comprendre pourquoi c'est vital, et à quel
point c'est autant une soupape qu'une réalisation personnelle.

Quand je buvais je  ne dessinais jamais, encore une preuve
que l'alcool est vraiment un couvercle.

Voilà, je souhaite à ceux qui sont encore la tête dans le guidon
de trouver ce qui leur conviendra. C'est long, parfois on fatigue,
mais la hauteur est au rendez-vous  petits coeurs
avatar
lolo6
Super Tchatcheur
Super Tchatcheur

Féminin 24/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  cristal le 04.06.17 9:15

C'est vraiment très intéressant lolo merci de nous expliquer tout ça et notamment le fait qu'il faut du temps pour apprivoiser ce mode d'expression et réussir à l'utiliser.je suis sure que beaucoup vont être intéressé par cette thérapie plus"artistique"et peut être ludique que les plus classiques.
Je suis vraiment contente de te lire lolo

_________________
La pire des solitudes n'est pas d'être seul mais d'être un compagnon épouvantable pour soi même.



" celui qui combat risque de perdre,mais celui qui ne combat pas a perdu d'avance "

Bertolt Brecht
avatar
cristal
Admin

Féminin 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art-thérapie dans mon CCAA

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum